Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Paris - Page 2

  • mon regard se perdait dans les vagues...

    1665102529.jpgj'étais assis sur un banc, le soleil, à son zenith, se refletait dans la Seine. Je me laissais bercer par l'onde qui coulait sous mes pieds, je laissais mon regard trainer sur le grand palais, effleurer le sommet de la tour eiffel. Le vent froissait les plans des touristes. Le soleil me brûlait la peau, je plissais les yeux, c'était deux heures et j'étais en avance. Comme d'habitude, j'en profitais pour lire sur le pont qui débouche sur la rue de solferino. Entre le siège d'un grand parti devenu ma vie et ce jardin des Tuileries où chaque grain de sable a vécu la révolution, écrasé par les talons de l'Incorruptible, je lisais, je rêvais, je pensais...pensais à quelqu'un, certes, mais pensais aussi à Paris.

    Mon regard se perdait dans les vagues. J'aime la Seine. Pas pour ces poissons pêchés par Mallaussene, pas pour sa sérénité, ni pour sa célébrité, je l'aime comme la Moldau, mon morceau de musique préféré. Ce fleuve se redresse pour traverser Paris. Paris sans la Seine n'est qu'une metropole. Paris avec la Seine c'est un hymne triomphant aux gloires humaines. Quittons ce banc, ce pont, ces touristes armés d'un routard, et plongeons dans une barque imaginaire pour descendre la Seine: Passons le periph, ces 2 usines dont les lampes rouges intriguent la nuit. Laissons les 4 tours de BFM sur la gauche, le port de Bercy sur la droite. De Rivoli à Bercy, le ministere des finances a perdu ses lambris. Le grand argentier du royaume est devenu directeur des finances d'une entreprise appellée la France. Saluons l'horloge de la gare de Lyon; Tant de fois je l'ai contemplé, la comparant à Big ben. Ne nous arrêtons pas devant les facades d'Austerlitz et de Jussieu. Nous abordons le Paris médiéval, le Marais sur notre Gauche. La Bievre a disparu. Devant nous, les îles de la Seine. Nous les contournons, comme les Vikings en 885. Admirons Notre Dame, sous un autre jour, ses flèches gothiques qui pointent vers le Ciel nous ramènent au temps des cathédrales, quand l'Eglise était la première puissance d'Europe. Longeons la conciergerie, ancien palais des Capétiens, siège du parlement. Tout a brûlé en 1611, avec le dossier de l'assassinat d'Henri IV. Le chatelet ne se dresse plus à l'entrée de la Cité. Le siège de la police parisienne a été remplacé par une place, une fontaine, mon deuxieme lieu de RDV apres la fontaine st michel.

    Le louvre et ses majestueuses facades couvrent le côté droit. Nous repassons sous ce pont (le pont des arts? J'espere pas), croisant des dizaines de bateaux mouches qui débordent de flashs. Laissant la concorde à droite et l'assemblée à gauche, nous passons sous ce pont que les ligues d'extreme droite n'avaient pu franchir en 1934. Les invalides se dressent à droite, la coupole d'or, usée par les Te Deum de Louis le grand, incendie le ciel printanier de Paris. La tour Eiffel nous offre un peu d'ombre, les galeries du RER C un peu d'animation. Au delà des berges de la Seine, que font trembler les milliers de voitures qui les empruntent, seuls les immeubles du XVIème s'offrent à notre vue.

    Bon l'envie d'écrire est passée, l'envie de dormir va venir, l'envie de rêver va durer :-) Vive le spleen!

  • Das Leben "neben" Paris, Teil 2

    1757693534.jpgUberall in der Welt träumt jeder in Paris zu wohnen, aber zwischen die schöne Bilder am Eiffelturm, Notre Dame, Montmartre, und was die Einwohner erleben, gibt es ein riesigen Unterschied. Ins Besondere für einen Lehrer, den in der Pariser Vororte, die sogennante "banlieue", arbeitet.  Mehrere Tausende Lehrer fahren jedes Jahr nach Paris, Versailles und Creteil, um zu arbeiten. Die sind gezwungen, Familie, Freundin, und Freunde zu verlassen, weil sie eine nationale Aufnahmeprüfung gemacht haben. Diese Lehrer sind oft 23,24 oder 25 Jahre alt; das heisst ziemlich jung. Die werden doch immer in der schwersten Schulen arbeiten, da wo die älteren Lehrer nicht gehen wollen, da wo Bildung ein Schimpfwort ist, dort, wo Lehrer fast gehasst werden: Sie sind nämlich kein Erfolgsymbol, kein Hoffnungssymbol: in der Pariser Vororte gibts mehr als 20% Arbeitslosigkeit, 1/3 der aktive bevölkerung die gar kein Diplom hat.

