Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • pour une géographie citoyenne

    0feaa83323738c1b0843f18250019fc7.jpgJe suis militant, à peu près 10h par jour. aujourd'hui par exemple visite du groupe MJS  de Lunel. Mais je suis surtout enseignant puisque c'est mon métier. pas n'importe lequel. Je serais à partir de septembre 2007 certifié DNL, c'est à dire que je pourrais enseigner l"histoire géographie en allemand au sein de sections européennes. Je souhaite aussi apporter ma petite pierre à la recherche pédagogique et didactique. j'ai ainsi décidé de travailler sur la dimension citoyenne de la géographie (matière que je préfère enseigner) c'est d'ailleurs l'objet de mon mémoire IUFM que voici ANOTO.doc

    en voici l'introduction

    Ce mémoire s’intéresse à la dimension citoyenne de l’enseignement de la géographie en classe de seconde générale et technologique. Cette dimension citoyenne est largement liée à la déclinaison disciplinaire de l’éducation à l’environnement pour un développement durable (EEDD) intégré à tous les enseignements depuis l’application de la circulaire n°2004-110 du 08/07/04 relative à la généralisation de l’éducation à l’environnement et au développement durable.

    Cette dimension citoyenne n’est pas celle communément admise, notamment en éducation civique : on n’éduque pas seulement en géographie des citoyens de France, au fonctionnement de la démocratie et de la république française, mais bien des citoyens du monde, conscients de leur responsabilité individuelle et collective dans l’Espace géographique.

    Cette éducation se base sur l’actualité, sur la découverte des dangers qui menacent notre planète, sur la compréhension du fonctionnement de ces enjeux décisifs. Arriver à faire prendre conscience de ces enjeux pour l’humanité est un défi pour l’enseignant : Il doit utiliser, manipuler des sources récentes voire sujettes à débat et controverse. Il doit utiliser les supports les plus variés, du film à la photo en passant par Internet, des articles de journaux et des cartes thématiques. Cette prise de conscience ne peut se nourrir seulement de documents « choc » qui vont amener l’élève à être plus attentif : elles demandent une profonde réflexion notamment de l’enseignant mais aussi des élèves. Elle demande cohérence, autour de certaines notions-clés qui seront comme des outils de compréhension pour l’élève, un fil conducteur ou même plusieurs, comme, pour la seconde, celle d’organisation, d’occupation et d’aménagement de l’espace ; ou celle, plus implicite dans les programmes, de développement durable, que j’ai voulu placer au cœur de la réflexion de ce mémoire.

    Une pédagogie frontale ne peut suffire à la construction de ces savoirs sur les interactions entre l’Homme et son Environnement. Cette construction des savoirs nécessite une nouvelle manière de penser le Cours, au service du travail en groupe, de la formation d’un esprit critique pour les élèves, et d’une « ambiance » de débat puisque c’est bien de futurs citoyens qui sont formés et puisque les sujets abordés sont « chauds », brûlants par leur actualité.

     

    Ce mémoire a aussi vocation à mettre en exergue l’intérêt de l’éducation à la citoyenneté géographique pour la géographie enseignée : cette géographie devient plus réelle, permettant aux élèves de comprendre l’espace, ses dynamiques, et comment elles peuvent avoir de l’importance pour l’avenir. La place de plus en plus importante de l’éducation à l’environnement et au développement durable dans tous les programmes peut permettre à la géographie de trouver sa place, une place essentielle, dans l’évolution des enseignements et de leur contenu.

     

  • une année de stage...

    cette année j'étais professeur stagiaire c'est à dire que je venais de réussir le concours du CAPES et que je n'avais que 6h de service au lieu de 18, et que je devais suivre une formation à l'IUFM le mercredi et le jeudi. j'ai donc eu une classe principale, la seconde 2; 5h par semaine, quelques cours d'ECJS en groupe avec une autre seconde et quelques cours dans un college pour voir une autre facette du métier. il est donc normal que toutes mes pensées aillent à une classe en particulier, la première que j'ai vu, celle de mon premier et de mon dernier cours cette année!

