Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le bilan de la gauche au pouvoir: financements régionaux à Béziers

     region-languedoc-roussillon.gifDepuis 2004, contrairement aux insinuations du sénateur maire de Béziers, candidat UMP pour les régionales, Béziers n'a pas été oublié par le conseil régional sous la présidence de Georges Frêche. Au contraire, dans le domaine de l'environnement et de l'éducation, les projets régionaux financés à Béziers ont été plus nombreux que sous le mandat précédent où Raymond Couderc était vice-président de la région!

    La politique de la gauche a fait cessé le saupoudrage clientéliste pratiqué par la droite, des politiques ambitieuses ont été menées pour construire de nouveaux lycées, pour favoriser le développement économique, commercial du Languedoc Roussillon, ou encore pour développer les énergies renouvelables. Béziers a trouvé toute sa place dans ces projets. Ainsi, 39 millions d'euros ont été dépensé à Béziers pour l'éducation dont 24 millions pour réaménager le lycée Jean Moulin qui accueille plusieurs milliers d'élèves.

    32 millions d'euros (dix millions de plus que sous le précédent mandat) ont été investi dans la formation professionnelle, dont 366 000 euros pour des programmes favorisant l'insertion professionnelle des jeunes qui en ont bien besoin à Béziers au vu de l'incohérence des politiques locales d'emploi.

    Dans tous les domaines, de nombreux projets ont été menés: rénovation des voies ferrés Béziers Neussargues, et participation à de nombreux projets que s'approprie Raymond Couderc: aménagement des nouveaux quartiers biterrois tels que la Courondelle, place du 14 juillet, fonds documentaire de la médiathèque., rénovation du centre nautique..en bref, le seul bilan local dont peut se prévaloir le maire UMP de Béziers, il le doit largement au conseil régional!

    85 millions d'euros ont été investis par le conseil régional grâce à la gauche. Ce bilan remet en cause toute la rhétorique de la droite concernant les villes oubliées.

  • De la 2 à la A

    Entree-du-chateau-de-saint-germain-en-laye%20041.jpgCe matin, il faisait froid sur le parterre du chateau royal de saint germain en laye. En me retournant, mon regard tombait sur les pierres blanches et rouges du chateau où louis XIII avait grandi. Je visite petit à petit les chateaux d'ile de france, pour le plaisir de mettre mes pas dans ceux des rois de france et de leurs courtisans. Nostalgie d'études: j'ai écrit des mails pour reprendre mon master d'histoire moderne, pas de retour pour l'instant. Ce matin, pour une fois, j'ai profité de ma journée de congé.

    Et ca fait du bien. pas de réunion, pas de travail, j'ai pu prendre mon temps pour me lever, savourer mon livre (d'ailleurs bientôt fini), dans mon RER. Je n'ai pas beaucoup profiter du chateau de st germain, au bout de la ligne A. Trop rénové, trop détruit, et d'ailleurs pas de visite, c'est le musée des antiquités nationales. Donjon sous Louis VI, chateau vieux construit sous la renaissance, chateau neuf aujourd'hui détruit, siège de la cour royale dans les années 1660...je n'ai rien retrouvé de tout celà, merci à la révolution et à la restauration qui l'ont transformé en caserne (la révolution, terreur des étudiants en histoire moderne). j'y suis resté une demi heure, le temps de voir des antiquités gauloises, de découvrir qu'ils connaissaient la serrure et la cuillere! les autres salles étaient fermées (problème d'effectifs)

    Hier soir, le MJS m'a envoyé à une réunion "orga de jeunesse" sur la réforme du lycée, au siège du parti communiste, place du colonel fabien. j'ai eu du mal pour trouver l'entrée, mais j'étais tres fier et très heureux de pénetrer dans ce batiment...à l'intérieur, formes et mobilier futuriste des années 70, l'époque de la grandeur, où un autre modèle existait. Au 3ème étage, aile des jeunes communistes, nous avons discuté des actions à venir, et je me rendais compte, en sortant, que de grands mouvements sociaux étaient nés de ces réunions où l"on boit du café réchauffé au micro'ondes...

  • Les voeux de Martine Aubry: un vent de conquête souffle dans la cour de Solferino!

    ps.JPGMartine Aubry présentait ce matin ses voeux à la presse, au siège du parti socialiste, 10 rue de solferino. Ces voeux, adressés aux journalistes dans la salle du conseil national, bondée, étaient un peu particuliers. Pour plusieurs raisons.

    1/ Ces voeux sont le pendant des voeux présidentiels, et Martine Aubry s'est clairement positionnée comme meneuse de l'opposition en faisant, à court et à long terme, le bilan de la decennie et de l'année pour la France et le parti socialiste, tout en posant des jalons pour les prochaines échéances.

