Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vacances d'été? Semaine de 4 jours? Non, il faut repenser les rythmes scolaires!

rythme-scolaire.gifLes medias, en avril 2010, se sont enfin emparés de la question des rythmes scolaires. Pourtant les grands titres s'interessent uniquement à la décriée semaine de 4 jours ou au raccourcissement des vacances d'été. Nous pouvons traiter cette question autrement. Refonder les rythmes scolaires, en prenant en compte les rythmes de l'enfant et du jeune, en mettant de coté toutes sortes de lobbies, notamment le lobby touristique. Comment?

 

D'abord en s'appuyant sur des études ou des ressentis sur la fatigue, l'attention plus ou moins soutenue des enfants selon l'heure du cours ou le moment de la semaine. On se rend alors compte que l'attention baisse tout au long de la journée. Il faut donc diversifier et raccourcir la journée scolaire, sortir de la juxtaposition des cours magistraux pour prévoir, comme au collège Clisthène à Bordeaux, des activités de détente, de projet, d'activités associatives, culturelles ou sportives qui cassent la monotonie des écoles. Cette diversification du temps scolaire pourrait aussi passer par la prise en charge totale du temps périéducatif par l'éducation nationale et la fin des devoirs à la maison, fruit de tant d'inégalités sociales, familiales et territoriales. Comment, encore une fois? En augmentant le nombre de jours de l'année scolaire (moins de la moitié de l'année aujourd'hui), en prenant en compte tous les rythmes sociaux et économiques qui ont un lien avec le temps éducatif.

 

Repenser les temps scolaires, c'est évidemment s'interesser à une nouvelle organisation des cours, au nouveau rôle des enseignants, à l'implication des personnels et des usagers dans cette nouvelle organisation, mais aussi penser au reste: S'il faut raccourcir de quelques semaines les vacances d'été, faut il organiser un zonage pour éviter l'explosion des prix et des flux touristiques au même moment? Quelle place pour les associations d'éducation populaire dans ce nouveau schéma? Qui s'occupe des enfants dont les parents travaillent tard? Toutes ces questions ouvrent de nouveaux chantiers pour la sphère publique!

Commentaires

  • En tant que personnel qui n'avons rien d'autre à apprendre à ces petits (qu'ils soooont meugnooooons) qu'à ne pas taper sur son voisin, ne pas se jeter des balustres, ne pas répondre "va niquer ta sale pute de mère, con de ta race" quand on est un meugnon 6ème...bref je m'égare, nous, pions de notre joli nom si approprié, nous avons aussi nos heures sinistrés.

    Merde, mon bus, je reviens après finir ce commentaire gnek gnek...

  • Je disais donc nous avons un emploi du temps:

    8h à 9h: Etude de rêve, tout le monde est sage, tout le monde est calme, tout le monde comate.

    9h à 10h: Heure terrible avec 4 - 5 classes entières, tout le monde est réveillé, tout le monde est chiant, tout le monde crie, personne veut aller au CDI

    10h à 11H: Heure sinistrée, peu d'élèves mais tous agités, tout le mode répond, tout le monde est agacé...

    14h à 15h: Aléatoire. Soit tout le monde digère et comate gentiment (parfois même ils acceptent de travailler ou de lire), soit tout le monde hurle et s'agite...

    15h à 16h: Enfer sur terre, cirque ambulant. Voire Zoo...

    16h à 18h: Retour du calme, meilleures heures de la journée.

    Si on considère ce tempo, il me semblerait judicieux d'adapter pour de bon les activités selon les heures plutôt que de réduire à tout prix les heures de présence en cours (vu que de toute manière la plupart des parents ne pourront pas récupérer leurs enfants et ils resteraient alors dans l'établissement)

  • Je disais donc nous avons un emploi du temps:

    8h à 9h: Etude de rêve, tout le monde est sage, tout le monde est calme, tout le monde comate.

    9h à 10h: Heure terrible avec 4 - 5 classes entières, tout le monde est réveillé, tout le monde est chiant, tout le monde crie, personne veut aller au CDI

    10h à 11H: Heure sinistrée, peu d'élèves mais tous agités, tout le mode répond, tout le monde est agacé...

    14h à 15h: Aléatoire. Soit tout le monde digère et comate gentiment (parfois même ils acceptent de travailler ou de lire), soit tout le monde hurle et s'agite...

    15h à 16h: Enfer sur terre, cirque ambulant. Voire Zoo...

    16h à 18h: Retour du calme, meilleures heures de la journée.

    Si on considère ce tempo, il me semblerait judicieux d'adapter pour de bon les activités selon les heures plutôt que de réduire à tout prix les heures de présence en cours (vu que de toute manière la plupart des parents ne pourront pas récupérer leurs enfants et ils resteraient alors dans l'établissement)

Les commentaires sont fermés.