Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • "c'est dur la reprise hein"

    c'est ce que m'a dit mon collègue quand je sortais de ma classe en rampant...

    Europe_map_1648.pngJ'ai mal partout. Pourtant je ne suis ni ouvrier sidérurgiste ni macon mais j'ai mal partout...bon c'est vrai que 3 RER, 3 metro, 2 bus, ca use! 20mn de marche, 12 étages d'escalier en cumulé, ca fatigue! Mais surtout, j'ai retrouvé les couloirs bruyants, le brouhaha de la classe, cette fatigue qui s'abat au deuxieme cours de l'apres-midi...Deuxieme jour de rentrée après des vacances merveilleuses, et déjà, je me demande comment je vais tenir. Heureusement que mes rythmes d'engagement ne m'accablent pas (mais alors pas du tout)!

    Aujourd'hui, mes élèves étaient au top du top. J'ai crisé à peu près une dizaine de fois, à 15h je devais me tenir aux murs pour descendre à la récré...mon premier rang de sixieme sage m'a trahi (dire humhum à chaque fois que je finis une phrase, en coeur, c'est ereintant), ma troisieme était gentiment brouillonne et bavarde, j'ai retrouvé des pistaches partout à la fin du cours, tandis que ma sixieme folle a grimpé au rideau dès les premières minutes avant que je mette en place une remédiation de type totalitaro-discrétionnaire qui a eu raison des plus intrépides. Le temps d'expliquer à quel point la démocratie athénienne était une anomalie de l'histoire et de mettre en exergue le caractère gentil et méchant des deux blocs de la guerre froide.

    J'organise dans deux semaines un weekend de formation sur l'Europe, il est peut-être temps de s'en préoccuper...Au cas où personne n'aurait compris je ne suis pas un européiste béat. Mon Europe à moi, passionné d'histoire moderne, c'est celle du traité de Westphalie (1648), dernier morceau de diplomatie écrit en latin qui faisait de la France la première puissance mondiale...Mon Europe à moi ne va pas forcément jusqu'à la Volga et l'Elbrouz...Mon Europe à moi n'est pas une fin (je sais la paix la prospérité les pères fondateurs etc....), c'est un moyen, un moyen sur lequel, à l'orée de ce XXIème siècle inquiétant, je crois beaucoup, j'espere beaucoup pour être le fer de lance d'un monde multipolaire et d'un autre modèle de développement, économique, social, humain pour résumer. Je compte beaucoup sur l'Europe, et je compte beaucoup sur la gauche pour la transformer.

    Un monde multipolaire? Les pays émergents auront bientôt leur mot à dire sur la marche du monde, du maintien de la paix aux règles du commerce international. La Chine commence à peine à profiter du libre-échange, et on n'a rien vu encore. L'Afrique du sud, le Brésil, l'Inde apparaissent récemment dans un nouveau rôle de géant régional, arbitre des conflits...Bientôt, une assemblée de ces géants régionaux prendra de l'ampleur. L'Union Africaine fera sa déclaration Monroe, l'Inde deviendra un acteur incontournable du moyen-orient, et que deviendra l'Union Européenne? Ce qu'elle sera devenue, ce que les citoyens voudront bien en faire, simple confédération aux contours indéfinis et aux compétences floues, ou une fédération qui voudrait faire entendre sa voix dans les relations internationales, et ferait le choix difficile mais décisif d'un approfondissement institutionnel? Je ne me prononce pas sur ce débat...

    Un autre modèle de développement? Le capitalisme est fou, les inégalités se creusent dans le monde, entre les nords et les suds, mais aussi, au sud, entre les différentes strates de la société...Les ressources minérales, naturelles, sont pillées de manière inconsidérée, les échanges sont inégaux et les accords bilatéraux, menés notamment par les EU en Amérique du sud, sur le plan économique, sont détestables. Les organisations mondiales ont une puissance très limitée et les multinationales sont aussi puissantes que des états. Il est temps d'agir, il est temps de construire un autre monde, il est temps pour l'UE d'organiser le monde et la société. Comment? En redéfinissant le rôle de la puissance publique qui n'est pas ce "problème" décrié par Reagan mais bien la solution. Comment? En mettant l'économie au service de la société et de l'intérêt général et non le contraire, notamment en ce qui concerne les normes environnementales. Comment? En redéfinissant non seulement les droits de l'homme, notamment sociaux, et les libertés individuelles, et en les faisant respecter. Cet autre modèle de développement n'est pas assez précis, mais quand il le sera, l'alternative qui le conduira, le portera, pourra représenter et réaliser un autre projet pour l'Europe et le monde.