Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • des bars parisiens, des classes moyennes et des chantiers politico-éducatifs

    387026570_bb55919e86.jpgIl était 1h30 du matin et, en sortant du bar de la rue princesse, les flocons s'écrasaient sur le sol, sur nos pas, sur nos têtes. La neige, pour un Biterrois, c'est magique, c'est féérique, et c'est surtout peu fréquent! à Paris, la neige glace les oreilles, fait glisser les pieds, et déregle les portiques de métro...Et pourtant, il neige!!!

    "à quoi tu penses toto?" Me demandait Reda pendant la soirée, dans ce sombre pub aux pintes jaunes qui me rappellent la hefeweizen! Comment répondre? Que je réfléchis à cette classe moyenne jeune qui m'entoure et que je me demande en quoi les propositions de la gauche les concerne? Ils s'en foutent du SMIC, on gagne deux fois plus. On s'en fout du logement on le paie. Dur mais ca va. On s'en fout des autres qui crèvent la dalle, on a été élevé dans le culte de l'argent et la haine de l'assistanat. En revanche, plus je reflechis et plus les propositions de la droite pour acheter un appart, payer moins d'impots, faire ses courses le dimanche, sont séduisantes. Voilà à quoi je réfléchis ce soir là, avec autour de moi, tant de gilets d'etoffes soyeuses et tant de chemises aux motifs délicats, que j'étouffe, à défendre mon demi mètre carré d'espace personnel. Je réfléchis, parce que le but de la gauche, c'est d'être majoritaire". Mais je vais pas lui répondre ca, ils me prennent déjà pour un fou.

    "à tous les trucs que j'ai à faire dans la semaine!" C'est pas faux non plus! Avoir un agenda google ne suffit pas à ranger sa tête. Entre les cours, les corrections et les activités extra scolaires de type sortie au louvre avec les sixieme, je patauge. Mais ce n'est que la moitié du travail. Reste l'enseignement professionnel auquel je dois un minimum m'intéresser pour mon syndicat! Reste surtout, principale préoccupation, le MJS Ile de France. D'ici à janvier, je vais redonner un coup de collier à tous les dossiers en cours pour les faire aboutir d'ici le 15 décembre. Défi personnel, mais aussi collectif, avec de nouvelles têtes. Défi dur à relever: toutes les soirées sont occupées par des réunions: parents/profs, conseils de classe et autres AG fédérales!

    "Mais ca fait 10 ans que t'as trop de trucs à faire "! C'est bête mais il a raison. Comme toujours. Celà fait précisément 10 ans que j'ai découvert l'engagement collectif, quand à 14 ans et demi, je m'engageais dans le bureau de mobilisation du lycée Jean Moulin contre les mauvaises conditions de la rentrée. J'étais en seconde, et j'ai connu les premières euphories, à battre le pavé, chanter des slogans...Mais seulement 6 ans, depuis le 21 avril 2002, que j'ai osé passé le seuil des orgas et découvrir les cernes, les insomnies, les joies et les peines de la vie militante!

    Comment avancer?  Méthodiquement, point par point. Cet article, puis un cours sur la 2GM, puis la correction des sixieme, sur le café de la place du marché de Vitry! Comment avancer vite? Ce soir, une fiche formation sur le chantier éducation, un schéma d'organisation du CCR au 15 décembre,  un rappel des AF...Comment avancer bien? Une fiche de cadrage sur le chantier, une réunion ripostes et quelques rencarts.

    Un rectificatif s'impose concernant le dernier article. Les Parisiennes ne sont pas seulement des consuméristes de la relation amoureuse, et même les plus engagées et les plus studieuses prennent le temps d'assurer l'intégration des provinciaux à la culture artistique et oenologique de la capitale du monde ;)

  • difficultés scolaires et réfondation du parti socialiste

    26928_maxppp_0811-une-aubry.jpgBloguer pour moi c'est me désimprégner des impressions de la vie quotidienne, de prof, ou de militant, évidemment. Mon quotidien de prof c'est d'agréables cours avec mes sixiemes favoris où tout baigne et des difficultés avec les troisieme. Comment être rigoureux dans ma progression? Je dois plus m'appliquer à donner du sens au cours en le synthétisant. Mais pour celà, encore faudrait-il pouvoir tenir une classe particulièrement bavarde. Comment voulez-vous expliquer une notion en vous arrêtant toutes les 15 secondes pour punir un élève? Donc mon cours sur la politique galère, une heure en salle d'informatique pour préparer un exposé, c'est l'enfer!

