Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ce que veulent mes élèves

eleve.gifMercredi dernier, dernier jour avant le conseil de classe, j'ai proposé à mes élèves de remplir un questionnaire. Les élèves adorent les questionnaires. Celui-ci s'intéressait à eux, à leur vision du cours, de l'histoire-géographie, de la pédagogie, de la vie au collège. Un questionnaire encore imparfait, mais je l'améliorerai. Que disent les réponses?

- Je leur demandai d'abord s'ils aimaient venir au collège. sur 25 élèves, les 3/4 disent OUI, mais pour des motifs différents. La moitié de la classe aime venir pour retrouver les amis. Quelques réponses évoquent l'intérêt des apprentissages, mais bon...le collège est un lieu social, la classe est un groupe, où le professeur, presque, gênerait. Mais un groupe bizarre, où il faut tester la souplesse de son cou pour discuter, bavarder, observer...voire interpeller. Quelques-uns précisent qu'ils n'aiment pas tous les jours, voire que celà leur permet d'oublier les soucis de la maison. Enfin, on en trouve qui n'aiment pas, parce qu'ils se sentent enfermés, parce qu'ils préfereraient faire du sport ou, surtout, parce qu'ils n'aiment pas se lever tôt. 6h30 pour ceux qui doivent prendre les transports scolaires. 

- S'embêtent-ils en classe? Dans un débat qui avait précédé le questionnaire, ils avaient rigolé, goguenards, quand je leur avais dit que nous étions conscients qu'on s'ennuyait beaucoup au collège. Et je leur avais parlé de la refondation et de ses enjeux. J'ai trouvé trois réponses: celà dépend la matière, le prof, le cours. L'effet prof reste peu important (1/6 des réponses). Mais la première réponse, c'est le sujet qui prime! Une petite partie indique qu'elle bavarde pour éviter de s'embêter.

- Plus intéressant: je leur ai demandé de noter de 1 à 5 leur activité préférée en cours. Le travail de groupe (je n'ai eu le temps de faire qu'un seul exposé) arrive à peine derrière les simulations (97 et 98 points). J'ai fait jouer des procès et des gardes à vues à mes élèves, ca c'était bien passé. 3ème réponse: le récit, le prof qui raconte une histoire. Enfin, avec la moitié des points (44), c'est l'activité, l'étude de documents. Pas de chance, c'est celle que j'utilise le plus, par manque d'inventivité, de temps, mais surtout...pour avoir du répit. Ils évoquent d'autres situations, pas forcément populaires: la trace écrite (le cours dicté), abhorée, le contrôle (idem), la video ou le support multimédia (peu évoquée).

-Je leur ai demandé ce qui les gênait en classe pour comprendre le cours. Si le bruit de fond (voire extérieur) est premier avec 56 points, l'explication du professeur est la 2ème cause: pas assez, ou pas assez bonne. Les bavardages arrivent en 3ème position, avec enfin les élèves perturbateurs, les interruptions du cours (altercation avec un élève, professeur qui réclame le calme et perd le fil...) et...quand un autre élève les embête. Je ne vois pas tout, mais aparemment, c'est fréquent.

Je leur ai demandé ce qu'ils avaient appris cette année. Restera de cette quatrième la notion de mondialisation, quelques repères historiques et géographiques, et surtout, la capacité à mieux rédiger, à synthétiser, à faire des réponses justifiées. Et j'en suis fier!

Enfin, je leur demandé ce qui devait changer l'an prochain. Un lobbie sous-jacent a fait passer le mot qu'il fallait rétablir l'usage du téléphone portable (j'attendais quelque chose de plus transcendant), ont réclamé un foyer plus grand, une infirmerie ouverte plus souvent. Concernant mon cours, ce n'est pas la révolution. Certains, comme toujours, veulent que je dicte moins vite, que j'écrive plus au tableau. C'est rapé, en quatrième. D'autres veulent plus d'oral, plus de travail de groupe, plus de simulation, plus de QCM, plus d'exposés, de supports multimédias, et des sorties pédagogiques. Un tiers de la classe veut que rien ne change. C'était rassurant, mais c'est une gentille classe. Des réponses quand même classiques, qui mériteraient d'être creusées. Après tout, la refondation doit aussi venir des élèves!

Les commentaires sont fermés.