Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • A quand une politique familiale pour la gauche?

    affiche-propagande-1.jpgFamilles recomposées, parents homosexuels, mères célibataires...sans faire de généralités, la famille en 2011 ne ressemble plus guère aux affiches de propagande et aux spots de pub. Et ces évolutions nécessitent de nouvelles politiques publiques, dans le domaine du travail, de la petite enfance, du temps libéré. Les questions dites "sociétales" ne m'ont jamais passionné. Je ne range pas la famille dans le même panier: c'est bien de l'éducation dès le plus jeune âge, de l'égalité femmes-hommes qu'il va être question, des thèmes qui me passionnent! La famille doit devenir un grand débat politique, qui fait clivage, qui fait actualité, qui change la vie (c'est le cas en Allemagne). La politique familiale doit passer par concilier, tant pour les femmes que pour les hommes, vie familiale et vie professionnelle. Elle doit ensuite assurer l'installation des couples et l'épanouissement des enfants, elle doit enfin reconnaître l'égalité de toutes les familles.

     

    Concilier vie familiale et vie professionnelle? Au XXième siècle, partout dans le monde, les hommes peuvent toujours privilégier leur carrière alors que les femmes, au 2ème enfant, passent souvent en temps partiel (même en Scandinavie!). En matière, trois modèles de prise en charge de la petite enfance existent : le modèle nordique et les congés parentaux longs, bien rémunérés, flexibles, avec un mode d'accueil collectif genereux. Le modèle anglo-saxon et ses aides ciblées contre la pauvreté, le modèle méditerranéen et ses prestations familiales faibles. Aucun n'a été capable de réduire les inégalités professionnelles et domestiques entre hommes et femmes.

     

    Alors pourquoi le modèle francais, en 2012, ne deviendrait-il pas avec la gauche le laboratoire des politiques familiales?

    - Mettre en place comme en Suède un congé parental long et bien rémunéré sans rupture de contrat, partageable entre les conjoints, non transferable en intégralité? Les socialistes l'ont ratifié dans la convention égalité réelle!

     - Pourquoi ne pas suivre les Islandais et aller vers 2/3 des enfants de 1 à 3 ans dans des structures collectives, qui ont un projet éducatif? Plan d'équipement de 300 000 places entre Etat/interco, obligations sociales des grandes entreprises pour créer des crèches, création de comités d'entreprise territoriaux pour les PME permettrait d'avancer vers cet objectif.

    - Instaurons un clivage avec la droite dont le rapport Tabarot (2008) prévoit une garde au rabais: 4 enfants par assistante maternelle au lieu de 3, relèvement des seuils dans les structures collectives, facilités pour les crèches privées...

    - Et pourquoi ne pas remettre en cause, à terme, ces ristournes fiscales pour les modes de garde privés, et se rapprocher du modèle anglo-saxon en ciblant les aides sociales sur les familles les plus modestes et notamment sur les familles monoparentales?

     

    A quoi ressemble le modèle francais existant? La création de crèches stagne depuis les années 80, la droite a favorisé les crèches familiales (soit les assistantes maternelles telles que ma mère!), et des prestations familiales (PAJE) qui ont incité les femmes à cesser leur activité alors que les temps partiels avaient un accès difficile aux modes de garde. Lutter pour l'égalité entre femmes et hommes, c'est aussi taxer le temps partiel subi, comme le prévoit le PS, qui concerne surtout les femmes, voire peut-être aller plus loin, donner la priorité pour les modes de garde (1/3 ans) aux familles où les hommes ont pris leur congé parental? Voire leur gratuité pour les familles qui font ce choix? Si l'on réforme le congé parental, il faudra se donner les moyens de lutter contre son partage inégalitaire. Le congé parental, en Suède, a développé des inégalités professionnelles, les métiers sanitaires et sociaux devenant très majoritairement féminins. 

     

    Passons aux enfants, à leur bien-être: Comment généraliser une prise en charge éducative de 3 à 16 ans? Celà passe par la scolarité obligatoire à 3 ans mais aussi par un projet socialiste prévoyant un plan d'accès aux structures publiques et sociales de 1 à 3 ans (avant c'est congé parental) sur tout le territoire, et la réforme de la formation des métiers de la petite enfance pour élever les diplômes, pour développer des projets d'éveil, voire prévoir des passerelles vers les autres métiers éducatifs.

     

    Comment organiser la co-éducation à l'école? Des journées banalisées chaque année pour travailler avec les parents sur la mise en oeuvre des programmes, prévues dans le code du travail? Des locaux pour accueillir les parents, organiser des rendez-vous d'orientation, et permettre aux fédérations de parents d'élèves d'organiser des permanences?  L'épanouissement des enfants, c'est aussi démocratiser l'accès aux transports, à la culture, aux vacances pour les familles: carte multimodale de transports, plans culturels touristiques à l'échelle intercommunale...C'est aussi la meilleure gestion des temps éducatifs, en faisant entrer les associations à l'école pour favoriser un accès; avec des tarifs sociaux, aux licences sportives, aux activités culturelles, imbriquées dans le temps scolaire et organisées de manière complémentaire de la maternelle au lycée, notamment pour permettre aux mères de travailler.

