Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cher ministre, on attend quoi pour "refonder"?

323vincent_peillon_1.jpgJ'avoue, je suis inquiet. Alors que la droite bousculait toutes les oppositions pour appliquer mesure après mesure son projet destructeur pour la société, la gauche recule au moindre obstacle. La question des rythmes scolaires n'est peut-être pas la plus importante pour refonder le système éducatif. Il y a plus urgent: construire une meilleure formation des enseignants, notamment à la pédagogie différenciée et à la lutte contre l'échec scolaire. Réorganiser les établissements scolaires en donnant tout son sens à la loi de 1985 autour d'une autonomie démocratique pour construire des projets pédagogiques. Et enfin, introduire au collège une dimension technique et professionnelle pour tous en utilisant le socle commun qui primerait sur des programmes cloisonnés, après lesquels on court toute l'année...

Mais tout ceci n'est même pas ébauché, à part pour la formation des enseignants. Et j'ai peur. Peur de la pusillanimité d'une gauche qui ne s'affirmerait pas devant les corporatismes (coucou le SNES), les bas intérêts, les lobbies. Merci au président de la FCPE, JJ Hazan, d'avoir demandé au secteur du tourisme de privilégier l'intérêt des enfants.

Je suis favorable au raccourcissement des vacances d'été. Le problème c'est que celà remet en cause l'accord tacite qui permet à la France de mal payer ses enseignants sous prétexte qu'ils ont beaucoup de vacances, problème relevé par Laurent Escure, secrétaire général de l'Unsa Education, dans sa conférence de presse.

Pour moi, c'est le noeud gordien de la refondation! Je suis conscient qu'il a des implications financières et pratiques (ramassage scolaire, temps périéducatif) difficiles à trancher en temps de crise. Mais pour avoir une approche globale du temps éducatif, il faut une marge de manoeuvre, un nombre bien plus important de journées scolaires pour avoir le temps de prendre en compte les rythmes biochronologiques des enfants et des adolescents. C'est un premier pas, sans compter la nécessaire réflexion sur l'architecture scolaire, la carte scolaire, l'organisation des journées, le service des enseignants...

Pendant que la concertation prend son temps, l'immonde hydre de la reproduction sociale n'en finit plus de broyer les vies de millions d'enfants qui subissent leur orientation et voient piétinés leurs rêves et leurs projets. Alors, Vincent, il est temps de s'appuyer sur les acteurs du monde éducatif favorable à la transformation radicale du système, et d'avancer, sans écouter les râleurs et les peureux.

Commentaires

  • Je suis d'accord avec votre billet, mais je crains que peu de choses changent dans l'EN. J'aimerais me tromper... Au passage, j'aime beaucoup votre formule : "l'immonde hydre de la reproduction sociale n'en finit plus de broyer les vies de millions d'enfants", très poétique et à la fois vrai.

Les commentaires sont fermés.