Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le jeu en classe

Mes élèves, cette année, sont merveilleux (l'an dernier aussi d'ailleurs, mais les années précédentes...), pour ma première année dans un poste fixe, j'ai de la chance. Quand on a moins à se préoccuper de discipline, forcément, les idées éclatent comme des bulles, tout devient possible.

fondscarte.jpgAvec des classes de sixième et de cinquième qui acceptent encore de jouer, je me creuse la tête pour conjuguer à la fois des objectifs d'acquisition de connaissances et compétences dans le respect des programmes, et le fait que mes charmants élèves sont motivés et volontaires pour "entrer dans le jeu".

En sixième, je vais leur demander, en fin de séquence sur la république romaine, de simuler une interview de Caius Julius Caesar, habillés en toge, pour la filmer, afin de la regarder ensemble en classe. Le but est d'incarner plus facilement les péripéties d'un personnage qui a joué un rôle à la fois politique, militaire et littéraire, et évidemment, d'aider les élèves à s'approprier ce personnage qui synthétise si bien les conquêtes militaires de la République et le parcours politique d'un magistrat patricien.

Pour les cinquièmes, j'ai plein d'idées pour la séquence sur l'Occident médiéval. Pour commencer, j'ai écrit une petite pièce de théâtre qui se déroulait à Béziers en 1356 pour initier mes élèves à la vie quotidienne des paysans et des seigneurs. Il y avait 4 personnages, j'ai pris 4 élèves que j'avais choisi à part avant d'entrer pour leur distribuer leur partition. Ils l'ont joué à merveille: la-voici . Ca a très bien marché, et constitué une introduction un peu plus vivante que d'habitude...

J'ai annoncé aux autres qu'en plus des activités écrites traditionnelles ils seraient évalués sur leur capacité à reproduire trois actes symboliques du Moyen-âge: l'hommage d'un vassal à son suzerain, l'adoubement d'un chevalier et le sacre du Roi de France. J'ai donc acheté l'épée et ce qui ressemble à une main de justice cet après midi dans un magasin farces et attrapes.

Pour terminer la séquence, j'ai préparé un jeu de plateau sur la naissance des états dans l'Occident chrétien, à travers des cartes à jouer qui reproduisent des évènements et phénomènes politiques, religieux ou économiques (la peste, les mauvaises récoltes, les pelerinages, la croisade, les foires, les révoltes seigneuriales...). Comme je l'explique dans la notice le but est de mettre en valeur les jeux d'acteur du pape, des souverains, des seigneurs, et le rôle politique de la religion. Les élèves jouent ces cartes "actions" pour engranger des points "politique", "commerce" et "religion", sur un fonds de carte représentant les 4 principaux états de l'Occident médiéval, le royaume de France, d'Angleterre, de Castille et le Saint-Empire-Romain (germanique).

Je le testerai la semaine prochaine, en espérant que celà marche, tant sur le plan fonctionnel que sur le plan pédagogico-didactique!

Les commentaires sont fermés.