     

    Enfin, la diversité des familles qui devient une réalité: Comment gérer l'adoption des parents homosexuels et l'épanouissement des enfants, notamment à travers la place d'un référent féminin ou masculin? La garde alternée du weekend n'est elle pas plus profitable que la garde partagée semaine par semaine, où les enfants oublient constamment leurs manuels scolaires? Pourquoi ne pas alterner le parent référent chaque année? Quel statut pour le co-éducateur des familles recomposées? Là, en revanche, je n'ai plus de réponses!

  • Die Vorwahl in Frankreich: Wie, wer, wann?

    la-charte-ethique-des-primaires.pngDie erste Nachricht des Tages war natürlich die "Affäre". Eine internationale Nachricht, die, von Washington bis Berlin, in Amerika sowie auf alle Kontinente, wird morgen auf der erste Seite der Zeitungen sicher stehen. Ein sozialistischer Politiker namens Dominique Strauss-Kahn, ehemaliger französischer Wirtschaftsminister und jetztiger Direktor des IWF wird sicher wegen "Krimineller sexueller Akt, versuchte Vergewaltigung und Freiheitsberaubung in Verbindung mit sexueller Nötigung" beurteilt werden. Und plötzlich entdeckt die Welt dass alle Franzosen mögliche Vergewaltiger sind (nach amerikanische Medien).

    Ok, da sind die Fakten. Als Nationalsekretär der Junge Sozialisten interessiere ich mich natürlich über was Dominique Strauss-Kahn angeht. Nicht nur, weil ich neugierig bin. Für uns Sozialisten ist jemand gültig nur wenn er beurteilt wird, nur wenn er die möglichkeit hat, sich zu erklären, sich zu verteidigen. (die sobennante "présomption d'innocence", von der Regierung  Jospin eingeführt.wurde. Deshalb hab ich, zum ersten, gar keine Lust mehr diese "Affäre" zu kommentieren. Zweitens will ich diesmal auch nicht drüber lachen. Wir wissen nocht nicht was wirklich in der Suite 2806 geschehen ist, aber wenn eine Frau wirklich vergewaltigt wurde , ist kein Witz mehr möglich: in unsere Gesellschaft ist die Männliche Herrschaft immer noch sichtbar durch dieses frauenfeindliches "Humor".

    Warum dann ein Artikel über diesen Fall? Weil die internationale Ansicht über die nächste Präsidentwahl in Frankreich mich nicht gefällt. Von aussen sieht es so aus, dass es zwei Kandidaten gab: Dominique, links, und Nicolas, rechts. Eigentlich ist es nicht so einfach: wer weiss, wenn die erste Partei in Frankreich, die UMP, noch Nicolas Sarkozy als Kandidat unterstützen wird? Wer könnte denn raten wer die sozialitische Vorwahl, die "Primaires", gewinnen wird?  Eigentlich Niemand. Und vielleicht wollen meine deutsche Freunde auch die französische Politik verstehen können?

    Was passiert wirklich in Frankreich, ein Jahr vor der Präsidentwahl 2012? Der Wahlkampf wird im Herbst 2011 beginnen, und alles kann noch passieren. Nicolas Sarkozy war nie so unbeliebt, mit  nur 20% der Franzosen die, laut der Umfragen, noch zufrieden mit ihm sind. Der Parti Socialiste hat die lokale Wahl der Departemente ("cantonales") gewonnen mit mehr als 30% der Stimmen und die linke Parteien, Front de gauche, Europe écologie und Parti Socialiste, haben für das erste Mal die Mehrheit bekommen (51% für die zweite Runde). Aber der Front National war nie so hoch wie jetzt, die neue Chefin der Rechtsextreme Partei, Marine Le Pen, ist nicht so erschrekend wie der Papa, und weniger als die hälfte der Leute sind zum Wahlbüro gegangen. Das ist erschreckend für uns, Sozialisten, wenn ein drittel der Arbeiter für eine ausländerfeindliche Partei wählen wollen.

    Wie geht's dem PS? Eigentlich gut: Wir wollen am 9ten und 16ten Oktober 2011 mehr als 1 Millionen Leute wählen lassen, um, überall in Frankreich, zu beschliessen wer sie als Kandidat wollen, wer sie gewinnen lassen wollen. Man braucht nur 1 euro zahlen und eine sozialistische Erklärung unterschreiben! Als Trainer des Programms "Mobilisation 2012" bin ich deshalb damit beschäftigt, alle sozialistische Landesverbände zu helfen, um neue Politische und Kommunicationsmethoden zu benutzen, um mehr Leute zu überzeugen, zu der "Primaires" teilzunehmen. Sozialisten können gewinnen, müssen gewinnen: Ungleichheiten werden immer stärker zwischen die soziale Schichten, nie war eine Schulrevolution so unverzichtbar: das schlagt der PS vor! Ein neues Entwicklungsmodell wird mit dem Erdölmangel nötig, sowie Atomausstieg und Entwicklung der erneuebare Energien: das will der PS!