    8c0362ad1adb1b56746a8a4dd2f5dc86.jpegchère classe qui m'a déjà tant apporté et qui en plus en fin d'année m'offre l'histoire de france pour les nuls, un poster de nicolas sarkozy dédicacé par toutes la classe et un petit argumentaire de campagne des deux candidats...

    je ne m'y trompe pas, je n'y aurais pas droit tous les ans...mais du fond du coeur merci, je n'oublierais jamais ma première année d'enseignement, avec ses peines et ses joies, ses incertitudes et ses découvertes!

    et pourtant c'est quelque chose, commencer une vie d'enseignant. La réussite au concours du CAPES en juin. le voyage interminable pour chalons en champagne. la chaleur moite des salles d'examen. l'attente des résultats alors que j'étais bibliothecaire du conseil général. Les résultats qui s'affichent le 11 juillet. 53ème sur 730! 18 en géographie! l'attente, l'espoir de toute une vie, l'espoir de pouvoir m'épanouir et être utile dans la société, changer la vie en général...et en particulier!

    La rentrée dans un lycée que je ne connais pas. la découverte des premiers réflexes, les tatonnements pour introduire et conduire les leçons, le plaisir, au début, de corriger, cette hésitation pour gérer un groupe de 32 élèves, les premières décisions à prendre, les premieres joies quand j'ai l'impression que j'ai réussi à faire comprendre quelque chose.

    Les leçons si dures à préparer au début. ces heures devant l'ordi, à la fenêtre pour réfléchir.

    à l'IUFM, les discussions hors ou en cours avec mes collegues qui démarrent aussi, les premiers problèmes et les premières réponses, les formations plus ou moins intéressantes et toujours les pauses cafés la ou on apprend le plus :-) les visites, réciproques, de Joris, collègue de l'autre seconde, les discussions sur nos élèves et nos cours. les vacances et leurs lendemains, les cours qui ne marchent pas et qui dépriment quand on n'a pas le temps d'approfondir, de corriger. les hésitations qui font bruire la classe, les cafouillages des DVD et des vidéos projecteurs...

    mais aussi cette ambiance de classes, ces sourires quand on surprend des bavardages, ces regards méchants quand ceux ci s'éternisent, les petits trucs pour reprendre la classe, les déplacements, la seule et unique interro surprise de l'année :-) les filles du premier rang, ceux qui participent et ceux qui se taisent, ceux qui dorment et les pitres de la classe...les satisfactions quand un élève réussit, les déceptions quand il baisse les bras....

    les récits qu'on arrive à conduire et ceux qui n'intéressent pas, les exercices dans lesquels les élèves s'impliquent et ceux qu'on bacle....et la fin de l'année.

    petit à petit l'été s'installe. le dernier conseil de classe et ces élèves qu'on n'oriente, parce que l'école n'a pas su leur donner leur chance. ces choix de vie imposés. Ces rires et parfois ces pleurs. et pour moi ce regret ENORME de quitter une classe formidable.

  • on m'aurait menti?

    a02eb1437d5d63386d0e5587e04ee079.jpgil convient aujourd'hui de dire que NOTRE président est un homme fabuleux, que la chevelure blonde de ses belles filles est la plus belle, que tout le monde est content les syndicats le patronat les ours polaires...c'est fabuleux. Moi NON. vous me direz c'est normal je suis un opposant, idéologue, un raleur, un frustré (encore que, surtout ces temps ci) et pourtant, non!

    Non il y a des législatives; je vous avoue j'ai du mal à me motiver. mais qu'est ce qu'on rigole. entre le chauffeur de hervé morin qui se présente dans le lot, entre le nouveau secrétariat d'état à la prospective pour éric besson (mon dieu comment va t'il occuper ses journées), entre l'évocation de la lettre de guy moquet par un candidat qui s'est inspiré de valeurs pétainistes pendant toute la campagne (au fait on va changer de devise?)...

    on rigole mais on rigole jaune.

