Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

des inégalités territoriales en France? meuh non voyons!

ee94e20de67eae098d54f97a82b128fd.jpgIl est évident que toutes les Françaises et tous les Français sont égaux, quelque soit le quartier ou la ville où ils habitent et travaillent n'est-ce pas? même droit de vote, droit à l'emploi, au logement, aux loisirs?

C'est plus compliqué que ça (comme disait Fanélie)!

La France est composée de plusieurs espaces géographiques qu'on pourrait différencier d'abord ainsi : la métropole et l'outre mer, les espaces urbains et les espaces ruraux, le centre (la capitale, Paris), et la "Province", les centre-villes et leurs périphéries, qu'elles soient pavillonnaires ou marqués par l'ombre des grands ensembles.

Ces espaces, à cette grosse échelle, n'ont d'abord pas le même accès aux échanges internationaux, représentés par les grands ports (Marseille, Dunkerque, Le Havre) ou aux grands aéroports, les "hubs" ou plate formes multimodales tels que Roissy charles de Gaulle. celà a de l'importance pour certaines entreprises qui vont se regrouper près de ces grandes infrastructures.

Les capitales, surtout quand elles sont aussi des villes-mondes telles que Paris (siège d'organismes mondiaux, concentration exceptionnelle de sièges sociaux), peuvent aussi devenir incontournables: 50% des journalistes, des métiers d'édition à Paris par exemple. Pour faire votre master, étudier dans une école spécifique, évidemment privée (arts, publicité, communication) encore une fois il faut aller à PARIS!

à plus fine échelle, les autoroutes et les gares importantes, à liaison TGV, toujours dans le domaine des transports, commencent à avoir une certaine importance. Elle forme des couloirs dans lesquels, là aussi, il est important d'être pour certaines entreprises, pour des gens appellés à se déplacer souvent!

La population française se concentre pour sa grande majorité dans ces "couloirs" au coeur des voies de communication. souvent dans les vallées ou sur les littoraux. Et les autres? Ils peuvent habiter les périphéries de leurs régions ou de leurs départements, qu'elles soient agricoles, forestières ou montagnardes. Ils peuvent aussi faire partie de la célèbre et désolante "diagonale du vide" qui de Charleville-Mezieres à Limoges, regroupe les territoires qui se vident de leurs habitants!

Et qu'advient t'il de ces habitants? Ils sont évidemment délaissés par des phénomènes géographiques, économiques et sociaux qui favorisent la concentration: l'importance des transports et des communication dans le monde d'aujourd'hui d'abord. Pas de chance les liaisons ferroviaires rurales ferment les unes après les autres, leur fréquentation n'est pas rentable. L'importance des hautes technologies. là encore pas de chance le nombre d'habitants ne rend pas l'installation du haut débit ou même d'antennes de portable rentable. Tant les entreprises que les services publics (maximum de profits dû aux actionnaires, déficit budgétaire pour l'état) souhaitent réaliser des économies d'échelle. Les écoles ferment en même temps que les superettes dans les villages où la seule lueur d'espoir réside dans ces retraités de l'Europe du Nord qui rachètent les fermes en ruines s'en servent comme maison de vacances, faisant monter les prix de l'immobilier...

Reprenons notre loupe et approchons-nous, à l'échelle de la région. La proximité des grands axes de communication est doublée d'un autre facteur, la proximité d'une grande ville, d'une capitale régionale. C'est le lieu où se concentrent les établissements d'enseignement supérieur, les sièges sociaux, les centres commerciaux et les centres de recherche. C'est là où l'on trouve le plus facilement des emplois. Ce processus de concentration s'est accru ces dernières années avec la volonté pour ces villes d'exister à l'échelle européenne. Plus spécifiquement c'est un espace important pour les jeunes: c'est là qu'ils vont acquérir une certaine autonomie en s'éloignant du cocon parental. là que se trouvent les universités, les restaurants et les cités universitaires.

Et c'est là que commencent les inégalités les plus criantes car cette concentration de l'enseignement supérieur, diminuée depuis la création d'antennes délocalisées dans les années 80, laisse de côté des jeunes, issus des catégories socio-professionnelles les plus défavorisées, qui vont rester chez eux pour travailler ou faire des études courtes car ils n'ont pas les moyens ou l'envie de s'expatrier. Le droit à l'avenir, l'accès à l'emploi qualifié peut donc être réduit pour ces personnes là, c'est une discrimination géographique liée à une discrimination sociale.

