Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

plan banlieues: on ne bricole pas une politique de la ville!

e7a21727fd48096d5949f08915b24fca.jpg« réinventer la ville » le concept, sans doute copyright guaino, est superbe, j’aurais aimé l’utiliser…mais il ne renferme qu’une supercherie, car réinventer la ville c’est la prendre dans sa globalité et non seulement à travers un seul aspect, sa banlieue. Réinventer la ville serait élaborer une politique de la ville transversale aux loisirs, déplacements, activités, gestion des temps et environnement, et non pas la sectoriser en centre/faubourg/banlieues collectives et individuelles. Première erreur.

Sarkozy assume tout ce qu’il a dit et fait et effectivement le plan banlieues continue à stigmatiser la banlieue avec des mesures ciblées : on envoie 4 000 policiers en croisade (auront-ils la croix chrétienne sur leur bouclier au vu des déclarations de Latran), des contrats spécifiques pour les jeunes de banlieue (faudrait quand même pas qu’ils croient qu’ils sont des jeunes français comme les autres) et même des représentants de l’état…des proconsuls de banlieue c’est quand même un kiff (pour parler djeun)

Ce plan est un plan de bricoleur…on prend de l’argent budgétisé pour le grenelle de l’environnement pour affrêter des bus en banlieue. Ca épargne une vraie discussion sur la ville redensifiée, durable, et sur le polycentrisme. On bricole encore et toujours avec des écoles de la 2ème chance (pour la première chance il faudra déménager)…

Ce plan est idéologique. On traite la banlieue comme une zone d’exception qu’il faut réduire au lieu de l’intégrer à la ville. La mesurette sur l’accession à la propriété est proprement dogmatique : qui aura envie d’acheter un 70m² au 16ème étage d’une tour ?

Ce plan est fidèle à la droite conservatrice et libérale qui nous gouverne : une dose de dogmatisme libéral, une peur bougeoise à peine cachée de la précarité et de la délinquance des quartiers populaires…on rétablit l’ordre social, la justice sociale attendra. A nous de réagir. La gauche ne doit pas avoir peur de parler de territoires, de parler de villes, de parler d’accès à l’emploi pour tous, de services publics de proximité, de réaffirmer que l’école républicaine fera vaincre l’égalité dans tous les quartiers…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

  • Tu me permettras sans doute d'être en désaccord avec toi. 4000 policiers, c'est bien peu en regard des manques d'effectifs, dans le 93 notamment. Oui, cela ne fait pas une politique de la ville. Mais je ne pense pas que les députés de gauche qui ont dénoncé avec constance ces 5 dernières années les postes vacants ne vont pas s'en plaindre.

    Ensuite, je ne saisis pas ton propos. Une politique d'exception ? mais c'est la nature même de la politique de la ville que d'être une politique d'exception. Justemet, son but officiel a toujours été de faire rentrer les quartiers en difficulté dans le droit commun. Sauf qu'on ne sait pas définir ce que cest que la ville "normale".

    Ce plan souffre d'un manque de moyen flagrant. Il rajoute 2 nouvelles géographies prioritaires sans donner les moyens pour les plans antérieur. Il prétend résoudre les problèmes sociaux par une action quasiment exclusivement tournée vers le bâti. Mais parler de transport peut être intéressant. Les moyens vont être malheureusement insuffisant. Par exemple, le quartier Saint Jean a villeurbanne, 72% de logement sociaux, est quai inaccessible en transport en commun. des habitants refusent des emplois faute de pouvoir aller sur leur lieu de travail ... Il y a donc du travail de ce côté là.

    Ensuite, Madame Amara semble avoir découvert ce qu'était la politique de la ville. En essayant de nous vendre comme nouveauté ce qui existe depuis 20 ans. Et en forçant la main des acteurs locaux. c'est dommage, car s'il y a bien un succès de cette poltique, c'est la démarche partenariale qu'elle a développé. Malheureusement, le plan banlieue trahi le peu d'espoir que l'on pouvait porter en lui.

  • http://tunisie-harakati.mylivepage.com

    Une politique de la ville qui rappelle du déjà vu, je propose que l'on s'occupe essentiellement du pouvoir d'achat et que l'on fasse des suggétions un peu plus sérieuse sur les banlieues. Il serait bien aussi pour notre gouvernement de s'occuper favorablement de l'affaire Harakati plutôt que de noyer le poisson dans l'eau avec des histoires.

    http://tunisie-harakati.mylivepage.com

Les commentaires sont fermés.