    Et mes premières euros? Ils ont fait de supers exposés, je peux les en féliciter. Pour mes première euro, je prépare actuellement une séquence d'un trimestre sur "deutschland, ihre länder und europa", et mon but, c'est à la fois de mettre en activité mes élèves, de les entrainer à la prise de parole, de les faire parler allemand et de leur donner du vocabulaire. Vaste programme, dirait De Gaulle, avec une expérience de...2 mois.

    Mon quotidien de militant, ce n'est pas seulement le parti socialiste, c'est aussi une organisation de jeunesse que je m'échine à faconner, pour la rendre plus riche dans ses activités et son projet. Mais je suis militant du parti socialiste, et ce qui se passe me concerne. Mes camarades sont consternés..."on passe pour des cons, ce parti m'écoeure, on va tous mourrir "etc. NON désolé chers camarades, prenez du recul. Le parti a connu des péripéties internes qui ne sont pas uniques dans l'histoire politique mondiale! Et surtout, depuis deux semaines, ce qui fait actualité en France, premier titre dans tous les médias, c'est le parti socialiste. Divisé certes, mais qui désigne ses responsables par l'élection!

    Et mes élèves croyaient que l'élection du premier secrétaire avait lieu au suffrage universel au vu de ces premiers titres. Oui l'opposition est affaiblie mais le PS demeure la seule alternative, une alternative déconcertée par son flou projectal et sa crise de meneur, mais riche de ses élus et de ses militants!

    Allez Martine! Tous les socialistes comptent sur toi! Pas pour gérer des rapports de force entre fédérations depuis ton fauteuil de cuir de Solfé, pas non plus pour assister régulièrement à vivement dimanche ni pour faire la couverture de voici ou voila! Non, les socialistes comptent sur toi pour plusieurs choses. Rassembler la gauche, élaborer un programme commun pour parvenir à une candidature unique en 2012 et d'ici là, un front de résistance aux offensives libérales. On compte aussi sur toi, Martine, pour mettre le parti socialiste dans la rue, partout en France, envoyer les militants socialistes dans les associations d'éducation populaire et les syndicats, pour donner un sens au mouvement social!

    On compte encore sur toi, Martine, pour dire que la politique n'est pas un débat d'experts, qu'il n'y a pas une "bonne" politique économique, que les soi-disantes réformes libérales ne sont pas inéluctables! Place au débat! Place à la définition de propositions socialistes concrètes face à la crise économique et sociale!

    On compte enfin sur toi, Martine, pour présenter un visage renouvellé du parti socialiste aux Francais! Place aux nouvelles têtes! Si dès décembre, le parti socialiste appellait à manifester, lancait des chantiers de réflexion et de projet, par la voix de nouveaux responsables tels que Benoit Hamon, Razzy Hammadi, ou même David Lebon et Aurelie Filipetti, qui ne sont pas de mon courant, mais représentent une nouvelle gauche avide de transformer la société et de changer le monde, alors, la droite aurait raison de trembler, car les socialistes seraient de retour!

  • 7 conseils pour le parisien débutant

    les_toits_de_paris_1.jpgLa « ville lumière » attire. Elle attire surtout les touristes, pour un weekend, et les jeunes en début de carrière. Qui connait un vrai parisien? On connait surtout des jeunes salariés, mutés, comme dans mon cas, ou tentés par le fort taux d'activité parisien, comme dans le cas de mes amis. D'autres viennent pour des études spécialisées, alors que certains, que je ne peux comprendre, viennent par choix. Quelle idée saugrenue. Paris fatigue, Paris vieillit, même si Paris, toujours, pourtant, constamment, Paris fait rêver. Et veiller. Pour survivre à Paris quand on quitte les plus belles régions de France, il faut obéir à certaines règles pour trouver un certain équilibre en attendant sa prochaine mutation...

    Règle n°1: Occupez-vous! Engagez-vous! Pas de meilleur moyen pour connaître de nouvelles personnes alors que vous abandonnez tout votre environnement familial et amical, sans compter votre petite copine/petit copain qui vous larguera sans doute en pretextant la distance ou autre chose au bout de quelques mois. Ce qui evidemment allourdira la solitude de votre nouvelle condition parisienne. Faites du théâtre (super facile à Paris même si c'est un peu cher), engagez-vous dans le syndicalisme ou la politique, vous découvrirez de nouvelles têtes!