Reprenons notre loupe et allons en ville. On observera le plus souvent un ou plusieurs centres où se trouvent les services publics (santé, emploi, aide sociale), et les centres commerciaux, les espaces de vie telles que jardins ou places publiques, les infrastructures culturelles tels que théâtres ou médiathèques, et parfois même des infrastructures de loisirs. souvent délaissés par leurs habitants, qui ont préféré s'installer en périphérie. Pourquoi? Notamment parce que ces centre-villes sont "bouffés" par des problèmes de circulation et de nuisance sonore. Ces périphéries peuvent être proches pour les plus anciennes, pavillonnaires pour les plus récentes, où règne la voiture, ou encore crées d'un seul bloc dans les années 60/70 pour ce qui concerne les grands ensembles. L'absence de services publics, l'efficacité inégale des transports en commun, entraine des phénomènes d'isolement ou même d'exclusion pour ces quartiers. Isolement qui, ajouté à des difficultés sociales (maitrise de la langue française, taux de chômage important), peut entrainer des crises ex. évidemment les émeutes en banlieue de novembre 2005).

 Le constat tracé ici est sévère, les inégalités progressent avec les économies d'échelle et la croissance des capitales régionales. Ce constat pose la question de l'accès aux soins, à l'emploi, à la formation dans notre pays. Cette questions mérite des réponses de gauche; en bonne place dans un projet global d'égalité et de justice pour notre pays. Des solutions? vosu en trouvez peu dans cet article, ce n'est pas le but! Mais le désenclavement par les transports, le soutien à l'intercommunalité rurale, la réduction de la fracture numérique, le développement des points services et des services publics mobiles dans les régions isolées sont des pistes à étoffer...

à lire pour en savoir plus sur cette thématique:

- l'observatoire des inégalités, incontournables pour toutes les recherches: un article d'Eric Maurin sur les inégalités territoriales: http://www.inegalites.fr/spip.php?article271&id_mot

- une étude sur les inégalités liées aux transports dans l'est de l'ile de France http://www.innovations-transports.fr/IMG/pdf/246-RPUCA5.pdf

- inégalités territoriales face au chômage: http://www.melchior.fr/melchior/melchior.nsf/allbyID/EA208D55AC336615C1256DC6004C2D75

- l'observatoire des zones prioritaires: les inégalités territoriales en matière d'éducation! http://www.association-ozp.net/article.php3?id_article=3043

 

Commentaires

  • Les inégalités sont très flaggrantes. Et c'est encore pire au niveau transfrontalier.

    Tu vas en Catalogne, mais ou la la... J'ai fait l'experience récente de la Belgique, mais tu changes de monde en 10 minutes.

    Au niveau national, on est pas mal c'est clair. Au niveau des infrastructures, c'est évident, il y a un problème de cohésion. Les politiques d'une collectivité territoriale à une autre ne sont pas du tout les mêmes, et cela peut poser vraiment des injustices et inégalités sociales.

    Ici on a le bel exemple du TGV, de l'A75.... Oh c'est vrai le Languedoc Roussillon, on a le temps, on a pas besoin de tout ca.

  • un peu décousu parfois tes propos cher anthony !)

  • Tu me censure si je te dis connard?

    Tu aurais pu prendre un autre exemple que Tulle
    La ville de Tulle, de part sa manufacture d'armes unique en France, a de tout temps été nourrie par les guerres, certes depuis 30 ans la ville de Tulle perd des habitants, comme quoi une bonne guerre...

    Sinon aujourd'hui, la ville est en train de se refaire une santé sous l'impulsion d'un député-maire au travail connu et reconnu qui vient d'être réélu à plus de 60%.

    De plus, si tu regardes une carte de France tu verras que la ville de Tulle est à la croisée de 2 autoroutes l'A20 (Paris Toulouse) et l'A89 (Bordeaux Lyon) qui ne sont pas les axes les moins fréquentés de France.(Je rappelle qu'il y a internet aussi en Corrèze)

    Même si le challenge est difficile, il faut être ambitieux, les infrastructures existent, le potentiel est grand mais la fausse réputation est nuisible!!

    Venez vous installer en Corrèze, c'est un département merveilleux (vu que j'y suis né ?!?)

    @+
    Clément

  • clément tu es énorme rien que pour te faire plaisir je vais mettre Ussel! rien ne vaut une bonne guerre pour relancer l'économie!

  • oui c'est çà et puis les accidents de voiture, ca fait monter le PIB aussi!

  • Bons baisers de Nevers...
    :D

  • allez toute la diagonale va me tomber dessus...

  • Rôlala, ça suffit un peu de se plaindre au gentil prof de géo qui prend des exemples innocents? ^^
    La diagonale est bien gentille, mais n'oublie pas non plus que le Languedoc-Roussillon n'est pas la région la plus riche de France, ni celle où il y a le moins de chômage!
    Et encore, à Montpellier, heureusement qu'on a Rayman et nimportequi.com, sinon tout le monde s'en foutrait de nos 400.000 habitants!

    Ah oui, et une petite provocation gratuite: Béziers c'est pourri! ^^

Les commentaires sont fermés.