Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une ville qui tourne le dos

 trois-reportages-de-quinze-minutes-a-ne-pas-manquer_550501_510x255.jpgCe midi, un reportage du journal télévisé de TF1 faisait un « zoom » sur Béziers et son territoire. Comme tous les Biterrois j'ai été flatté de voir les projecteurs braqués sur Béziers. Voire même de partager la beauté de la vue offerte sur la vallée de l'Orb, sur les toits méditerranéens et les vignobles multicolores du Biterrois. Comme tous les Biterrois, j'ai aussi été éberlué par la mise en scène ridicule d'une partie des élus de droite de Béziers qui en ont profité pour soigner leur image de marque...le député accoudé au comptoir, l'adjointe à l'urbanisme qui achète sa viande aux halles, c'était un peu fort de café.

Comme beaucoup de mes concitoyens, j'étais un peu triste. Tant de beautés, tant d'atouts pour un territoire du sud de la France, au bord du canal du midi, sur un contrefort rocheux qui domine la plaine du Bas-Languedoc...et tant d'échecs dans les projets urbains, tant de records de misères, de précarité, de chômage, dans toutes les études socio-économiques! Il n'y a pas de hasard. Le maire UMP, dans moins d'un an, devra répondre aux questions qui se posent sur le déclin du centre-ville, sur l'anarchie des zones commerciales, sur l'inexistence des politiques éducatives, culturelles, écologiques. Depuis 20 ans quasiment que la droite est aux commandes, il faudra rendre des comptes. Tout ne peut pas être la faute des modes de calcul de l'INSEE, de la crise, et du président Hollande.

Béziers, en effet, est une ville qui tourne le dos à ses atouts. Un pauvre bus pour relier le centre-ville aux 9 écluses du canal du midi qui font partie du patrimoine de l'humanité? Les rives de l'Orb, fleuve au bord duquel Béziers s'est étendu, sont laissées à l'abandon, couvertes de poubelles et de goudron. Les quais verdoyants et ombragés du canal du midi, au sud de Béziers, sont séparés du centre par la voie ferrée. Et la ville ne fait rien pour dépasser cette coupure. Béziers a un centre historique riche en patrimoine architectural, artistique, marqué par l'histoire...et le délaisse pour investir dans le béton du carrefour de l'Hours où toutes les administrations s'installent, de la sécurité sociale aux tribunaux. L'agglo de Béziers s'étend sur de belles plages sablonneuses et les délaisse, tandis que l'érosion les grignotte. La ville tourne le dos à son histoire grecque et romaine, oublie son passé, trahit ses héritages méditerranéens en bétonnant ses terrains pour les transformer en lotissements bâclés.

Alors comme beaucoup de Biterrois, j'attends beaucoup des prochaines élections municipales. Il faut qu'elles soient une occasion de réconcilier Béziers, ses atouts, ses forces, d'imaginer une nouvelle ville à travers d'autres choix architecturaux, une autre organisation des quartiers et une spécialisation différente des espaces. C'est pour discuter de l'élaboration de ce projet que les socialistes biterrois se retrouveront mercredi soir.

Commentaires

  • On sent dans ton article la pertinence du professeur d'histoire-géo. Ca sera un plaisir de te retrouver dans la commission "politique de la ville et citoyenneté". Amitiés

Les commentaires sont fermés.