Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Produire, consommer et croitre autrement: Revendiquons le droit au bonheur!

 

graphique2 - Croissance.JPGJ'avais bien fait rigoler mes camarades héraultais, alors que j'intervenais, comme vice-président étudiant du CROUS, lors d'une réunion du MJS, en 2005, en évoquant le "droit au bonheur". 5 ans après, je retrouve cette notion, apparue dans la déclaration d'indépendance des Etats-Unis en 1776, au moment de conclure les travaux du kit consommation, élaboré avec mes camarades du pôle "économie durable". Le Brésil n'a pas eu peur de ce concept, puisque ce 10 novembre; il l'integrait dans l'article 6 de sa constitution.

Le droit au bonheur a toute sa place dans la société éducative du temps libéré que nous promouvons. Opposé à la société de consommation, ce concept, porté notamment par Serge Latouche, chantre de la décroissance, sous le nom de "société conviviale", pourrait être un élément-pivot du nouveau modèle de développement que nous défendons.

Les inégalités sociales se creusent à toutes les échelles sur une planète menacée dans ses équilibres climatiques et sa biodiversité. Le vivre-ensemble, sur la planète, comme dans une ville, est menacé par un capitalisme financier en crise qui effrite les solidarités étatiques, et dont le courtermisme affiché menace l'avenir de la planète, dégradant les conditions de vie des plus modestes.

Nous pouvons difficilement faire évoluer le capitalisme qui est un système cohérent alors nous devons le dépasser en portant, à tous les niveaux, de nouveaux modes de consommation, de nouveaux modes de production, organisés autour d'une croissance qualitative d'un bonheur partagé, portés par une puissance publique renforcée à l'echelle nationale, européenne et mondiale.

Des accents utopiques? Non, un projet de société, porté par des sociologues, des économistes, des collectifs associatifs...et, d'une certaine manière, par le parti socialiste, dans sa convention sur un nouveau modèle de développement, tout en restant assez timide dans sa définition de la croissance. Une politique industrielle européenne, ainsi qu'un nouveau modèle agricole promu dans un autre kit, doivent permettre de prioriser des secteurs d'activité, des emplois durables. Réglementer la TVA, encadrer la publicité et le crédit, réduire les emballages par exemple, voila quelques éléments des nouveaux modes de consommation que nous voulons proposer, contre le jetable, l'éphémère, l'ostentatoire.

Défendons le droit au bonheur comme réalisation ultime d'une humanité apaisée où la société disposerait d'un Etat attaché à la réalisation de besoins prioritaires: accéder à l'eau, à l'énergie, à l'éducation, à la santé, au loisir épanouissant...et définir des critères pour une croissance qualitative, du bonheur, qui deviendrait le nouvel étalon des politiques publiques! Ce n'est pas un rêve, c'est une feuille de route, nécessaire, urgente.

Les commentaires sont fermés.