Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sondages, magazines apparaissants et disparaissants: la république bananière de Béziers

2442309-couv-beziers-jpg_2100390.jpgLes municipales à Béziers, en voilà un sujet riche de rebondissements! Depuis quelques jours, le dernier sondage IFOP, publié en début de semaine, plaçait coude à coude les candidats de l'UMP et du FN. Le journal « L'hérault du jour » notait à juste titre qu'entre les premiers bruits sur les résultats et leur publication, le candidat de la gauche, Jean-Michel Du Plaa, d'ailleurs qualifié pour le second tour, ce qui n'avait pas l'air évident pour les analystes, avait perdu deux points. Et s'interrogeait sur le fait que le candidat de l'UMP ait recu les résultats avant tout le monde.

Mais ce n'est pas tout : Aujourd'hui, partout dans la ville, d'immenses affiches d'un hebdomadaire de centre-droit, « Le point », s'étalaient sur les vitrines des buralistes. Au premier plan, sous le slogan « Qui sauvera Béziers? », le député Elie Aboud, candidat aux municipales pour l'UMP. Je ne doute pas que tous les frais de publication de ce supplément local de 12 pages, à 1 mois du premier tour, seront imputés aux comptes de campagne du candidat de l'équipe municipale sortante.

Sondages fluctuants, magazines qui apparaissent...et qui disparaissent : Depuis 48 heures, dur de trouver un exemplaire du journal, plutôt classé à gauche, « Charlie Hebdo » dans les kiosques de la ville. Je l'ai moi-même constaté à la gare. Ce numéro évoquait en deux pages, titrées « l'avorton des droites », le bilan, notamment culturel, de l'UMP qui tient la ville depuis près de 20 ans, avec notamment comme premier adjoint...Elie Aboud, candidat du « renouveau », qui a prudemment démissionné de son poste de premier adjoint un an avant l'élection. Pas fou, vu le bilan.

Alors, les sondages peuvent passer (avec des échantillons de 600 personnes pas forcément fiables, passons sur ca), le plus important, et c'est bien la seule chose qui fait consensus, c'est le terrain. Convaincre les Biterrois que la puissance publique existe encore, qu'elle ne sert pas qu'à distribuer des lopins de lotissement, malgré les apparences depuis que l'UMP a pris la ville en 1995. Il s'agit aussi de mettre les points sur les I. Non, le candidat Robert Menard, soutenu par le FN, n'est pas apolitique. Non, le candidat Elie Aboud, chantre de la "droite populaire", courant UMP qui prône à l'échelle nationale de la droite et de l'extrême droite, n'est pas centre-droit.

En revanche, notre ville, 3ème la plus pauvre de France, championne de chômage et de précarité, a besoin de vrais changements. Pas d'un ancien premier adjoint qui dribble avec son propre bilan. Pas d'une ancienne première adjointe passée à la concurrence par pure vengeance. Mais bien d'une alternance doublée d'une alternative qui donne la priorité à la jeunesse, à l'éducation, à l'emploi, à l'avenir des jeunes Biterrois...qui en ont bien besoin.

 

Commentaires

  • Euh... je voudrai bien votre avis sur l'article de charlie hebdo... ou vous voir en mettre une copie...

  • http://jeanmichelduplaa2014.fr/wp-content/uploads/2014/02/Capture-d%E2%80%99%C3%A9cran-2014-02-19-%C3%A0-18.16.29.png

  • Lol. Pour un journal de gauche je trouve l'article bien plus pro menard que du plaa.
    Realiste ? Une alliance menard/duplaa serait le top

  • l'avenir des jeunes biterrois "apparissant " et "disparissant"?Et vos élèves , ce sont des apprenissants ?

Les commentaires sont fermés.