    Règle n°2: La vie parisienne a un côté particulièrement stressant: les transports...Cette jungle sociale obéit à certaines conventions: Dans l'escalator tu resteras à droite ou te déplaceras à gauche. Le sens de ton métro tu regarderas pour ne pas perdre de précieuses minutes. Dans les couloirs tu te dépêcheras car tout le monde a une correspondance à prendre. Après le bus tu courras si tu ne veux pas rater tes émissions fétiches. Tes trajectoires dans les stations tu calculeras pour ne pas mourir (calculez votre vitesse, celle des gens qui arrivent en face et bifurquez petit à petit en gardant votre vitesse de croisière.) Bon après être provincial c'est un mode de vie. Dire bonjour au chauffeur avec l'accent et tenir la porte aux gens c'est toujours un plaisir.

    Règle n°3: Vous allez passer beaucoup de temps à travailler et beaucoup de temps dans les transports, c'est ca la vie parisienne. Votre temps libre? Vous l'occupez pour vous installer, la paperasse, vos courses surtout, et le weekend, vous rentrez chez vous en province! LE TEMPS manque. C'est une constante parisienne. Aménagez-le! Faites vos courses à jours précis, achetez des légumes et des fruits pour avoir un semblant de vie saine. Gardez du temps pour glander, surtout le soir. Sortez une fois par semaine au moins à Paris. Gardez-vous une grasse mat...et vous survivrez! En découvrant la vie de capitale, les brunchs, les afterworks et autres mots compliqués...Et travaillez dans le RER, si vous avez de longs trajets, pour vous détendre le soir...

    Règle n°4: Oui vous avez une vie de merde, et les terrasses ensoleillées de la Comédie, à Montpellier sont très lointaines! Mais Paris a quand même des côtés positifs. Mercredi et vendredi soir, au louvre ou au musée d'orsay, c'est Nocturne! Gratuite pour les jeunes le vendredi je crois. Et ces belles églises? Notre dame et St Denis, ca ne se refuse pas! Envie d'aventure? Le train pour Deauville! Prenez 4h aller-retour et allez respirer le sable! Ou une petite excursion francilienne à Versailles pour apprécier la cohue des touristes, à Provins, belle cité médiévale? Dans une bois ou une forêt, à Fontainebleau? Vous avez de grands cinémas, évadez-vous à Montparnasse, à St émilion ou à Chatelet (mon fétiche)...en VO (obligatoire)!

    Règle n°5: Créez votre cocon. Le bruit, la pollution vous assomment, vous manquez de sommeil, avez l'impression qu'il n'y a pas de weekend et que la vie tourne en boucle? Découvrez les petits plaisirs. Prenez un flan patissier en sortant du boulot. Dégustez le sur le quai de la Seine. Un soir, chaque semaine, promenez vous sur le boulevard St Michel, arpentez les bouquinistes, notamment Boulinier, prenez une crèpe salée, régalez vous du parfum poussiereux du livre d'occasion, plongez dans cet ouvrage une fois rentré dans le RER, une autre vie, d'aventure, d'amour ou d'histoire s'offre à vous, selon votre genre littéraire! NB: Ne vous enfermez pas comme ces asociaux qui écoutent le MP3 dans le metro ou le bus.

    Règle n°6: Apprenez par l'expérience! Vous apprendrez rapidement qu'il est certaines stations où l'on ne descend pas et où l'on ne change pas de correspondance. On retrouve ainsi chaque année des squelettes de Provinciaux disparus, qui se sont égarés dans les stations de Chatelet, Nation, Montparnasse, Bastille, Invalides sans revoir la lumière du jour. Attention aux marches de la station abesses et Cité. Ne sortez jamais à la station château d'eau si vous avez les cheveux bouclés. Apprenez à prendre votre café au comptoir pour payer moins cher, à éviter les dispendieux bars à touristes, à noter les bons plans d' « happy hours ». Apprenez à prévoir large quand vous avez des correspondances pour ne pas rater vos trains. Découvrez le taxi, tard le soir, où soyez fous, et prenez le noctilien, à chatelet ou à Gare de Lyon...souvenez-vous des coins ou vous êtes sûrs d'en croiser. Renseignez-vous sur les bons plans culturels, notamment les petites pièces de théâtre!