    Heureusement un horizon: celui de la refondation de la gauche. refonder ce n'est pas rénover, ce n'est pas mettre un coup de rouleau de peinture c'est recréer les bases idéologiques d'une famille politique, la gauche. recréer une famille politique c'est recréer, refonder un message global et cohérent, une vision de société basée sur de nouveaux mots et sur de nouvelles réponses à de nouveaux enjeux de société!

    à un monde globalisé régionalisé précarisé et mis en concurrence on n'oppose pas des mots du XIXème siècle! au lieu de parler d'ouvriers il faut parler de précaires et de travailleurs pauvres! il faut marteller des mots pour que notre message porte: responsabilité, autonomie, solidarité, progrès!

    Il faut créer un parti puissant fier de sa diversité mais en même temps clair sur le message qu'il porte! assez des traitrises aussi! assez des postures aussi! assez de ces vieux qui veulent que tout change pour que rien ne change.

  • VIVE BLAIR! 3 jours a londres pour comprendre le liberalisme

    j ai pas trouve les accents donc c est pas la peine de me traiter d ignare y aura rien! ET OUi J ai lache ma petite fede pour prendre deux jours de vacances dans le grand nord boueux et brumeux. tout un programme. alors pourquoi j aime londres petit 1 le vent de l histoire souffle sur les capitales petit 2 pour le shopping c est enorme petit 3 c est le temple du liberalisme a l anglo saxonne. alors pour l esprit capitale autant le palais royal je m en fous autant ce matin avec la chouchouill on va aller faire un tour dans le quartier du gouvernement. pour le shopping comptez bien sur moi pour l exhiber bientot. pour ce qui est du liberalisme...

    ca marche!!!!!

    apres tout qu est ce que c est que sarkozy va mettre en place en france? le plein emploi, comme en angleterre. c est a dire travailler plus pour gagner plus. c est a dire cumuler deux ou trois boulots pour arriver a survivre dans une ville ou le logement est a 400 euros pour une chambre de 7m2 dans le centre! bon qu est ce que c est cumuler deux ou trois boulots? juste commencer a travailler le matin dans un magasin comme vendeur pour ensuite tenir une pancarte indiquant un restaurant pendant toute la soiree pour 5 euros de l heure. effectivement vous n avez pas le temps de cuisiner mais le burger king est de toute maniere la maniere la moins chere de manger. pas le temps de dormir non plus mais de toute maniere vu le bruit.... pas le temps d etre malade non plus vu que vous n avez pas acces a l assurance maladie ( seulement u systeme public, le nhs, terriblement degrade).

    bon apres nous on est touristes on s en fout hein tant qu on est bien servi au restaurant indien que le serveur soit paye ou pas apres tout...mais le liberalisme a du bon!!! pas de taxes et soldes toute l annee je vous dis pas les super chemisettes que je me suis achete!!! bon apres que le droit du travail permette a l employeur de virer l employe du jour au lendemain est ce que c est mon probleme? je sais qu il retrouvera un emploi des le lendemain!!!

    en plus les salaires sont sympathiques ca donne envie de venir...mais bon j ai pas envie de rester en coloc jusqu a 30 ans et d avoir des enfants a 40 donc on va bien reflechir hehe.

    en tout cas chapeau pour la france qui va bientot beneficier de ce systeme franchement et malheureusement tres coherent economiquement et socialement, qui cree  des richesses et les repartit tres mal entre des tres riches et des tres pauvres avec des services haut de gamme pour les riches et publics de base pour les pauvres. en meme temps comme disent les pauvres couillons qui hantent mon blog il faut respecter les 53 per cent de francais qui ont vote sarkozy. savaient ils vraiment ce qu ils faisaient? j ai un doute. mais apres tout je m en fous je fais partie d une corporation de 900 000 personnes qui ne se fera pas marcher sur les pieds sans rien dire....