Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

j'aurais pu...

medium_images.jpgj'aurais pu parler de la campagne de ma candidate préférée après avoir passé la journée à tracter au marché, le matin puis l'après midi. mais je suis satisfait d'avoir entendu un petit tiers des gens indifférents, un petit tiers des gens dire ah caca je touche pas et un autre bon, gros, tiers, avoir dit: "merci", "je suis deja convaincu", "justement j'en parlais", "ca m'interesse"!

Car Ségolène, c'est beaucoup de caricatures, mais c'est surtout un espoir, après 5 ans de droite dure, une image, neuve, et une autre manière de faire de la politique. voir Jospin, Fabius, Strauss Kahn et Aubry autour d'elle m'a comblé d'aise: la famille socialiste se rassemble, et ensemble, nous pouvons gagner!

mais aujourd'hui c'est vendredi et après-demain c'est la rentrée...alors plusieurs questions se posent:

- comment vont mes élèves que je n'ai pas vu depuis un mois? (après avoir vu les larves allemandes je suis anxieux)

- Comment traiter la révolution française que je commence lundi? Comment ne pas être évenementiel? Comment ne pas leur refaire le cours de la quatrième? Comment profiter de cette grande période pour leur faire revivre ce moment où tous les Francais (mais pas les Françaises) ont pu incarner la nation? le 14 juillet 1789, la droite et la gauche sont ensemble au pied de la bastille. Aujourd'hui encore les références à la RF fusent, appropriées par tous les candidats, à part le Pen, vieux pote de l'abbé Barruel.

Je préfère enseigner la géographie que l'histoire mais là...c'est la révolution! Je suis moderniste, j'aime la France classique!

Comment leur faire revivre l'horreur des journées révolutionnaires? Les cris, la chaleur de la foule aux mouvements spontanés et si meutriers? Le silence de la place de la concorde quand les têtes roulent. L'impression des députés, aux états généraux puis à la convention, de faire l'histoire?

Comment rendre, fidèlement, toutes ces belles impressions qui se mêlent dans la tête?

J'ai décidé de traiter des grandes idées. D'abord par la métaphore et le titre de mes chapitres: La poudre (1689/1789), l'étincelle (1789), le feu et la fumée (1789/1799), les cendres (1799/1851). ensuite, pour ma partie préférée, le troisième chapitre, j'aimerais traiter d'abord l'idée d'une nouvelle France, ensuite l'idée d'une naissance de la vie politique française et enfin l'idée d'une France tourmentée, de la patrie en danger à la terreur jacobine.

Il n'y aura pas de causes dans mon cours! Il n'y aura que des contextes, des circonstances et des évenements qui ne sont que des actions de groupes et d'individus. Il y a évidemment des meneurs et des grandes figures. Mais il y aura toujours de la place pour les oubliés. Je ne peux, je n'ai pas le droit, de faire l'histoire des femmes, mais je ne me prive pas de rappeller en classe que l'histoire enseignée n'est que la moitié de l'histoire. Que ce que je dis n'est qu'une représentation de ce qui s'est passé, une écume, un choix.

Mais j'essairais de faire ce choix si beau, si vibrant et si vivant qu'il en restera qqch!

Commentaires

  • Ah les grands idéaux... Pourtant, ce n'est pas vraiment ça que je retiens de la Révolution...

    Oui, les causes... A la révolution, il n'y en a pas...

    La poudre 1689/1789 ???? qu'y-a-t-il là-dessous ???

    Je me suis permis de réapparaître étant donné que je n'aborde pas la pomme de la discorde...

  • mais tout est à aborder tant qu'on respecte des formes qui ne fatiguent pas le pauvre-prof-exténué-àforce-de-faire-les-marchés. la poudre c'est justement cette matière informe qu'est le XVIIIème qui explique que l'étincelle de l'année de 1789 ait pu faire exploser un monde. tout ce que je dirais sur la révolution ne sera qu'un choix et plus que la volonté de donner à mes élèves une explication je veux leur faire prendre du recul et si possible les faire un peu rêver...mais je ferais ca mieux avec 10 ans de métier. mais l'envie est là. de faire aimer l"histoire!

  • Noble combat : faire aimer l'histoire pour expliquer aujourd'hui...

    Ségolène puisent aussi dans l'histoire afin d'amener des réponses et des propositions avec les citoyens pour demain...

  • Oui gaire rêver, c'est à mon avis le but princiapl de la classe. Mais comment faire rêver des jeunes qui ont déjà "tout" vu ??? télé, ciné, jeux-vidéos... Moi perso, c'était un plaisir et surtout un véritable voyage dans le temps que d'aller à un cours d'histoire de la primaire jusqu'à la Term presque : je voyageais, j'imaginais des histoires que je réalisais ensuite avec mes jouets... Ouais, la nostagie...

    Remonter jusqu'au 17ème ???? Certes, il faut présenter les spécificités de la société d'Ancien Régime pour mieux apprécier les bouleversements de la Rév mais de-là à retracer le 18ème.... Un 18ème qui souffre d'ailleurs beaucoup de son exutoire... Tout ceux qui ont voulu y rechercher les causes de la Rév ont mené de vaines quêtes...
    Pour moi la Rév se joue à des détails, sur le fil du rasoir. des grands bouleversements comme ça ne se préparent...
    le moment de non-retour, l'instant où la machine se met en route et où personne ne peut plus l'arrêter, c'est la fameuse Séance Royale du 23 juin. Avant tout est possible, tout est indécis, Louis XVI conserve alors toutes les cartes en mains. A partir du moment où il refuse le plan Necker et une évolution de la monarchie, il est perdu. J'aurais vraiment aimé être à la place de Louis XVI, il avait tellement de possibilités.

  • >Je ne peux, je n'ai pas le droit, de faire l'histoire des
    >femmes, mais je ne me prive pas de rappeller en classe
    >que l'histoire enseignée n'est que la moitié de l'histoire.

    Et les modules ? et l'ECJS?

    Le programme ne prévoient en effet pas d'aborder directement les femmes dans la Révolution, mais rien n'empêche d'en faire un objet de débat en ECJS (comparer plusieurs déclarations des Droits de l'Homme (89-93-1945), les Droits de la Femme etc...

    Ou bien de dessiner une magnifique étude de 5 docs sur "les femmes pendant la Révolution" à traiter en module.

    Avec un peu d'imagination tout est possible ! Les programmes sont certes obligatoires, ils sont ne sont pas restrictifs ! l'imagination au pouvoir ! la pédagogie n'en sera que plus forte !

    Amitiés socialistes, syndicales et pédagogiques

    Antoine

    PS : pour le reste, c'est vrai que la Révolution est difficile a traiter. Je ne vais pas tarder à le faire pour la 5e fois, et tjs pas satisfait...trop lourd, trop complexe, trop linéaire.

  • POURQUOI LE GENERAL MOULIN S'EST IL SUICIDE EN 1793
    EN VENDEE ???

  • parce que c'était un pleutre!!!

Les commentaires sont fermés.