Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quand Robert Menard se prend pour le sheriff de Nottingham

police_municipale.gifCe qui est pratique, pour un candidat soutenu par le Front National, c'est qu'il n'a pas besoin de s’embarrasser à faire des propositions cohérentes, chiffrées, crédibles. Depuis un an qu'il s'intéresse à notre ville, Robert Menard s'est fait remarquer d'une part en stigmatisant les habitants de Béziers (rappellez-vous son article sur « les pauvres, les gitans et les arabes » de Béziers), d'autre part en salissant l'image de Béziers. Et apparemment, ce n'est pas fini.

Son projet pour la sécurité s'étale depuis hier sur son site de campagne, en Comic Sans ms (la hantise des chargés de communication). Il coûterait 600 000 euros, mais ceux qui cherchent un chiffrage plus précis seront décus. Qu'en retenir ? Un mélange intrépide.

  • Le révolutionnaire Robert Menard crée des dispositifs qui existent déjà ; sa proposition 14 et 18 réinventent le conseil intercommunal de sécurité et de prévention de la délinquance et l'observatoire qui va avec, constitués depuis 2005. C'est moins fatiguant que de réfléchir pour chercher des propositions innovantes, et ca prouve l'intérêt, relatif, que porte le journaliste en pré-retraite pour notre ville.

  • Le « généreux » candidat qui veut baisser les impôts locaux (sans expliquer comment) veut aussi...tout augmenter. Plus de médiateurs (proposition 15) plus de commissariats (proposition 12 et 13), et plus d'agents (proposition 1). Pour financer ces nouvelles dépenses, il n'indique pas si on doit fermer les écoles ou assécher les fontaines de la ville ?

  • Ne soyons pas de mauvaise foi, certaines propositions de Robert Menard n'ont rien de scandaleux...elles ont déjà été mises en place par des municipalités socialistes : élargissement des horaires de la police municipale, numero vert, brigades vertes et canines (propositions 6, 9 et 10), Bob ne fait que copier des initiatives vieilles de quelques décennies.

  • Restent des propositions discutables : les propositions 3, 4, et 5 sont consacrées aux cameras de videosurveillance largement remises en cause par les experts de la sécurité : elles coûtent chers et permettent très rarement de mener à des arrestations.

  • Le vrai problème, c'est l'armement de la police municipale : le taser est dénoncé comme un outil de torture par l'ONU, la possession d'une arme n'a pas empêché le meurtre d'une policière municipale, en 2010, et les policiers municipaux eux-mêmes sont divisés à ce sujet : les armer, c'est vouloir leur donner de nouvelles missions, assurées aujourd'hui par la police nationale, sans leur assurer la même formation, et la même rémunération.

En bref, l'extrême droite n'amène rien de nouveau, rien de concret, rien d'utile pour ce débat essentiel sur la tranquillité publique à Béziers. La lutte contre les réseaux criminels, clandestins doit être menée sans merci, mais c'est en lien avec l'état, avec la justice et la police, pas en jouant les sheriffs !

La tranquillité publique des habitants dans les quartiers doit être un objectif prioritaire pour la future municipalité, quand les conflits de voisinage menacent le vivre-ensemble. Mais ce que Robert Menard n'a pas compris, c'est que l'insécurité que ressentent les Biterrois est un problème global.

Le centre-ville de Béziers, le soir, est lugubre, sinistre. C'est l'urbanisme, l'éclairage, qui peuvent réduire les coins sombres ! Enfin, redonner confiance aux Biterrois dans leur ville, c'est se soucier de leur quotidien, adapter la ville pour les personnes âgées, donner de nouveaux droits aux femmes, donner des moyens aux habitants pour embellir et se réapproprier leurs quartiers. En proposant d'armer la police municipale, en publiant un attirail de propositions copiées de ci et de là, Robert Menard ne fait que renforcer la violence de notre vie quotidienne.

Les commentaires sont fermés.