Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Mes élèves adorent les notes

    quelle_note2-48708.jpgImaginez alors la déception de mes petits sixièmes quand j'ai décidé de les abandonner ce trimestre. En effet, dans mon collège on expérimente cette année dans certaines matières la classe sans notes. Cela fait des années que j'ai envie d'évaluer autrement, pas comme une fin en soi mais bien comme un moyen de mieux accompagner les élèves alors que je suis si démuni (et si inefficace !) face à l'échec scolaire. Le dernier jour avant les vacances, on en a un peu discuté en classe. Mais pas longtemps, et c'est dommage. Ce sont surtout les meilleurs élèves qui étaient véhéments.

    • « Mais Monsieur après on sait pas si on la moyenne ! » Et alors, elle sert à quoi la moyenne ? Peut-être que je suis satisfait quand un élève a 10,01 ? Que la copie ne vaut même pas le poids du papier quand il a 9,5 ? La compensation de différentes notes en moyenne générale comme seul critère jugé en conseil de classe, déterminant pour l'orientation, est discutable.

    - « Mais Monsieur ca nous fait baisser la moyenne, surtout qu'avec vous on avait des bonnes notes ! » Alors premièrement le problème d'une expérimentation c'est qu'elle déstabilise un peu les élèves avec des notes là, des items validés ici, et qu'elle n'est pas forcément accompagnée d'un projet global, d'une dynamique d'équipe. C'est une question de pilotage d'établissement : avec de vrais projets menés et décidés par des conseils pédagogiques, la classe sans notes aurait plus d'impact.

    Le deuxième problème, c'est que si mes élèves avaient des bonnes notes précédemment c'est que j'en ai marre de la constance macabre, que condamner dès la sixième des élèves à des notes à un chiffre me tracasse, que je ne supporte plus cette note sur 20 qui ne veut rien dire, qui n'est pas utile à la progression des élèves, et qui fluctue étrangement selon que je suis fatigué ou selon qu'un élève est en tête ou en queue du fatras de copies qui s'empile sur ma table.

    • « Mais Monsieur nos parents ils comprennent pas ! » Ah ça je l'entends, le logiciel qu'on utilise, « sacoche », n'est pas parfait, ni pour le conseil de classe (on ne sait pas quand l'item a été acquis), ni pour les parents (mais qu'est ce que mon enfant doit précisément savoir faire en sixième?) en revanche pour nous l'évaluation par compétences est fabuleuse : si untel a deux ronds verts en argumentation mais deux ronds rouges en critique de document, je sais ce que chacun va faire au prochain contrôle ! Enfin j'avance un peu vers la pédagogie différenciée, vers la remédiation des difficultés, élève par élève !

    • « Et vous Monsieur vous en pensez quoi ? » Là je triche, mes gentils sixièmes ne se permettraient pas de me poser ce genre de questions...La classe sans notes fait que je prends presque du plaisir à corriger des copies là où chaque année je traînais de plus en plus les pieds, ayant l'impression que cela ne servait à rien...j'ai l'impression de mieux connaître mes élèves, j'ai l'espoir de les aider, j'ai envie de leur faire tout valider petit à petit, à leur rythme, vu que je peux construire mes cours avec des progressions de compétences, là où j'avais du mal à être cohérent, pour évaluer plutôt l'étude de documents sur cette sequence, et plutôt le développement argumenté sur celle-ci.

    En bref cette question de l'évaluation qui fait tant débat depuis la rentrée, depuis que Benoit Hamon a proposé une conférence sur ce sujet, et qui fait l'objet de tant de simplifications médiatiques (on ne veut pas supprimer l'évaluation mais la note sur 20!) ne peut être séparée d'une problématique globale, la refondation nécéssaire d'un système français désuet où on fait classe aujourd'hui comme on l'a fait pendant des siècles (la note sur 20 a été inventée par les Jésuites pour faire des classements dans des salles à 100 élèves!). Pour la classe sans notes comme pour toutes les autres manières de changer l'enseignement, l'orientation, l'éducation, elle ne peut reposer sur des bonnes volontés : il faut un accompagnement institutionnel, il faut des ressources, il faut des formations. Mais chers collègues, allez-y, c'est motivant, ca marche et cela redonne du sens au métier.