    Wer wird den Parti Socialiste vertreten für diese Schlacht die möglicherweise ein Sieg bekommen könnte, nach der Umfrage? Segolene Royal hatte sich 2007 beworben und uns sehr enttäuscht. Francois Hollande verteidigt den sozialliberalen Weg für die sozialistische Partei, und es kann mich nicht gefallen: ecologische, soziale und wirtschaftliche Fragen die sich stellen brauchen ein starken Einsatz des Staates und der öffentliche Macht, und keine "Troisieme voie" die in Deutschland und England schon enttäuscht hat. Arnaud Montebourg, Christian Pierret, Manuel Valls, wollen auch kandidieren. Wird die erste sekretarin Martine Aubry sich auch bewerben?

  • 6 mai 2012

     

    blog -Mitterrand-rose-rouge_Pantheon 1981.jpgDans un an, tout sera fini. Le dimanche 6 mai 2012, des petits sondages fleuriront sur les sites d’infos suisses et belges, publiant des suffrages sortis des urnes. La tendance sera là, tout sera vain. Dans notre belle Vème république, en une journée, ce second tour des présidentielles, les jeux sont faits. Pour quelques milliers de secondes, pour d’interminables petites heures, il faudra attendre. D’ici là, je n’attendrai pas, pas une seule seconde. Aucune déception, aucune désillusion ne peut m’atteindre (avis aux amateurs). D’ici là, tous mes efforts, tous mes espoirs sont tendus vers la ligne d’arrivée. Projet, primaires, programme, campagne, toutes ces étapes qui jalonnent l’année à venir, je veux favoriser leur réussite.

    En 2002, je me suis juré que plus jamais je n’assisterai, impuissant, à une élection présidentielle. Alors, mon seul souci, c’est d’être à la hauteur. Dans un an, je veux vivre une victoire, la victoire des convictions contre le fatalisme. Le parti socialiste fêtera, mardi prochain, le 10 mai, les 30 ans de la victoire de Francois Mitterrand. Je n’étais pas né, mais je crois savoir ce que des millions de gens ont ressenti. Les photos des militants qui pleuraient sous la pluie, mais aussi les souvenirs de mes parents, les affiches du second étage, à Solferino, des années 70, ou encore l’hymne de la campagne « les voix des hommes, et les voix des femmes »…, tout cela, je veux aussi le vivre.

    Alors, d’ici là, je vais mordre. Férocement. Je vais mordre ceux qui commencent déjà à rejeter telle ou telle candidature. Parce que le processus des primaires est en cours et que le peuple de gauche décidera qui il veut faire gagner. A nous, dans le débat des primaires, de faire souffler un vent de gauche, d’alternative, de transformation sociale, pour influer sur le cours de la campagne et du programme. D’ici là, je vais mordre, ceux qui ne sont pas satisfaits par telle ou telle des 30 propositions du projet socialiste. C’est la cohérence du projet socialiste qui m’importe, et elle est au rendez-vous : nouvelle donne internationale, égalité réelle, autre modèle de développement, rénovation politique : jamais depuis 1981 les socialistes n’ont été aussi ambitieux ! D’ici là, je vais mordre ceux qui critiquent le dispositif « mobilisation 2012 » auquel je participe comme formateur national : Oui, la France n’est pas les Etats-Unis, tout le monde sait faire du porte-à-porte, mais la priorité donnée aux moyens militants et à l’organisation de terrain me plait, et je la porterai partout.

    Alors, d’ici là, chaque voix compte. Affûtons nos arguments pour la campagne, arpentons le terrain, fourbissons nos pratiques militantes, et le porte-à-porte sera en 2012 aussi efficace que les marches forcées de Napoléon. Un an pour proposer, pour convaincre, un an pour préparer le rassemblement de la gauche et ce contrat de gouvernement qui sera décisif pour convaincre les électeurs. La main que nous tendrons aux autres forces de la gauche dépendra beaucoup de notre projet pour l’économie durable. Alors autant ne pas le négliger. La victoire sera largement due à notre capacité à résister aux sirènes médiatiques. Les sondages vont arriver, les débats sociétaux d’un jour vont se multiplier, il faudra alors garder le cap.

    Aujourd'hui, tout est possible. La droite est sur la défensive, dans les pays étrangers, les gouvernements se tournent, attentifs, vers le parti socialiste.  Alors autant ne pas rater ce rendez-vous historique entre la gauche et les Francais. Ils seront peu nombreux, les jours de repos, pendant cette année, où je reprendrai aussi les cours  après deux années de permanentat syndical. Mais ils ont été peu nombreux depuis 9 ans, alors, pour que tout n’aie pas été vain, il faut gagner: « c’est aujourd’hui que l’avenir s’invente » !