Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chaleur, langueur, et doutes éternels!

lfg5f_vacances.jpgVacances. Il est 15h45, je suis assis dans un café de Vitry, écrivant un rapport sur l'organisation interne des organisations de jeunesse que personne ne m'a demandé d'écrire. Mais il faut bien s'occuper. Pas de copies, pas de cours à préparer, mon CCR est démobilisé pour cause de chaleur, le congrès approche, je ne sais toujours pas ce que je fais l'an prochain, alors, ma foi, mieux vaut travailler pour oublier! Demain, conseil général de l'essonne avec les troisieme. Ce weekend, repas avec mes parents, réunion du PS, soirée barbecue avec Aurélie, et surtout, surtout, plage! pour fêter la fin des épreuves? :-)

L'année est passée à une vitesse folle. Les questions se sont superposées, ne sont pas toutes résolues mais ont été posées. Sur les choix de carrière que j'ai fait en refusant la section internationale du lycée de Pau, en février, qui ne correspondait pas à mes projets personnels. Sur les choix professionnels que j'ai fait et qui auront des conséquences, s'ils aboutissent, sur les deux années à venir...dur de concilier une vie professionnelle intense de prof de collège et un militantisme exacerbé par les mille et une spécificités de la région parisienne, je l'ai appris cette année à mes dépens. Aux dépens de mon sommeil, de la texture de ma peau aussi, j'ai envie de dire...

Et pourtant, qu'est ce qu'elle etait bien cette année. Un domaine était particulièrement épanouissant, en tout cas en Ile de France...la classe. A travers toutes les fatigues, toutes les déceptions, chaque cours m'a ressourcé tout au long de l'année. J'ai beaucoup aimé mes sixieme, mes troisieme et mes premiere, et cette semaine c'était le moment des adieux. Petit prof remplacant, je ne reste pas l'an prochain. Brefs, empressés parce que le temps des adieux est réduit au minimum dans des cours où tout va vite, où l'on ne peut rien dire sans balancer 3 punitions, où le moindre avion qui passe est sujet à débordement...L'année était stressante, mais ces merveilleux élèves m'ont montré à la fois mes limites pédagogico-professionnelles (non je ne suis pas le sauveur suprême), les limites structurelles du système éducatif que j'ai bien pu appréhender en étant élu au conseil d'administration et de discipline...mais aussi le formidable métier d'enseignant, avec ses rires, ses sourires, et ce parent d'élève qui, à la fin de l'année, m'a dit que j'avais fait aimer l'histoire et la géographie à son fiston...

L'année est finie, ces mille et uns souvenirs me suivront...dans les défis qui m'attendent! Lesquels? Réponse à la rentrée!

PS: oui, en y réfléchissant peut-être, au delà de la classe, hanna a quand même participé au bon déroulement de cette année, sans immolation par le feu devant l'église d'Orange...si les lecteurs se demandent pourquoi je passe autant de temps sur mon balcon ou dans le train...hanna le sait!! :-)

Commentaires

  • pfffff

  • Euhhhhh .... "immolation devant l'église d'orange" ???

Les commentaires sont fermés.