Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

hollande - Page 2

  • de la droite et du peuple

    92381d7b9953e85569aa24eadda3b405.jpgJe suis inquiet quand j’observe les sondages qualitatifs des dernières échéances électorales. Je dois constamment gâter la joie de mes camarades égayés par les bons résultats de Bordeaux, Toulouse, Caen. Je vois avec beaucoup de regrets que le vote de gauche est le vote des jeunes, de la fonction publique, des cadres et des diplômés de l’enseignement supérieur. Tant que la gauche ne pourra rassembler les classes moyennes et populaires derrière un projet mobilisateur, elle ne sera pas majoritaire. Tant que la gauche s’adressera aux diplômés par ses thèmes de campagne (justice, institutions…) elle ne sera pas majoritaire.                 

    Et de l’autre côté de la rue j’observe NDP et son parti fantôme. Je le vois serrer la main aux ouvriers et expliquer qu’ils n’ont pas à payer pour ceux qui n’ont pas envie de bosser. C’est tellement simple. Qu’il faut rétablir l’autorité à l’école. Qu’il faut punir les délinquants. Etc. etc. la droite aurait t’elle le monopole du bon sens ? La droite a un projet cohérent et simple. Qui n’est ni pertinent ni sincère. La droite n’est pas moderne puisqu’elle est conservatrice sur les questions sociales (voir les prêtres présents dans le cabinet de Mme Boutin). La droite ne défend pas les catégories populaires puisque ses premières décisions sur l’impôt sur les successions, la non-hausse du SMIC, l’accès à la propriété, sont destinées aux classes supérieures. La droite n’est pas bonne pour gérer les finances de la France : tout son discours fondé sur la croissance s’écroule dès la première crise financière, elle n’a su que creuser le déficit du commerce extérieur et du budget.

    Mais face à cela qu’est ce qu’on a ? Une capacité offensive quasi -nulle de la part de partis trop occupés par leurs rapports de force interne. Difficile de me taper dessus quand je dis ça c’est Francois Hollande lui-même qui stigmatisait cette situation il y a quelques jours.

    Répondre aux attaques de la droite coup par coup : démonter de faibles arguments, marteller des contre-arguments, reprendre l’offensive sur le terrain et sur les idées en repartant à zero ou presque. Nos valeurs, les défis, et les outils que nous devons imaginer pour combiner les deux. Pour moi c’est le chemin que doit prendre la gauche pour reprendre le pouvoir. Ensuite, quand nous l’aurons repris, arrêtons de croire que nous pourrons instaurer le socialisme dans un seul pays : toute décision devra être prise en lien avec l’internationale socialiste et le parti socialiste européen. Et donc, dès maintenant, il faut réinvestir et développer ces organismes !