    Règle n°7: Découvrez les Parisiens! (et les Parisiennes)! Découvrez l'élégance et le bon goût (perso c'est pas gagné!), découvrez les restos japonais (fréquemment), et découvrez surtout des gens différents! Peut-être issus d'une province reculée mais qui ont adopté un style de vie, et surtout, surtout, l'impression, de bonne foi, que Paris est la capitale du monde, que la province et la Banlieue se rejoignent pour former une petite marge illétrée, desaxée et inutile. Le parisien, au niveau politique, peut souvent être porté à penser que dans des salles de 20 m², on peut refaire le monde et le transformer. Et après tout, pourquoi pas? En revanche, attention aux Parisiens (ou aux Parisiennes?): leurs amours sont fugaces, leurs comportements amoureux adaptés au stress de la vie quotidienne et largement consumériste. Quelqu'un a t'il trouvé le grand amour là-haut? Les amours parisiens sont comme des roses, vite fanées, pleine d'épines! Les maraichers l'ont bien compris: les plus belles fleurs poussent dans la vallée du Rhône...

  • raison n°2 pour voter Benoit Hamon? Le renouvellement et l'ancrage à gauche!

    Demain, dans moins de 24 heures, (ou pas?) le parti socialiste aura un ou une nouvelle premier secrétaire. Ce choix, à l'heure d'une construction européenne arrivée au bout de l'intégration économique, à l'heure d'une crise sociale qui remet en cause le système sans alternative du capitalisme, n'est pas anodin....Une nouvelle tête pour le premier parti d'opposition, le parti qui doit incarner un autre choix politique, alors que les inégalités s'accroissent et que la vague néolibérale qui a déferlé sur tous les océans et tous les continents touche la France, ce n'est pas banal.

    Voter Benoit Hamon, pourquoi? Parce que Benoit Hamon c'est l'occasion de montrer aux francais un visage renouvellé du parti et de la politique. Benoit n'a pas été ministre. Il n'a pas été aux responsabilités locales ou nationales du parti socialiste, à part comme porte parole remarqué des législatives 2007, et comme intègre et exigeant secrétaire national à l'Europe, avant le vote positif des socialistes au traité de Lisbonne. C'est un atout, et le congrès 2008 doit être le passage de relais des ministres mitterandiens (royal y compris) à la nouvelle et jeune garde qui, dans les années à venir, devra reconquérir le pouvoir.

    Benoit Hamon, c'est le non-cumul des mandats! Conseiller municipal, député européen en 2004, il refuse de se présenter aux élections législatives et se fait remarquer, dans tous les média, par sa connaissance des enjeux et des dossiers européens. Benoit Hamon, c'est l'expérience inédite d'un fils d'ouvrier, ancien président du MJS, qui est passé des cabinets ministèriels à la direction d'un institut de sondage!

    L'ancrage à gauche? Depuis 30 ans, les média français bavent devant les socialistes de droite! c'est l'avenir! c'est la modernité! et Peillon, Valls et tous les autres sont tombés dans le panneau de la bienpensance des plateaux tv! Voyons, le capitalisme, ce n'est pas dépassable, scandent les journalistes! Voyons, la politique, ce n'est qu'un combat de personnes, apprend-on reportage après reportage, petites phrases après petites phrases! Mais être de gauche, c'est archaique! être de gauche c'est marxiste!

    Et Benoit Hamon, tout au long des débats du congrès, a porté le concept de réalisme de gauche. Avec la crise financière, l'échec du capitalisme financier s'est révélé patent et destructeur. Avec la crise financière, personne n'ignore, téléspectateurs de TF1 compris, que la crise tape en premier les pauvres, les travailleurs en chomage technique, alors que l'état absout et soutient les banques d'affaires qui ont joué avec le feu! Le parti socialiste que propose Benoit Hamon, c'est la gauche unifiée autour de la justice, de la solidarité, de la république. C'est le retour des notions d'égalité. C'est un parti travailliste en lien avec le mouvement social, constamment aux côtés de ceux qui souffrent. Un parti militant où les idées priment, un parti d'éducation populaire, qui éduque à la politique, un parti d'engagement où la politique n'est pas un métier, avec la mise en place du mandat unique et d'une nouvelle république!

    Je me réserve un troisième article...