Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"En actes", La contribution TAG pour le prochain congrès du MJS

 Une contribution, comme son nom l'indique, c'est ce qu'un courant politique apporte, en terme de vision et de propositions, dans ce moment de débat et de confrontation des idées qu'est un congrès du MJS...C'est un texte conjoncturel, présenté en septembre dans toutes les fédérations du MJS, pour amorcer un débat sur ce que doit être, et sur ce que doit faire et porter le Mouvement des Jeunes Socialistes dans les années à venir. Après le débat sur le texte d'orientation du MJS où tous les adhérents interviendront dans le cadre d'amendements, le congrès permettra un débat pointu, mi-novembre, sur l'orientation, les résolutions et le plan d'action national du MJS pour les deux ans à venir.

Pourquoi? On pourrait critiquer cette perte de temps. Les bébés phoques meurent, les cours de la bourse sont au plus bas, le chômage augmente vertigineusement, et les jeunes socialistes débattent? Oui. Un congrès, surtout celui-là, ne sert pas seulement à élire un ou une présidente et à renouveller les instances. Ce 9ème congrès du MJS sera celui de la confrontation et de l'ébullition des idées, indispensables à la naissance d'une alternative politique à gauche. D'où peut-elle venir si ce n'est des rangs de jeunes engagés dans les combats syndicaux, associatifs et politiques qui ont marqué la dernière décennie?

5 contributions seront présentées en septembre. Les analyses des autres groupes politiques sur la periode actuelle sont particulièrement complémentaires:  l'échelon d'intervention publique européen est ainsi plébiscité par « la relève » et « agir en jeunes socialistes » tandis que « en actes » et « génération égalité » s'intéressent de près aux mécanismes économiques qui ont entrainé la crise du capitalisme...de la même manière, toutes les contributions se rassemblent pour réclamer une refondation de la gauche...et du Mouvement des Jeunes Socialistes! Certaines thématiques sont mises en exergue par telle ou telle contribution: les processus de dissociation sociale avec AJS et TAG, ou encore la social-écologie avec JSR et génération égalité. JSR et la relève se retrouvent pour analyser la crise du politique, la relève et TAG pour vouloir incarner de nouvelles luttes...

Comment résumer « en actes »? Par la volonté d'agir et de répondre aux défis actuels. Par la volonté de mener la bataille culturelle et de définir une stratégie de prise du pouvoir. Répondre au bouleversement de la biosphère, à la crise du politique ou à la dissociation sociale, mais aussi décortiquer la société de l'immédiateté.... « En actes » se définit aussi par la volonté d'inventer: proposer une nouvelle répartition capital/travail, organiser des îlots de socialisme, définir de nouvelles formes de lutte comme la désobéissance civile, notamment à travers la refondation du MJS.

« En actes » ne se contente pas de mots et d'incantation, nous voulons agir! Comment être fidèle à notre devoir d'inventer pour recréer la démocratie sociale, définir un nouveau modèle de développement et inventer une organisation de jeunesse capable de rassembler tous les jeunes de gauche « en colère » qui ne trouvent pas, aujourd'hui, leur place au MJS? Comment combattre un message médiatique dominant (le story telling), comment rassembler la gauche autour de primaires ouvertes, comment repenser le rôle de la puissance publique, voilà nos futurs défis!

Le débat sera dense, les réponses ne sont pas simples. Notre responsabilité de jeunes socialistes est immense. Pour ma part, je pense que les vieilles recettes ne suffisent plus, que ne pas changer maintenant c'est se condamner à disparaître. La politique économique ne peut se résumer au dillemne nationaliser/privatiser dans une économie mondialisée. Un projet éducatif de gauche ne peut se résumer à l'augmentation des postes au concours quand la reproduction sociale est plus forte aujourd'hui que dans les années 60. Des fédérations qui organisent des tractages et des débats entre étudiants de sciences po et de droit ne peuvent pas favoriser la prise du pouvoir par la gauche. Changeons, pour changer la vie, ici et maintenant, pour remporter de nouvelles batailles!

Les commentaires sont fermés.