    2/ Ces voeux à la presse se sont révélés de véritables voeux "pour la presse": La première secrétaire s'est longtemps exprimée dans son introduction sur l'indépendance de la presse, les menaces qui planaient sur RFI ou France 3, en saluant les initiatives et les nouvelles formules nées en 2009, tant sur le net que dans la presse écrite.

    3/ Ces voeux sont un peu particuliers car le parti socialiste passe une nouvelle étape: Lancement de la coopol, réseau social et numérique du parti socialiste, lancement du nouveau site du Mouvement des Jeunes Socialistes, en pleine transformation pour devenir une organisation de jeunesse de masse, beaucoup de choses changent!

    Le contenu, le sens de ses voeux? Martine Aubry est revenue sur l'année passée, mais aussi sur la décennie des années 2000 et de ses promesses non tenues. Elle a dénoncé "l'hyperprésidence, qui n'est pas forcément l'hyperefficacité", et le fait que dans le monde, depuis 2007, "la voix de la France porte moins". Martine Aubry a pris du recul sur la crise, sur les positions qu'avaient tenu le parti socialiste, sur Copenhague et le caractere injuste de la taxe carbone qui n'est ni efficace, ni écologique. Elle a présenté un parti rassemblé, où les divergences ponctuelles n'empêchaient pas l'émergence d'une "force nouvelle et prometteuse".

    La première des socialistes a lancé de nombreux chantiers pour l'année 2010: Faire de l'emploi une priorité dans nos propositions, porter un projet de loi sur la souffrance au travail, revendiquer des moyens pour l'avenir des jeunes (emploi, apprentissage, éducation), et enfin agir concrètement contre les discriminations: accords entre les collectivités territoriales, et le secteur privé, dans le secteur du logement, de l'emploi, etc: dans le cadre des régionales notamment, le projet de maisons régionales anti-discriminations sera porté haut et fort.

    Ces voeux, clairement, indiquent un nouveau départ pour le parti socialiste, à quelques mois des élections régionales. Un vent de conquête soufflait, ce matin, dans la cour d'honneur de Solferino!

  • Du Roi, de la neige, des régions

    regions_adm.gifEncore une note fourre tout, une note pour indiquer tout ce que je fais et tout ce que je pense. Pour parler du trajet d'un quart d'heure sous la neige pour aller à la gare rer, de ces livres qui me noient dans mes rêves alors que je suis assis dans les rames de la 4, de ces combats politiques qui m'obsedent la nuit comme le jour, à Béziers comme à Paris, au PS comme dans les instances nationales du MJS. Envoyer mes voeux, rénover mon blog, ca c'est les petits plaisirs, mais quand il s'agit de rédiger des kits et de rappeller des gens, celà s'annonce comme une journée de technocrate...

    Du ROI. Je lis actuellement un excellent ouvrage dirigé par Jean Francois Revel sur la longue durée de l'Etat dans l'histoire de France, sujet qui me passionne. La longue gestation des institutions publiques couvées par de faibles personnes qui ont su, à l'âge de l'épée et du fanatisme religieux, défendre et faire triompher l'intérêt général et construire une administration étatique, ca me laisse béat. D'un autre côté, la lente sacralisation du Roi de France me laisse aussi particulièrement rêveur, je me vois bien sous un dais, tenant un sceptre, recevant mes sujets...sans doute ce rêve n'est pas étranger à mes études et à mon engouement pour mon métier. Métier délaissé d'ailleurs, interrompu... Oui V., je n'ai pas d'élèves, parce que mon stress ne peut se satisfaire d'une carrière rectiligne et j'hesiterai constamment entre reprise d'études, passage dans l'armée ou "cursus honorum".

    De la neige. La vie à Paris c'est la boue glaciale, le froid saisissant, mais aussi les mille embûches d'une recherche d'apparts. Coups de fils aux propriétaires, course de rapidité sur pap.fr, consolidation du dossier...Pourquoi est-ce si dur de chercher un toit? Rien de tel qu'un propriétaire hésitant pour renforcer mes convictions socialistes et mes projets de spoliation et d'abolition de la propriété...

    Des régions. Je vais travailler pendant 3 mois sur les élections régionales. Je découvre d'excellents bilans, un projet ambitieux, mais encore dans mon cher parti socialiste, pas assez de dynamique pour aller cueillir la victoire. Et j'espere bien que les jeunes socialistes sauront insuffler ce dynamisme. En tout cas je m'y emploierai. J'en aurais l'occasion. Voire plus.