Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Béziers: la fin de l'ère Couderc?

Le bar de la gare a fermé. Après le mac do du centre, c'est un autre signe évident du déclin de Béziers. La concurrence anarchique des zones commerciales, le projet mégalo" et inutile du carrefour de l'Hours, Rive Gauche, ont gâché les chances de Béziers. Si aucun sursaut, si aucun changement radical de priorités n'intervient, notre ville deviendra un simple noeud autoroutier sans âme, une immense zone pavillonnaire et commerciale sans centre...en fait, une simple banlieue de Montpellier!

C'est la fin de l'ère Couderc. 25 ans de responsabilités municipales, 14 ans à la Mairie vont bientôt être bousculés, malgré une image particulèrement positive, par plusieurs phénomènes:

- la rebellion de l'agglo: trop petite (aucun partenariat avec Cazouls, Agde ou encore Narbonne), l'agglo, pour les autres communes, ne peut être une simple chambre d'enregistrement: Le maire de Villeneuve s'est insurgé, début juillet, contre l'inégale répartition des sièges au comité du tourisme, ce n'est que le début!

- les querelles de succession: Que Couderc gagne ou perde les régionales, cette candidature a ouvert la guerre de succession et le combat des égos: le radical Niel, la jeune Crouzet ou encore le député Aboud comptent bien compter dans le Béziers de l'après Couderc.

- la crise du système: le Système Couderc contrôle Béziers, mais son opacité est de plus en plus décriée: le rôle de la SEBLI dans la politique d'urbanisme fait débat, la repression syndicale brutale exercée dans les services municipaux à la mairie fait l'objet d'oppositions croissantes, notamment avec certaines catégories d'employés, tandis que l'emprise d'un petit nombre de promoteurs immobiliers sur les nouveaux quartiers n'a pu passer inapercue. De la même manière, la concentration des promotions au sein du syndicat "maison" de la Mairie est aujourd'hui connue de tous. Ce système discretionnaire a atteint ses limites.

Enfin, l'Union de la gauche et notamment le retour du parti socialiste pourrait changer la donne. "La division de la gauche", meilleur titre des canards locaux, ne fera bientôt plus recette: la création d'un comité de ville du PS a été annoncée mi-juin par le premier secrétaire départemental R. Navarro. Les actions communes aux 4 sections vont se multiplier tandis que les conseils municipaux ne pourront bientôt être préparés par l'opposition autrement qu'au sein d'assemblées communes aux partis de gauche de Béziers pour tous". Cette dynamique, en laissant une place et des responsabilités à tous les militants locaux, peut provoquer une alternative, si elle est engagée dès après 2010!

 

Les commentaires sont fermés.