Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

MJS - Page 5

  • La présidente du MJS rencontre de jeunes blogueurs

     RENCONTREBLOGUEURS2.jpgLaurianne Deniaud recevait ce soir des jeunes blogueurs pour faire le point sur l'actualité politique, sur le court terme avec l'analyse des élections régionales, sur le long terme avec la préparation de la victoire de la gauche en 2012. La présidente du MJS, qui adhérait au MJS en 2001 pour la campagne des présidentielles, élue lors du congrès de Grenoble en novembre 2009, a ainsi évoqué la campagne innovante du MJS pour les régionales, et les projets de l'organisation politique de jeunesse pour l'année à venir: redynamisation du MJS, lancement d'un nouveau grand débat national après celui sur l'insertion professionnelle des jeunes, et enfin le grand combat des jeunes socialistes pour l'organisation de primaires ouvertes à toute la gauche dans la perspective des élections présidentielles.

    Côté communication, les blogueurs se sont longuement penchés sur l'efficacité de l'investissement sur le net, sur les réseaux sociaux, mais aussi sur l'engagement politique des jeunes: qu'a fait le MJS pour lutter contre l'abstention des jeunes? D'un côté, des e-militants peuvent prendre des initiatives, d'un autre côté, des réseaux thématiques ont été lancé pour mettre en lien des jeunes qui partagent les mêmes préoccupations, et enfin, le porte-à-porte est devenu un outil essentiel de campagne à l'occasion des élections régionales.

    Laurianne Deniaud et le secrétaire national à la communication, Jonathan Debauve, sont revenus sur l'analyse des résultats du premier tour: le PS dit moribond en juin 2009 qui en sort premier parti de France, les autres forces de gauche dont la réussite est vue positivement par Laurianne, ou encore les mauvais prétextes de la droite dénoncés par Jonathan, qui indique que les gens se sont abstenus parce que c'était une élection intermédiaire ou parce qu'ils ne comprenaient pas les collectivités territoriales et qu'il fallait donc continuer la réforme des collectivités...

    Deuxième partie: Quelle analyse des résultats? Laurianne a surtout insisté sur une abstention évidemment préoccupante et multiforme, mais aussi plus largement sur une crise du "politique"; celle du 21 avril 2002 qui n'a pas trouvé de solutions.

    La discussion s'est ensuite poursuivie sur toutes les thématiques traitées par les blogueurs:

    - l'Europe: Laurianne est revenue sur la situation et le caractère hétéroclite du Parti Socialiste Européen, pour souhaiter un positionnement plus précis de la famille socialiste sur cette question.

    - l'investissement international du MJS: Laurianne est revenu sur le dernier congrès des jeunes socialistes européens (ECOSY) et sur le fossé qui se creusait entre une aile gauche et une aile droite, entre ceux qui accompagnaient l'Europe libérale et à ceux qui voulaient la changer tout en indiquant les spécificités de la IUSY (internationale des jeunes socialistes) où les enjeux territoriaux recoupent les enjeux politiques. Hugo (http://www.mon-engagement-socialiste.fr/) est revenu sur la question du sida qui avait été selon lui abstente du dernier congrès du MJS.

    - le MJS au sein du PS: Cédric, e-militant est revenu sur le manque de visibilité du MJS dans la communication du PS pour la regretter. Une étudiante en communication politique est revenue sur l'organisation du MJS et sur l'écoute dont il bénéficiait de la part du PS. Laurianne a répondu à ces questions en explicitant le fonctionnement local et national du MJS (statuts, pôles thématiques, modes d'action) et les différents lieux où le MJS s'investissait dans la vie du PS (participation aux instances, etc.). Cédric a repris cette question pour s'interroger sur la présence des jeunes socialistes sur les listes du PS: sont ils aussi bien représentés que les jeunes populaires?

    - l'éducation: est-ce que le débauchage de Philippe Meirieu par Europe Ecologie est un simple coup de com' ou le reflet d'une absence idéologique sur ces questions dans la famille socialiste? Laurianne a répondu que Meirieu n'était certainement pas allé chez les verts pour leur programme éducatif (assez creux), et que l'organisation la plus fidèle aux idées de Meirieu pour rénover l'école était sans conteste le Mouvement des Jeunes Socialistes!

  • des idées, des rêves, des combats: la convention nationale du Mouvement des Jeunes Socialistes

    4335771314_ff11f2baa8.jpgLa convention nationale du Mouvement des Jeunes Socialistes s'est déroulée ce weekend au siège de campagne de Jean Paul Huchon. Au programme: lancement de la campagne des régionales et surtout, présentation des propositions du MJS pour l'emploi des jeunes. Au congrès de novembre, à Grenoble, les jeunes socialistes avaient décidé d'organiser des grandes conventions nationales pour ébaucher leur projet pour 2012. C'est l'objet du projet "perspectives 2012", dont s'occupe Thierry, qui a fait plancher fédérations, militants et instances du MJS sur la thématique de l'insertion, des discriminations et de la précarité.

    Un CN doublé d'une convention, c'était un petit morceau d'originalité. le lieu? le local de campagne du candidat francilien JP Huchon, sa salle ronde, ses canapés et sa salle de réunion où l'on prépare les effets de manche. L'ambiance? Travail le matin, meeting l'aprem, fête le soir...et décomposition le matin: on était très fatigué. réunion "campagne des régionales", transport de tracts, relecture de réso, coaching d'interv, comatage dans la salle annexe, papotage dehors, boulangerie ou les mille et uns moments d'engouement et de convivialité d'un rendez-vous militant.

