Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

réformes, sangliers et soucis quotidiens

logo-france-inter.jpgIl est 15h, et il s'en faut de beaucoup que je ne me couche sous la table pour dormir. Au deuxieme étage d'un immeuble du faubourg St Martin (Paris X), ancien siège parisien de la puissance FEN, je rassemble la presse éducative du jour. sanctuarisation des établissements, rapport Apparu sur la réforme des filières, table ronde sur le lycée des métiers, il faudrait pouvoir réagir à tout. Réagir sans rester dans la défensive, réagir à plusieurs sujets sans être verbeux et vague, réagir quand les multiples suppressions de postes nous assomment, réfléchir quand; malgré tout on se retrouve dans certaines réformes, tout en combattant leur logique...

Mais raisonnons chronologiquement. A 6h50, le réveil sonnait, mes yeux s'ouvraient, mes pieds se levaient et comme un somnambule je marchais vers la salle de bains, m'enfouir sous l'eau brûlante, pour classer mentalement, profitant de mon ébullition cervicale, mes dossiers de la journée...mes leçons d'abord: il faut finir la séquence sur Rome en sixieme et commencer les grands débats de la démocratie en troisième. Quelle évaluation? Quelle entrée en matière? Au delà d'une simple préparation technique routinière, il faut faire des choix. La buée du miroir m'évite de voir mes cernes, je m'habille et saute dans la voiture: france inter parfait mon réveil...

Ou pas. France inter me rapelle surtout à mes responsabilités politiques. Le grand débat du jour? Les portiques à l'entrée des écoles, la fouille des cartables, les missions Apparu...j'ai rédigé un communiqué de presse http://mjs-idf.fr/2009/05/education-la-droite-ne-reussira-pas-sa.html très mitigé: rien sur le fond de la réforme, tout sur son contexte négatif et la logique gestionnaire du gouvernement. Comment se prononcer sur la redéfinition des cycles de formation et sur une réforme "light" du lycée que je trouve satisfaisante par certains aspects (travail personnel, accès à l'enseignement supérieur des bacheliers technologiques, casse des filières sélectives, réforme de l'orientation) mais que je désapprouve comme incomplète et pour laquelle mon syndicat pose la question des moyens http://www.se-unsa.org/spip.php?article1684? Comment, comme france inter le remarquait, ne pas se faire avoir par la droite en parlant sécurité alors que le vrai débat doit être l'Europe sociale?

Mais, le ronronnement de l'A10 ne répond pas à ces multiples questions. Il faut déjà sortir de la voiture, s'extraire de cette carcasse matérielle pour pousser poussivement sa propre carcasse vers la salle des profs. Imprimer ses polycopiés. Aller chercher la sixieme sage qui porte des cartable dont le poids augmente visiblement après le 2ème étage, soutenir pratiquement les élèves les plus fatigués pour arriver au bout du couloir...Et finir ce satané empire romain. Dernier chapitre? La romanisation de la Gaule. Spécial kassdedi à nos ancetres les gaulois. Un merveilleux exemple de cours dialogué: "et donc les druides sont connus pour cueillir dans les arbres..."du sanglier monsieur!" Oui presque...Mes classes s'ébrouent, P. a faim, S. est toujours aussi agitée, N. toujours perdu dans ses nuages...

A midi, je me retrouve à l'arrêt de bus, croisant mes élèves qui vont manger. Je pars pour solfé, puis pour mon syndicat, un chinois (enfin un menu quoi) coincé dans la bedaine, mon agenda google se déroulant dans ma tête pendant que mon MP3 décline les aneries stridentes et cajolantes de Kelly Clarkson et Taylor Swift...Conventions, réunions, RDV, diffs, meetings font de mes journées un patchwork, relié par un tissu de transports collectifs qui laissent peu de place au sommeil...Du metro, je ne vois rien, perdu dans "fortune de France" de Robert Merle, mon unique souci c'est la construction d'un royaume de France divisé par les Grands et les fanatiques. Je m'interesse à la vie de Pierre de Siorac comme à ma propre vie...en spectateur!

 

Commentaires

  • LYNCHAGE + PLAGIAT :
    Ceci est une tentative de gros scandale public parce que ça calme pas mal les gros connards en attendant de trouver enfin un avocat qui réglera ce problème de non respect de mes droits les plus élémentaires et je le conseille à chacun qui peut avoir des ennuis avec ce gros connard de sarkozy ou sa clique de clowns de flics minables : je suis donc en train de régler un petit problème du genre détail avec cette grosse tache de si peu président de la république Française, en lui envoyant un avocat pour mises sous surveillance illégales, lynchage numérique inspiré de bonnes vieilles méthodes qui ne déplairaient pas au ku klux klan, lynchage qui n'a mobilisé personne sur le web ou dans la presse et plagiat vulgaire et ridicule qui passe à la télé, de mes petits textes web.

    Quant a sarkozy, s'il n'aime pas le web, et s'il n'aime pas la rue qui sait, la preuve, très bien se défendre, qu'il la quitte !

  • et moi? merci france inter heiin?

Les commentaires sont fermés.