Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Conseils de lecture

La_peste_a_Breslau__GF__m (1).jpgCet été, il en faudra beaucoup pour oublier. Oublier ce président qui mène une politique contraire au ton de sa campagne, oublier les cadeaux aux patrons, les affaires qui écoeurent de la politique, les trahisons, les abandons, oublier la victoire de l'extrême-droite à Béziers, la descente aux enfers de mon parti. Oublier que malgré la victoire de la gauche, rien n'a changé en classe, qu'il n'y aura pas de réforme du collège d'ici 2017, et que la refonte des programmes à travers le socle se fera à minima.

Si comme moi vous lisez pour oublier, j'ai quelques conseils. Les livres accompagnent chaque heure de ma vie, avant de dormir, dans le tram et le train, partout, partout, partout. Et cette année j'ai fait de belles découvertes. Mes lectures sont assez marquées "prof histoire géo", et ne font pas mal à la tête. 10 conseils:

1/ La louve de Subure, Laurent Guillaume, 2013, éditions les nouveaux auteurs. Un excellent polar antique qui se déroule sous le règne de Trajan et raconte un complot aristocrate contre l'empereur, pendant la campagne de Dacie. Ca vaut bien les polars historiques de Comastri, Saylor, Rodriguez, Besse, Lançon et Maddox Roberts, qui nous imprègnent si bien des institutions, de la société, de la religion romaine.
 
2/ l'école:  le défi de la gauche, Maryline Baumard, 2013, éditions Plon. La chef du service éducation du "monde" raconte comment est né le programme éducatif de la gauche en 2012, quelle équipe est arrivée rue de Grenelle, quelle était leur histoire, leurs projets...et explique que si la gauche ne réalise pas l'urgente refondation du système éducatif, la droite le fera à sa manière.
 
3/ la femme en vert, Arnaldur Indridason, 2006, éditions Métaillé. C'est mon premier polar islandais, ma première rencontre avec Erlendur l'inspecteur, sa famille compliquée, son équipe à problèmes, et surtout cette société nordique isolée, qui sort de la ruralité, bouleversée par l'arrivée des Américains en 1941.
 
4/ les Cahiers pédagogiques : c'est la revue du Cercle de Recherche et d'Action Pédagogique présidée par Philippe Wattrelot. Un recueil d'articles écrit par des personnels éducatifs issus de tous les horizons, la bible des partisans de l'innovation pédagogique et de la refondation du système éducatif. Par quoi commencer? Pour moi cet été: "l'école ailleurs", "le jeu en classe" (décembre 2006), "face aux classes difficiles" (septembre 2008)
 
5/ La peste à Breslau, Marek Krajewski, 2009, éditions Gallimard. Si vous avez aimé Philip Kerr et la trilogie berlinoise vous allez adorer les enquêtes de l'inspecteur Mock à Breslau, aujourd'hui Wroclaw, une ville à moitié allemande et polonaise, à travers l'empire willehmien, une sulfureuse république de Weimar, la montée d'un nazisme sécuritaire et une seconde guerre mondiale qui finit en apocalypse. On peut espérer une suite aux trois opuscules?
 
6/ Journal d'un corps, Daniel Pennac, 2012, éditions Gallimard. Comme dans "chagrin d'école", Pennac m'a ému aux larmes. C'est l'histoire d'un personnage au quotidien, avec ses émois, ses bobos, ses découvertes.
 
7/ Oliver Twist, Charles Dickens, 1838 Le récit de la misère londonnienne, des orphelinats crasseux, de la précarité des vies déchues de l'Angleterre victorienne, qui explique la naissance du communisme, et remet en perspective l'état providence, dans un classique un peu moralisant.
 
8/ De Gaulle, le rebelle, Jean Lacouture, 1984, éditions Points. Vous connaissez mon amour pour l'homme qui a changé le destin d'un pays...dans cette 4ème biographie que j'ai lu (en comptant les "mémoires"), on découvre un homme qui se délivre petit à petit des opinions politiques paternelles, un mari aimant, un père affectueux qui a fait des choix de carrière en fonction de sa fille trisomique, Anne, dont on ne parle jamais, mais qui a été au centre de sa vie et de ses préoccupations quotidiennes, même pendant la seconde guerre mondiale.
 
9/ Roma aeterna, Robert Silverberg, 2003, éditions Laffont. Un peu de science fiction avec cette uchronie où l'empire romain ne disparait pas au Vème siècle, surmonte les difficultés, où les Hébreux n'ont pas fait l'exode, où les Chrétiens n'ont pas émergé, et où l'histoire sociale et économique évolue de la même manière que dans la "vraie" histoire.
 
10/ les aventures de Celestin Louise, Thierry Bourcy, 2009, éditions Folio "le chateau d'Amberville" est la première des cinq nouvelles où Celestin, policier réquisitionné, nous fait découvrir la tranchée, ses crimes, son horreur, ses acteurs et son organisation quotidienne. Une bonne entrée dans le centenaire.
 
Merci de revenir ici me dire ce que vous avez pensé de mes dernières lectures. J'aurais pu aussi parler des polars soviétiques de William Ryan, des romans historiques de Jean d'Aillon, de mes lectures actuelles autour des enquêtes de Voltaire par Frederic Lenormand ou du dictionnaire historique de la résistance...Une autre fois peut-être!

Les commentaires sont fermés.