    6 ans déjà que je fréquente ces réunions. Mon premier CN du MJS, c'était en juin 2006. J'avais 22 ans, je venais de réussir le CAPES, j'avais 3 ans de syndicalisme étudiant derrière moi et je découvrais solférino, sa cour, ses rumeurs, ses couloirs, ses motions et sa machine à café. Aujourd'hui, je me retourne, je vois, certes, bcp de fatigue, parfois même du découragement, de la jalousie, mais surtout des amis. Et je suis heureux de pouvoir aujourd'hui aider des gens à prendre à bras le corps leur engagement, que ce soit pour la première interv à préparer ou pour la première contrib à rédiger. Je serais radicalement différent si je n'avais pas vécu ca, les rides et les reflexes pavloviens et crypto-résistants, au moins.

    Le CN du MJS, c'est un nouveau mandat qui prend forme. Un travail de fond, une communication plus professionnelle et plus innovante, une adhésion plus simple. Des formats nouveaux qui balbutient un peu, l'envie d'être plus efficace (porte à porte de campagne, conventions ouvertes...) et toujours, l'amour de l'engagement, même quand on a 4 personnes à héberger dans un T2 et qu'on gâche son premier weekend dans son nouvel appartement...à quand le weekend douillet, couette dvd?

  • De la 2 à la A

    Entree-du-chateau-de-saint-germain-en-laye%20041.jpgCe matin, il faisait froid sur le parterre du chateau royal de saint germain en laye. En me retournant, mon regard tombait sur les pierres blanches et rouges du chateau où louis XIII avait grandi. Je visite petit à petit les chateaux d'ile de france, pour le plaisir de mettre mes pas dans ceux des rois de france et de leurs courtisans. Nostalgie d'études: j'ai écrit des mails pour reprendre mon master d'histoire moderne, pas de retour pour l'instant. Ce matin, pour une fois, j'ai profité de ma journée de congé.

    Et ca fait du bien. pas de réunion, pas de travail, j'ai pu prendre mon temps pour me lever, savourer mon livre (d'ailleurs bientôt fini), dans mon RER. Je n'ai pas beaucoup profiter du chateau de st germain, au bout de la ligne A. Trop rénové, trop détruit, et d'ailleurs pas de visite, c'est le musée des antiquités nationales. Donjon sous Louis VI, chateau vieux construit sous la renaissance, chateau neuf aujourd'hui détruit, siège de la cour royale dans les années 1660...je n'ai rien retrouvé de tout celà, merci à la révolution et à la restauration qui l'ont transformé en caserne (la révolution, terreur des étudiants en histoire moderne). j'y suis resté une demi heure, le temps de voir des antiquités gauloises, de découvrir qu'ils connaissaient la serrure et la cuillere! les autres salles étaient fermées (problème d'effectifs)

    Hier soir, le MJS m'a envoyé à une réunion "orga de jeunesse" sur la réforme du lycée, au siège du parti communiste, place du colonel fabien. j'ai eu du mal pour trouver l'entrée, mais j'étais tres fier et très heureux de pénetrer dans ce batiment...à l'intérieur, formes et mobilier futuriste des années 70, l'époque de la grandeur, où un autre modèle existait. Au 3ème étage, aile des jeunes communistes, nous avons discuté des actions à venir, et je me rendais compte, en sortant, que de grands mouvements sociaux étaient nés de ces réunions où l"on boit du café réchauffé au micro'ondes...

  • Du Roi, de la neige, des régions

    regions_adm.gifEncore une note fourre tout, une note pour indiquer tout ce que je fais et tout ce que je pense. Pour parler du trajet d'un quart d'heure sous la neige pour aller à la gare rer, de ces livres qui me noient dans mes rêves alors que je suis assis dans les rames de la 4, de ces combats politiques qui m'obsedent la nuit comme le jour, à Béziers comme à Paris, au PS comme dans les instances nationales du MJS. Envoyer mes voeux, rénover mon blog, ca c'est les petits plaisirs, mais quand il s'agit de rédiger des kits et de rappeller des gens, celà s'annonce comme une journée de technocrate...

    Du ROI. Je lis actuellement un excellent ouvrage dirigé par Jean Francois Revel sur la longue durée de l'Etat dans l'histoire de France, sujet qui me passionne. La longue gestation des institutions publiques couvées par de faibles personnes qui ont su, à l'âge de l'épée et du fanatisme religieux, défendre et faire triompher l'intérêt général et construire une administration étatique, ca me laisse béat. D'un autre côté, la lente sacralisation du Roi de France me laisse aussi particulièrement rêveur, je me vois bien sous un dais, tenant un sceptre, recevant mes sujets...sans doute ce rêve n'est pas étranger à mes études et à mon engouement pour mon métier. Métier délaissé d'ailleurs, interrompu... Oui V., je n'ai pas d'élèves, parce que mon stress ne peut se satisfaire d'une carrière rectiligne et j'hesiterai constamment entre reprise d'études, passage dans l'armée ou "cursus honorum".

    De la neige. La vie à Paris c'est la boue glaciale, le froid saisissant, mais aussi les mille embûches d'une recherche d'apparts. Coups de fils aux propriétaires, course de rapidité sur pap.fr, consolidation du dossier...Pourquoi est-ce si dur de chercher un toit? Rien de tel qu'un propriétaire hésitant pour renforcer mes convictions socialistes et mes projets de spoliation et d'abolition de la propriété...

    Des régions. Je vais travailler pendant 3 mois sur les élections régionales. Je découvre d'excellents bilans, un projet ambitieux, mais encore dans mon cher parti socialiste, pas assez de dynamique pour aller cueillir la victoire. Et j'espere bien que les jeunes socialistes sauront insuffler ce dynamisme. En tout cas je m'y emploierai. J'en aurais l'occasion. Voire plus.