Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

4000 postes en plus dans les collèges à la rentrée 2015: pour quoi faire?

Réforme-Plus-Value.pngLes annonces, faites en décembre 2013, prévoyant une réforme du collège en 2015, m'ont rempli d'espoir. à tort? Cette réforme, en lien avec la refondation de l'education prioritaire et les créations de postes, est indispensable. Quand l'ecole primaire encadre globalement ses élèves avec un enseignant qui les voit toute la journée, quand au lycée les enseignants s'adressent à des élèves passés à travers le filtre social et scolaire de l'orientation 3e/seconde...au collège, nous subissons un système scolaire archaique, innefficace et violent.

Alors, que pourrait-on faire des 4000 postes annoncés pour donner plus d'autonomie aux équipes pédagogiques, à la rentrée 2015, dans les collèges? Beaucoup. Avec la volonté d'expérimenter, de changer un système fou qui développe plus d'inégalités qu'il n'en réduit.

Une idée de Philippe Meirieu m'a toujours paru passionnante: créer des "unités pédagogiques fonctionnelles" c'est à dire donner 4 ou 5 classes à une même équipe d'enseignants, avec un professeur principal un peu déchargé pour mieux coordonner l'équipe pédagogique. Ces 4000 postes pourraient être proposées aux équipes qui se lanceraient dans cette démarche pour décharger d'une heure le professeur principal et prévoir une heure hebdomadaire de coordination pour les enseignants. Que de changements alors. Les difficultés des élèves détectées plus tot et traitées ensemble, une progression globale des matières qui donneraient plus de sens au savoir.

La 2ème étape de cette proposition? L'autonomie pédagogique des établissements évoquée dans cette réforme. Si un tiers de la dotation horaire est distribuée en conseil d'administration celà donne du sens à la démocratie interne. Accompagnement éducatif en groupes de besoin, projets interdisciplinaire, tout devient possible et le projet d'etablissement prend du sens. Evidemment, on pourrait aller encore plus loin: le curriculum prévu pour donner plus de cohérence aux programmes disciplinaires pourrait contenir plus d'aspects pratiques pour que le collège prépare à la fois à la voie académique et à la voie professionnelle. L'heure traditionnelle pourrait être corrigée, par exemple par des doublons de ¾ d'heures plus adaptés à la concentration des élèves. Le conseil de la vie collégienne que commencent à évoquer les CPE sont une autre piste intéressante.

Mais pour celà il faudrait un consensus ou au moins une dynamique unissant des institutions courageuses qui seraient prêtes à prendre des risques pour expérimenter, convaincre, favoriser les initiatives, les syndicats enseignants qui ne se satisfont pas d'un système inefficace qui favorise la reproduction sociale, et les parents d'élèves qui soutiennent la refondation du système éducatif...Alors, tout devient possible!

Les commentaires sont fermés.