Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bloc-notes éducatif

  • A quoi peut-on prétendre quand on a 18 ans en 2019 ?

    Le syndicat général des lycéens m’a invité pour représenter le SE-Unsa à un débat avec les organisations représentatives des parents d’ élèves. Au programme des discussions, le service national universel, le baccalauréat, parcoursup et la pédagogie au lycée plus largement. Tant qu’à faire, je fais de la préparation de ce débat (recherches en amont et clarification de nos positions) un article de blog.

    Lire la suite

  • Violence à l'école: les faux débats

    Bagarre entre bandes à la sortie d’un collège, suicide d’un élève pour cause de harcèlement, agression sur un ou une enseignante, par un parent d’élèves ou par un élève, ces faits divers maintiennent l’actualité médiatique sur un sujet, le temps d’une semaine ou deux. Le gouvernement annonce des mesures « fermes » et « rapides », voire même publie en quelques jours un « plan violence ». Et puis un autre sujet défraie l’actualité, et on oublie la thématique pendant quelques mois ou quelques années.

    Lire la suite

  • Une crise institutionnelle

    Je ne parle pas du scandale Benalla. Ni des motions de censure. Ni de l’effondrement récent des deux partis principaux de la cinquième république. Ce dont je voulais parler c’est justement de ce régime politique, qui est à bout, du point de vue constitutionnel. Les insuffisances de la cinquième république font consensus. Pourtant, toutes les évolutions amorcées depuis 2000 ont visé à renforcer le pouvoir présidentiel, un choix discutable. Pourquoi est-ce discutable ? Pourquoi cette date ?

    Lire la suite

  • De 1958 à 1974, de Giscard d'Estaing à Macron, les faux bouleversements politiques

    Déformation universitaire, de comparer les âges et les évènements, dans le passé, le présent, et le futur ? Envie de se rassurer sur la capacité d’accès au pouvoir pour la gauche ? Depuis le misthos de Périclès qui institue une indemnité pour les représentants citoyens, la réforme agraire des Gracques et l’essor du service public logistique, judiciaire et scolaire sous Louis XV (je me fais un kiff d’antiquisant / moderniste désolé), la transformation sociale est sans cesse marquée par un phénomène de « Stop and Go ». Et aujourd’hui ? Est-ce que vraiment la victoire d’En Marche et d’Emmanuel Macron est un phénomène durable ? A t-elle atomisé pour longtemps les partis dits « traditionnels » ? Petit retour sur l’histoire, alors que le TGV Béziers / Paris (on pourrait aussi en parler, du TGV) me ramène à la capitale.

    Lire la suite