Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • De Lamoura à Strasbourg

     

    samedi-19-novembre-a-strasbourg-venez-participer-au-festival-du-changement-avec-francois-hollande-171254.pngAprès-demain commencera le 10ème congrès du Mouvement des Jeunes Socialistes. Ainsi débouleront à Strasbourg des trains, des bus, des voitures chargées de militants plus ou moins fatigués, mais tous remontés à bloc, comme des pendules, pour être au rendez-vous des formidables échéances qui s'annoncent.

     Mon premier congrès du MJS c'était justement après des présidentielles. Celui-ci est le 5ème pour moi, et le dernier, puisque j'atteindrai ma date de peremption le 31 décembre 2012. C'est dur de vieillir dans une organisation de jeunesse,  d'être un vieux croûton qui a fait le LMD et le CPE...mais un congrès est aussi l'occasion de rencontrer des camarades devenus amis, de prendre toute la mesure de l'organisation pour laquelle on se dépense sans compter, et de repartir, reboostés, pour de nouveaux combats. C'est un moment exaltant, une musique trépidante (j'espere, hein Hugo), des discours qui font vibrer (je compte sur toi, Thierry) et l'émotion de valeurs et d'espoirs partagés et scandés avec tous les accents que comptent la France, de la Réunion à Montpellier.

    Un congrès, c'est aussi un moment pour prendre du recul sur son engagement...se rappeller les jeux de scène et la bière ambrée de Lamoura (2003), les chaises en plastique et la salle bondée de Paris (2005), la soirée sordide et les sièges douillets de Bordeaux (2007) ou encore le confortable tapis du hall et une soirée d'adieux émouvante pour moi à Grenoble (2009). C'est le souvenir de tous ces militants partis depuis, qui avaient l'air affairés, semblaient soucieux, ou chuchotaient des informations à la teneur sans doute ultra-secrète, derrière un pilier, au bout d'un couloir. Il semblerait que je les ai remplacé. Avec toutes les attitudes ridicules qui vont avec.

    Ce congrès ne sera pas comme tous les autres. C'est l'aboutissement de la magistrale transformation du MJS mise en oeuvre par Laurianne Deniaud pendant deux ans pour ouvrir l'organisation, accueillir des jeunes issus de tous les milieux et de tous les horizons, pour développer notre force de frappe avec de nouvelles pratiques militantes. Les débats de Grenoble, parfois durs, ont été utiles aux jeunes socialistes. C'est le lancement d'une campagne des jeunes socialistes pour transformer l'essai des primaires et faire gagner la gauche en 2012. Ce congrès sera un moment, intense, de rassemblement, avec un texte unique qui unit toutes les sensibilités du MJS autour d'une même ambition: porter le changement au pouvoir, le mettre en oeuvre sur le terrain.

    Francois Hollande sera ainsi la « guest star » du festival du changement du samedi apres-midi qui mettra en avant des jeunes qui créent, qui inventent, et doivent avoir leur place dans le changement. Au programme aussi? Le débat d'activité (14h le vendredi), d'orientation (15h le vendredi), le vote pour la présidence du MJS (samedi à 13h), le débat des résolutions (à 10h), la soirée « avec DJ » 20h30 ou encore le discours du candidat à la présidentielle et du président élu du MJS, le samedi après-midi. Le dimanche matin sera consacré aux formations militantes.

     

  • La dette française: Qui, où, depuis quand...

    la-droite-est-responsable-de-l039explosion-de-la-dette-publique-28394.pngLa dette, cette lourde charge qui poserait lourdement sur l'épaule de nos enfants. La dette, ce prétexte banal à tous les renoncements politiques. La dette, ce débat crucial et décisif pour les prochaines échéances. Ce débat politique doit-il conditionner tous les autres autour de la crédibilité de programmes politiques qui doivent coûter « peu cher »? La dette ne doit pas être une fourche caudine qui ligote la gauche mais bien un débat.

    Alors que les agences de notation qui évaluent la solvabilité des états semblent pouvoir remettre en cause la tenue d'un référendum en Grèce, il est urgent de proposer une autre manière de gérer la dette publique tant en France (185 milliards d'euros « levés » en 2011), qu'en Europe (1000 milliards d'euros levés la même année). La dette française c'est 1400 milliards d'euros selon les critères du traité de Maastricht. Les différentes obligations et autres bons de l'Agence France Trésor ont été largement internationalisés depuis 1973. Par exemple, la part des détenteurs étrangers est passée de 30% à 70% au cours des 10 dernières années, et les Iles Caimans sont aujourd'hui avec le Luxembourg et le Royaume-Uni le premier détenteur extérieur des obligations assimilables au trésor (OAT), des prêts de long terme.

    Cette externationalisation empêche la France de pouvoir gérer sa dette par l'outil fiscal ou la régulation financière, alors qu'au Japon les épargnants et la banque postale possèdent la dette nationale. Ce n'est pas un hasard si les attaques des agences de notation se concentrent sur les états dont la dette est la plus internationalisée.

    La dette est incontournable dans le budget de la nation: le service de la dette (intérêts et capital remboursés chaque année) représente 120 milliards d'euros soit l'équivalent du revenu de tous les impôts directs. La question des taux d'intérêts est donc primordiale. Pourquoi laisser des agences de notation peser sur les politiques des états et les contraindre à une austérité qui pénalise toujours les plus faibles? La puissance publique peut se ressaisir à toutes les échelles!

    Au niveau international en interdisant les spéculations les plus dangereuses pour l'équilibre du système financier: titrisation, contrats à terme sur les matières premières, contrats de défauts de paiement (les fameux « swaps » qui couvrent l'insolvabilité des états). Au niveau européen en changeant radicalement le rôle de la BCE, après l'échec de 11 sommets européens consécutifs pour sortir de crises à répétition qui menacent l'euro dans son existence: au-delà de la stabilité des prix, le rachat des titres de dette publics sur le marché de la revente permettrait de stopper la spéculation sur les dettes souveraines, alors que le Fonds Européen de Stabilité Financière n'est doté que de 440 milliards d'euros...L'Allemagne criera que cela favorise l'irresponsabilité des banques, alors qu'elle a applaudi à la recapitalisation de banques tout aussi irresponsables pour résoudre la crise financière de 2008.

    Au niveau national, la France peut tourner le dos à sa stratégie d'internationalisation de la dette qui exacerbe le monopole financier des banques pour transformer l'épargne. Les Francais sont riches avec un patrimoine financier de 3800 milliards d'euros (dont un tiers placés en assurance-vie) alors pourquoi ne pas recourrir à l'émission de bons perpétuels du trésor avec un taux assez élevé pour être favorable (4,5% par exemple). Un audit de la dette permettrait, en 2012, à un gouvernement socialiste de redonner aux Francais la maitrise collective de leur destin.