Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Etats-Unis dans la mondialisation

 5d1afab6-35a2-11df-a7ca-9d7f5dcc9d9c.jpgAlors que la politique héraultaise connaissait des bouleversements intenses (législative partielle, congrès fédéral) dans lesquels je n'ai rien trouvé de mieux à faire que de m'immiscer, je me retrouve, comme enseignant, confronté à un plus grand défi encore : réussir ma leçon sur « les Etats-unis dans la mondialisation ». Fastoche, me direz-vous. Les Etats-Unis, c'est vraiment la leçon la plus facile (avant c'était en 3ème) : Suffit de s'appuyer sur les connaissances des élèves, sur les symboles de la puissance, utiliser quelques cartes et quelques articles et c'est ficelé. Sauf que la leçon s'intéresse à la mondialisation ce qui en change le prisme.

J'ai choisi cette année sur les conseils d'un collègue de commencer le programme de géographie par ce chapitre et donc de m'en servir pour introduire la notion de mondialisation. J'ai aussi décidé d'intégrer le sous-chapitre « les lieux de commandement de la mondialisation » dans cette leçon. Toutes ces complications m'amènent à ma vingtième heure de préparation.

Mes élèves sont merveilleux. La mondialisation a été introduite à travers un inventaire des meubles et objets de la classe (materiau, provenance). Plastique pétrolier du moyen-orient, minerais africains et composants électroniques asiatiques, bois indonésien et finlandais...Mais alors, rien ne vient des Etats-Unis ? C'est ce que nous allons voir ! Armé de mon feutre, j'ai noté tous les symboles américains qui fusaient dans les rangs pour étudier les atouts de cette puissance : aigle, maison blanche, hamburger, et statue de la liberté y comprise...

Mais mardi dernier, mon traitement de texte a planté et j'ai du changer mon fusil d'épaule ; étudier d'abord l'organisation du territoire américain (métropolisation et littoralisation) avant de passer aux atouts de la puissance. C'était moins folichon. Mais ce soir, tout sera prêt.

D'abord les 6 dossiers documentaires sur lesquels mes élèves vont plancher pour s'initier à un type de puissance : Puissance militaire, puissance agricole.doc, puissance culturelle.doc, puissance financière.doc, puissance technologique.doc et puissancescientifique.doc. Ensuite des recherches à faire pour la semaine suivante sur 6 lieux de commandement liés à ces puissances : le pentagoneactivité militaire.doc, Hollywoodactivité culturelle.doc, Harvardactivité scientifique.doc, la bourse agricole de Chicagoactivité agricole.doc, Wall streetactivité financiere.doc, la silicon valley activité technologique.doc. Enfin, on s'attablera en groupe pour monter des panneaux thématiques, préparer une présentation orale, la mener et être évaluée sur sa prise de parole, pour aboutir à un tableau à double entrée tableaucorrection.doc. J'aurais perdu 5 kg, et au delà de cette réussite j'aurai fait un travail coopératif, une évaluation orale, fait bouger dans la classe des ados qui ne demandent que ça, utiliser leur capacité à mener une recherche internet très ciblée. Ayant perdu quelques années d'espérance de vie, et quelques dizaines d'euros pour financer le buffet qui aggrémentera le montage des panneaux thématiques je serai heureux.

Tout aussi bien, mes élèves seront de mauvais poil et saboteront ma séquence. Ou mes questions seront trop ambigues, trop flous, mes documents trop compliqués et ils seront décus. Ca arrive. Et il me reste à bricoler une conclusion pour bien relier la mondialisation et la première puissance qui la mène, qui sera dépassée en 2016, rendant ainsi mon cours caduque. #Viedeprof

Les commentaires sont fermés.