    Dann kommen junge Lehrer aus Bretagne, Midi oder Provence, und müssen eine Wohnung suchen, ende August, wenn sie endlich wissen in welche Schule sie arbeiten werden: das Rectorat (Landesschulamt) beschliesst es allein, natürlich nach persönliche Wünsche, die aber nicht so oft gut ankommen!). Sie werden diese Wohnung teuer zahlen müssen: zwischen 600 und 700 euros in Paris selbst, oder von 400 bis 600 in der Vororte. Oft in einer WG. die hälfte des Lohns ist schon weg....und es gibt doch auch Umzug, möbel zu kaufen!

    Dann gibts jeden Tag Verkehr. Auto oder RER/Metro (Stadtbahn und Ubahn), es wird sowieso stressig und anstrengend. Endlose Staue auf dem Periph (Ringautobahn), Menschenmenge im RER...Diese junge Lehrer wohnen oft in Paris, arbeiten dort aber sehr selten: Nur ältere Lehrer dürfen! Dann gibts meistens 2 Stunde verkehr pro Tage. Diese junge Lehrer sind oft nur Vertreter: die ersetzen krank oder schwangere Lehrer. Die werden oft ausgelacht von den Schüler, ins Besondere wenn sie ein leichten Südlichen Akzent haben. Das war mein Fall. Die Arbeit fällt ihnen ziemlich schwer: die bereiten Unterricht für das erste Mal (das Jahre davor hatten sie nur ein Praktikum in einer Klasse), müssen sich um freche und unruhige Schüler zu kümmern. Manchmal sogar als Klassenlehrer, das war mein Fall!

    Oft werden diese Lehrer krank oder niedergeschlagen, ohne Freunde, ohne Zeit zum ausruhen und spazieren gehen...müde und traurig, die sind auch zu schwach für die schüler die es fühlen. Das ist echt ein Teufelkreis!

    Bei mir hats 6 monate lang gedauert, um mich dran zu gewöhnen! Jetzt gefällts mir neben Paris zu wohnen, am mittwoch und samstag shoppen zu gehen: Bücher an der Seine oder am Boulevard st michel, Klamotten in "la défense"...Als Geschichtelehrer machts auch spass, soviele Museum besuchen zu können: Louvre, Invalides, Cluny, Orsay....Das ist unmöglich auf dem Lande, in der "province" (andere bündesländer) wie die Pariser sagen! Als Träumer ist das auch schön, die Seine anschauen zu können, auf die Brücke oder auf die Ufer lesen zu können: der Fluss hat ja was erlebt! Idem, alle Strassen wo ich laufe haben eine Geschichte: Religionkriege, königliche Mordversuche, Besetzung während dem 2ten Weltkrieg...

    Schliesslich ist Paris gar nicht so übel, man kann sich dran gewöhnen! An historische Viertel, sowie an bunte Stadtteile, an die Welt und Frankreichhautpstadt sowie an ihre Industrie, graue und vergessene Vororte!

  • stress, vie parisienne et enjeux du XXIème siècle!

    1031444975.jpgJ'ai envie de dire que ca resume bien le weekend. j'étais en formation aux mureaux. mais aussi en manif à Paris. ainsi que dans un parc à charenton. et dans les bouchons du periph. quel programme, presque un poeme. D'ailleurs on est en avril ca fait donc 8 mois que je suis arrivé. je n'ai pas encore soufflé et j'ai été surpris d'apercevoir les pieds de la tour eiffel hier: à part la rue de solferino et le boulevard st michel je ne connais pas Paris. Ca ne m'inquiete pas, je n'ai pas encore fini ma peine mon séjour.

