Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

6 mai 2012

 

blog -Mitterrand-rose-rouge_Pantheon 1981.jpgDans un an, tout sera fini. Le dimanche 6 mai 2012, des petits sondages fleuriront sur les sites d’infos suisses et belges, publiant des suffrages sortis des urnes. La tendance sera là, tout sera vain. Dans notre belle Vème république, en une journée, ce second tour des présidentielles, les jeux sont faits. Pour quelques milliers de secondes, pour d’interminables petites heures, il faudra attendre. D’ici là, je n’attendrai pas, pas une seule seconde. Aucune déception, aucune désillusion ne peut m’atteindre (avis aux amateurs). D’ici là, tous mes efforts, tous mes espoirs sont tendus vers la ligne d’arrivée. Projet, primaires, programme, campagne, toutes ces étapes qui jalonnent l’année à venir, je veux favoriser leur réussite.

En 2002, je me suis juré que plus jamais je n’assisterai, impuissant, à une élection présidentielle. Alors, mon seul souci, c’est d’être à la hauteur. Dans un an, je veux vivre une victoire, la victoire des convictions contre le fatalisme. Le parti socialiste fêtera, mardi prochain, le 10 mai, les 30 ans de la victoire de Francois Mitterrand. Je n’étais pas né, mais je crois savoir ce que des millions de gens ont ressenti. Les photos des militants qui pleuraient sous la pluie, mais aussi les souvenirs de mes parents, les affiches du second étage, à Solferino, des années 70, ou encore l’hymne de la campagne « les voix des hommes, et les voix des femmes »…, tout cela, je veux aussi le vivre.

Alors, d’ici là, je vais mordre. Férocement. Je vais mordre ceux qui commencent déjà à rejeter telle ou telle candidature. Parce que le processus des primaires est en cours et que le peuple de gauche décidera qui il veut faire gagner. A nous, dans le débat des primaires, de faire souffler un vent de gauche, d’alternative, de transformation sociale, pour influer sur le cours de la campagne et du programme. D’ici là, je vais mordre, ceux qui ne sont pas satisfaits par telle ou telle des 30 propositions du projet socialiste. C’est la cohérence du projet socialiste qui m’importe, et elle est au rendez-vous : nouvelle donne internationale, égalité réelle, autre modèle de développement, rénovation politique : jamais depuis 1981 les socialistes n’ont été aussi ambitieux ! D’ici là, je vais mordre ceux qui critiquent le dispositif « mobilisation 2012 » auquel je participe comme formateur national : Oui, la France n’est pas les Etats-Unis, tout le monde sait faire du porte-à-porte, mais la priorité donnée aux moyens militants et à l’organisation de terrain me plait, et je la porterai partout.

Alors, d’ici là, chaque voix compte. Affûtons nos arguments pour la campagne, arpentons le terrain, fourbissons nos pratiques militantes, et le porte-à-porte sera en 2012 aussi efficace que les marches forcées de Napoléon. Un an pour proposer, pour convaincre, un an pour préparer le rassemblement de la gauche et ce contrat de gouvernement qui sera décisif pour convaincre les électeurs. La main que nous tendrons aux autres forces de la gauche dépendra beaucoup de notre projet pour l’économie durable. Alors autant ne pas le négliger. La victoire sera largement due à notre capacité à résister aux sirènes médiatiques. Les sondages vont arriver, les débats sociétaux d’un jour vont se multiplier, il faudra alors garder le cap.

Aujourd'hui, tout est possible. La droite est sur la défensive, dans les pays étrangers, les gouvernements se tournent, attentifs, vers le parti socialiste.  Alors autant ne pas rater ce rendez-vous historique entre la gauche et les Francais. Ils seront peu nombreux, les jours de repos, pendant cette année, où je reprendrai aussi les cours  après deux années de permanentat syndical. Mais ils ont été peu nombreux depuis 9 ans, alors, pour que tout n’aie pas été vain, il faut gagner: « c’est aujourd’hui que l’avenir s’invente » !

Commentaires

  • Cher Prof et militant! pour ta gouverne il existe des profs des droite, dont je fais partie :) bon courage pour la campagne de l'année prochaine car force est de constater vos cuisants échecs depuis 30 ans:)
    Que le meilleur gagne:)

Les commentaires sont fermés.