Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Mes collègues sont formidables

    Les-profs-au-cinema.jpgDans tous les établissements scolaires que je visite, comme permanent syndical, il y a cette odeur, cette ambiance, ce bruit d'école qui est le même, depuis des dizaines d'années, dans toutes les régions (mais pas dans tous les pays). Le coin table et le coin fauteuil de la salle des profs, les cases des classes dans la cour de récréation, la loge qui vous accueille à l'entrée...ou même, soyons plus précis, ce fatras de documents dans la salle des profs, la blagounette sur le tableau blanc, les élèves qui vous suivent du regard quand vous entrez dans le collège (waou, un nouveau prof).

    Mais il y a aussi toutes ces petites différences qui créent des identités et qui ne demandent qu'à être libérées, renforcées, développées, pour créer des dynamiques et faire des établissements scolaires des lieux de vie.

    Qu'est-ce qui m'a plu, en vrac, ces derniers mois ?

    • Ma collègue d'anglais, dans un collège narbonnais, qui milite à amnesty international et qui a créé un club solidarité : les élèves recueillent des stylos, envoient des conteneurs à Madagascar, organisent des flashmob dans la cour...

    • Mon collège de technologie a créé un club « mécanique » avec le FSE : entre midi et deux, des élèves réparent des aspirateurs, démontent une mobilette...et ca m'enchante, parce que d'habitude, on se limite au club échecs et au club piano, toujours pour les mêmes élèves, ceux qui empilent déjà les activités périscolaires...

    • Mon collègue d'histoire-géo, près de Carcassonne, partage avec moi un engouement pour l'innovation pédagogique. Sur la seconde guerre mondiale, ils divisent les élèves en trinomes, une fiche d'activité pour chacun, à eux de créer et de partager le savoir, en équipe et à l'oral. Il en a fait un article pour les cahiers pédagogiques.

    • mon collègue documentaliste, dans un collège rural, veut travailler avec tout le monde. Tous les trimestres, un philosophe vient discuter le mardi matin avec une classe, sur la parité, sur la métamorphose en sciences...et les élèves adorent.

    • Dans mon collège préféré, à Carcassonne, les collègues se sont engagés dans un projet Comenius. Ils chattent sur skype avec des professeurs estoniens et bulgares, et bientôt, ils partiront en échange...

    Tout ceci pour dire que si dans mes précédentes notes je reviens souvent sur cette souffrance ressentie partout dans nos collèges, avec ce sentiment d'être inutiles, face à ces hordes d'adolescents, qui ont souvent des problèmes extra-scolaires, qui ne supportent plus un collège où les cours s'empilent sans faire sens, tout le monde ne baisse pas les bras. Tout cela pour dire aussi que mes collègues ne comptent pas leurs heures, et sont prêts à s'engager dans des projets collectifs, qui créent du plaisir au travail, aux études, et font du collège non seulement un lieu de travail mais aussi un lieu de vie.

    Alors, cher nouveau ministre, il y a des mesures qui ne coûtent pas grand chose. Nommer un prof coordinateur du projet d'établissement avec quelques HSE à distribuer, créer un conseil de la vie collégienne, demander aux chefs d'établissement d'être des « facilitateurs » qui donnent des idées aux professeurs, partagent les idées par bassin géographique...ca ne mange pas de pain, mais ca peut changer beaucoup de choses.