Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Collège: repartir à zero!

     education,politique,college,PSEn 2012, les socialistes veulent transformer le système éducatif. Au delà d'une priorité budgétaire pour les premiers cycles, il faudra refonder le collège. En septembre 2011, que de surprises vont m'attendre dans l'établissement d'affectation que je rejoindrai, à mi-temps, entre Nîmes et Narbonne: tableaux numériques à gogo, nouveaux programmes, livret de compétences à remplir, histoire des arts à enseigner...

    Le collège semble changer, mais pas assez. Le collège unique de la loi Haby n'est pas mis en oeuvre, on est revenu en arrière, vive le petit lycée. Dans le train qui me ramène de la formation "primaires" que j'ai animé chez les socialistes toulousains, j'ai enfin pu me pencher sur la publication spécial collège de mon syndicat, le SE UNSA.

    Quelles bonnes idées à reprendre, à s'inspirer, à imaginer pour faire du collège une vraie école commune à la suite duquel voie académique et voie professionnelle sont des véritables choix? Comment concilier les souhaits des enseignants, des élèves, des parents pour assurer une formation citoyenne et pratique, culturelle et scientifique, qui épanouit et émancipe? Avec 4 leviers:

    - Révolutionnons le temps scolaire! Et si on respectait les rythmes biochronologiques des élèves pour les cours et les journées? 30mn d'attention sur une activité, 6h sur une journée, et tout refaire à partir de ca? Une salle par classe pour éviter les intercours entre des sequences d'une heure trente? Un temps d'accueil le matin? Vive le collège expérimental clisthene à Bordeaux!

    - Revoyons les contenus disciplinaires! Donnons du sens au savoir avec des temps interdisciplinaires, moins de savoirs peut-être mais mieux assimilés. Refondons les programmes pour mettre en avant les aspects pratiques de chaque matière pour que la voie professionnelle ne soit plus un non-choix: cuisine et santé en SVT, mécanique en physique, comptabilité en maths, genie electrique en techno, cartographie en histoire-géo...

    - Changeons les méthodes pédagogiques! Et si les élèves étaient constamment en action pendant le cours? Présentations orales, travaux de groupe, pédagogie de projet pourraient mener au plaisir d'apprendre. Evaluer par competences, individuellement, quand l'élève est prêt, c'est favoriser l'épanouissement et lutter contre l'échec qui dégoute de l'école.

    - Donnons aux personnels d'éducation un autre rôle! C'est d'abord une autre formation, sur le temps long, une formation continue (une à deux semaines par an), la prise en compte de toutes les activités dans la rémunération, des bureaux par équipe disciplinaire ou par pôle, mais aussi peut-être des services différents pour un même statut d'enseignant, corps unique, selon le niveau d'enseignement...

    Voici quelques petites idées, glanées dans mon syndicat, chez mes camarades, chez des sociologues (anditi, duru-bellat, van zanten), des idées qui viennent d'une certaine expérience, joies, déceptions, espoirs que la politique doit, en 2012, concretiser.