Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mais qui est donc Philippe Meirieu?

1901795123.jpgPhilippe Meirieu fait beaucoup parler de lui à l'école. Pourtant, les élèves le connaissent peu (à part certains élèves très particuliers ;-) Mais les professeurs, tant à l'IUFM qu'à l'université et bien sûr dans les établissements scolaires, en parlent beaucoup. Pour certains, cet homme est un dieu qui a révolutionné l'école, pour les autres, c'est le chef des "pédagogos", ces gens qui veulent adapter le niveau scolaire à la faineantise et à l'incapacité des élèves. Ces déclinologues de l'éducation, on les appelle les "disciplinaristes" ou encore les "républicains" (dans le sens IIIème république, celà s'entend) se présentent comme les défenseurs d'une école où le maitre est respecté, les leçons apprises par coeur, l'orthographe et la morale bien assimilées. Le plus simple est encore de lire sa biographie http://www.meirieu.com/BIOGRAPHIE/biographie.htm pour mieux le connaitre.

Qu'a donc dit M. Meirieu, professeur de sciences de l'éducation, directeur de l'IUFM de Lyon jusqu'en 2006, de si épouvantable? Il s'est interessé au sujet élève, aux apprentissages, à l'enseignement dans sa technique...il a compris que les publics de l'école avaient changé au XXème siècle et s'est demandé  (et se demande sans doute toujours) comment on pouvait accueillir et faire réussir des élèves qui n'avaient pas le meme parcours, pas les mêmes origines, pas le même environnement et souvent pas le même background social...il a alors parlé de pédagogie différenciée. Prendre la classe comme un tout hétérogène où chacun évolue à son rythme celà semble simple...mais difficile à gérer pour l'enseignant qui devrait répartir des tâches différentes. Il faudrait nous l'apprendre. Ce n'est pas le cas et aujourd'hui la quasi intégralité des enseignants font cours à 25 élèves comme s'ils faisaient cours à des clones.

Ce débat sur la pédagogie est aussi un débat politique. L'actuel gouvernement a résolument pris le camp des disciplinaires, notamment à travers la refonte des programmes de l'école primaire. La lettre aux éducateurs de septembre, adressée par le président aux enseignants, était tout aussi explicite. Retour aux savoirs, retour au par coeur, on va expliquer aux enfants "ce qui est bon, ce qui est beau, ce qui est grand" dixit NDP.

Philippe Meirieu pense qu'au delà de transmettre des normes sociales, l'école d'un pays démocratique vise surtout à apprendre la liberté à travers l'autonomie. Cette liberté, cette autonomie se décline évidemment à travers les pratiques d'enseignement. Autonomie dans l'écriture, travaux en groupe....toute chose que les enseignants ont peu souvent le temps de mettre en route. ou l'envie? ou l'habitude? ou tout simplement parce que l'organisation du temps et des établissements scolaires (et les frites de la cantine) abrutissent les élèves qui ne peuvent rentrer dans le jeu.

Ce débat est parfois un peu caricatural. Les "disciplinaristes" sont réellement inquiets devant les difficultés des élèves. Peut-être n'en analysent ils pas bien les causes. Les pédagogistes ne sont pas pour une baisse du niveau. Ils veulent qu'on enseigne autrement, pour que les objectifs de l'école soient en cohérence avec ses pratiques et son organisation. Les disciplinaires ne tapent pas leurs élèves avec des cannes, mais ils sont très sceptiques par rapport aux autres pratiques que les bons vieux cours magistraux. C'est vrai qu'une activité ca fait perdre du temps, réduire le cours. Oui, si l'on pense que l'apprentissage n'est fait que de connaissances.

Philippe Meirieu relie les sciences de l'éducation à la sociologie et même à la psychologie: il faut prendre en compte les reflexions, les études sur la mémoire, l'attention, la concentration pour enseigner! http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/larecherche/Pages/2007/85_Meirieu.aspx. En conclusion, à travers la pédagogie, et l'éducation, philippe Meirieu porte  une vision du monde, une vision politique, résolument de gauche, où l'on retrouve les mots démocratie, émancipation, liberté.

Commentaires

  • La pédagogie différenciée sur la papier c'est génial mais dans les faits ... :(
    Et c'est encore plus dur quand on a plusieurs élèves avec des niveaux très différents, et dans le pire des cas dans une classe surchargée !

  • Ah là là ! Dire qu'il y a même des élèves très très particuliers qui font des pieds et des mains pour l'inviter à leurs Congrès !

  • on parle bien des mêmes éleves très particuliers :-)

  • Intéressant... je vois pourtant mal comment ça pourrait se mettre en pratique.

  • Salut camarade petit comentaire d' un des élèves très particulier pour dire que tu as bien raison Mérieux est un mec génial si on l' écoutais un peu plus, l'école irai mieux
    PS : C' est l' UNL les élèves très spéciaux.
    @ bientot surement sur le terrain

Les commentaires sont fermés.