Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • A quelques jours de la rentrée, à quelques mois des municipales

    urne-municipales-2014.jpgCes échéances, pourtant, sont assez lointaines, quand on est attablé sur un des derniers cafés des allées Paul Riquet qui n'a pas encore baissé le rideau, et qu'on respire les dernières effluves de la feria de Béziers. Qu'elle etait belle notre ville, illuminée par les spots, égayée par des musiques de tous les horizons, arpentée par des milliers de jeunes et de moins jeunes ! Le retour à la réalité n'en est que plus dur.

    La rentrée, c'est évidemment la rentrée des classes, la rentrée des enseignants, la rentrée syndicale, alors que le statut des enseignants doit faire l'objet d'une négociation historique cette année. Ce débat doit aussi prendre en compte l'organisation du collège et plus largement, d'un système éducatif désuet qui renforce les inégalités.

    Mais c'est évidemment la rentrée politique que je voulais évoquer, alors que partout en France, des candidats socialistes commenceront leur campagne, en interne dans les grandes villes, face aux citoyens dans les plus petites. Ce moment d'ébullition doit aussi être l'occasion de penser le 3ème âge du socialisme municipal. Un projet éducatif avec la réforme des rythmes scolaires, un projet solidaire, face au vieillissement de la population, et un projet urbain, pour proposer un mode de vie plus durable et plus agréable.

     

    A Béziers, la rentrée politique sera particulière. Ma ville, enfin, entre en scène sur les feux de la rampe, comme l'une des 4 villes de France où seront organisées des primaires citoyennes. Et la seule où les Verts participeront ! Avec le candidat dont je dirige la campagne, Pierre Callamand, conseiller municipal d'opposition et chef du service de pédiatrie de l'hôpîtal, c'est aussi l'occasion d'être à la hauteur d'immenses défis. Ces primaires de conquête doivent nous permettre d'imposer une autre manière de faire de la politique alors que l'abstention bat des records et que l'ampleur du vote FN inquiète la France entière. Elles doivent nous permettre d'élever le débat : finies les petites phrases, le temps du projet est venu, pour permettre, pour la première fois, aux socialistes biterrois de proposer une vision de long terme aux Biterrois.