    3 jours sans écrire! Vous me demanderez pourquoi? parce que quand on n'a pas le temps de manger, ni de boire, ni de penser, ni de rêver, qu'on organise un weekend de formation sur 3 lieux avec 6 ateliers et une vingtaine d'intervenants, on n'écrit pas sur son blog! on a bien discuté. mais il faudra aller plus loin. Parler outils au delà des constats. Comment résumer tous les débats? c'est moi qui ai conclu, c'est donc facile!!

    Tous ces défis du XXIème siècle que sont le développement durable, la répartition des richesses, l'économie de la connaissance, ou encore la politique des âges et le rapport entre les générations ont un point commun: ils appellent l'intervention d'une puissance publique redistributive et régulatrice. l'état a été cette puissance, régalienne en France depuis le XIIIème siècle, sociale depuis le XXème. les politiques néolibérales dites d'ajustement structurel des années 70 à 90 l'ont dépecé. Je me battrai quand même pour qu'ils retrouvent, à travers des impots plus justes et une sécurité sociale plus démocratique, ses attributions. Vive l'état redistributif!!!

    D'autres puissances publiques doivent émerger. Au sein de l'Union européenne, les élections de 2009 doivent être l'occasion de pousser le PSE pour faire de l'Union européenne une puissance de long terme: éducation, innovation, développement durable doivent être mis en oeuvre à travers une nouvelle définition de l'économie de la connaissance, apparue en 2000 à Lisbonne. à l'échelle mondiale, l'ONU doit prendre sa place comme puissance régulatrice, absorber l'OMC et développer une OME (Organisation Mondiale de l'Environnement) à même de réguler les politiques énergétiques, pour une gestion plus juste des ressources de la planète.

    Les défis pour notre groupe politique? en Bref? réarmer la puissance publique! Mais aussi, être à la hauteur des espoirs de notre génération. savoir unifier la gauche dans le respect, les valeurs et un projet commun. Savoir associer le mouvement social, en revendiquant plus de représentativité pour les associations (au sein du conseil économique et social par exemple), en réformant la démocratie sociale (majoritarisme, syndicalisme territorial, representation en fonction des résultats des élections prudhommales et des DP fonction publique)...les anarcho syndicalistes ont empeché l'émergence d'un mouvement travailliste en 1895, il faudra peut-être revenir sur cette bavure de l'histoire (pour employer le vocabulaire de mes élèves). Ainsi, à travers ces options, il sera possible de conquérir le pouvoir pour transformer la société. Comment? pas par pédagogie, je déteste entendre ce mot. On ne va pas expliquer et apprendre la politique aux gens on va les convaincre. Il faudra militer.

    Prochaine note: bilan de mon remplacement!

  • Les jeunes socialistes franciliens se penchent sur leur avenir...à gauche!

     1629917172.jpgParis, le 28 mars 2008

     

    le MJS Ile de France organise sa journée d'action régionale demain, samedi 29 mars 2008, au siège de la fédération PS de Paris (11e). Au programme, évidemment, le premier bilan de la campagne des élections municipales et cantonales: « cette victoire, que le MJS a contribué à porter dans tous les départements franciliens, y compris sur les listes, constitue une formidable responsabilité pour la gauche: changer la vie, ici et maintenant!' » comme l'indique le coordinateur régional, Nicolas Anoto.

    Les Jeunes Socialistes doivent discuter de leurs projets à venir, en direction de leurs partenaires européens, pour préparer les élections européennes, mais aussi de la jeune gauche. De même, leur prochaine campagne militante portera sur l'éducation, pour donner un débouché aux revendications lycéennes et enseignantes qui retentissent aujourd'hui dans l'Académie de Versailles.

    En effet, le MJS Ile de France compte bien construire l'union de la gauche: un débat est organisé le soir même, avec jeunes communistes, jeunes radicaux et jeunes verts pour discuter de la possibilité d'une « fédération de la gauche », qui représenterait une vraie alternative à l'état-UMP sanctionné lors des dernières échéances. Les jeunes socialistes issus de tous les départements d'Ile de France souhaitent se placer au coeur du mouvement social : ils participeront à la manifestation pour les retraites qui part de la place de la Nation à 14h30.