Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

prof - Page 5

  • des sorties scolaires au nouveau secrétariat du parti socialiste...

    "Monsieur, vous êtes stressés!"

    Oui effectivement, comme s'exclame la désormais célèbre pauline (si elle savait qu'elle est aussi connue!), je suis assez nerveux. Nous sommes dans le bus qui nous conduit au musée du Louvre, coincés dans les bouchons et je sais que je n'aurais que 1h15 pour visiter le département des antiquités égyptiennes du Louvre. 10mn par salle avec 50 petits de sixieme, ca veut dire une bonne gestion des flux tendus. Savoir répondre à des dizaines de sollicitations par minute, sans être brutal ni débordé, savoir où sont les toilettes, où est la palette des scribes, expliquer comment s'appelle les habitants de Béziers d'un côté, où se trouve la salle du temple de l'autre, où se trouve "votre dame" (sisi) de l'autre...Tout ceci après s'être sérieusement rogné les ongles alors qu'une accompagnatrice ne s'était pas levé et que la vie scolaire avait "oublié" ma sortie.

    C'est déjà l'après-midi, que je passe au collège vu qu'il y a la rencontre parents profs ce soir. Les parents ont toujours l'âge des miens donc c'est un peu dur, les parents ont l'impression d'être jugés pour leurs gamins et moi j'ai l'impression que c'est moi qui suis jugé pour mes cours désordonnés...Enfin c'est surtout celle-là de sixieme que j'attends avec impatience! Dans la salle des profs, tout le monde est fatigué. On est malade, on tousse, on a froid, et le matin, c'est dur de se lever. La moitié du salaire passe dans des boîtes de chocolat qui achètent la paix sociale, alors que, au premier flocon de neige, toutes les classes se ruent aux fenêtres...alors que j'assure ma séquence sur les climats tropicaux et équatoriaux...La saison des mut' est arrivée, je laisse mon cerveau fatigué s'échapper vers la lagune de Sète, avec ses crépuscules où le soleil miroite sur l'Etang de Thau, avant de s'éclipser derrière la montagne noire...mais ca c'est très loin, et dehors, les croassements des élèves qui emplissent la cour de récréation me ramènent à la réalité des collèges de banlieue.

    297888.jpg"Monsieur, le trotskisme, c'est les idées de Strauss-Kahn?"

    Mais pas du tout. Pour mes élèves, la politique c'est assez simple. Ya "sarko" méchant ou gentil selon les collèges. Ya vaguement la droite et la gauche mais vaguement hein.  et puis y a les racistes. ou même parfois les communistes, les "partageux", mais surtout, y a "la politique" et s'il y a bien qqch qu'il faudrait réhabiliter, c'est la politique justement. à mon avis, la nouvelle équipe du secrétariat national du parti socialiste est à même de réhabiliter la politique. Je suis ulcéré du retour médiatique du conseil national de la St Nicolas. On ne laisse parler que les sbires de l'ancienne candidate aux élections présidentielles dont la motion arrivée en tête n'est pas parvenue à rassembler les militants. Et les nouvelles têtes? Paraitrait-il que les Français attendent des nouvelles têtes, du renouvellement...Et la nouvelle direction du PS c'est quoi alors? 60% de nouveaux et 40% de moins de 40ans! La parité totale! Des leaders du mouvement social! Des militants issus de l'immigration! Les plateaux devraient s'arracher Bruno Julliard, nouveau secrétaire national à l'éducation, ancien leader du mouvement étudiant contre le CPE, Razzye Hammadi, qui a, lors de sa présidence du MJS, remis la gauche au coeur des quartiers populaires, et qui s'est vu confier par Martine Aubry le secrétariat aux services publics! C'est un eurodéputé de 41 ans qui est le porte parole du parti, et les médias choisissent, au lieu d'interroger Benoit Hamon sur l'avenir de la gauche, d'interroger des minoritaires qui veulent porter les affaires du parti devant la justice!

    Pourquoi pas, mais alors pourquoi ces même-médias ne laissent-ils jamais la parole aux minoritaires de l'assemblée nationale, à part pour parler d'obstruction?

    Ce nouveau secrétariat national nous donne à tous l'espoir d'une reconquête du pouvoir. Nous sommes en 1971, quand une bande de trentenaires et de quadra se lancaient, après des élections présidentielles où le PS avait rassemblé à peine 5% des voix, à la conquête des communes, des circonscriptions, des cantons, et s'approchaient, victoires après victoires, de l'échéance de 1981. Cette conquête sera longue, dure, demandera un changement de nos relations avec le reste de la gauche, un retour dans le mouvement social, la relance des cerveaux autour d'un autre modèle de développement...l'expérience des nouveaux secrétaires nationaux rend possible une telle transformation!

  • Ma vie sur l'estrade 5: conseils, cours et pas perdus

    salle_de_classe_1.jpg20h40. sur la passerelle de Massy Palaiseau, les voyageurs se font rare. Dans l'atmosphère humide des soirées pluvieuses d'ile de France, les pas de mes chaussures noires usées et que je n'ai toujours pas le temps de remplacer sonnent creux. J'ai faim, le conseil de classe des première euro s'est terminé il y a 20 mn. Je suis fatigué, la journée a été dure. Elle n'est pas finie, une heure et un kebab plus tard j'arrive à peine chez moi où m'attend une réunion msn avec ma chère AF de l'Essonne.

    ma voiture au controle technique à 9h, tenir le bureau de vote des élections professionnelles à 10h, rameuter les collegues dans tout le college à 11h, manger à 12h(pas assez), et mes cours de 13h à 17H. Journée sympathique. Les sixiemes adorables sont fidèles à leur réputation.  Tout le monde (vraiment tout le monde) participe, on se détend et le cours avance quand même c'est formidable. un demi-groupe de troisieme découvre avec stupeur et abomination la prise de notes ("c'est vrai qu'au lycée on a pas droit au stylo plume?"), et les sixieme affreuses, fideles à elles-mêmes, sont à la fois attachantes et enrageantes. à 17h, je cours, et le conseil des premieres commence.

    C'est solennel. Les profs se présentent devant tous les élèves rassemblés au fond de la classe et tous les eleves passent un par un devant le conseil. Quelques ressentis? une différence immense avec le college, pas de problème de discipline. Des eleves qui décrochent face aux difficultés d'une premiere S spé maths, la plus dure des dures (moyenne de maths 8 au premier trimestre), et quelquefois je suis intérieurement énervé par des dialogues farfelus. "elle a des difficultés en maths" "et bien faut plus travailler, faut faire des devoirs en plus, faut écouter" et créer des cours particuliers gratuits au lycée aussi peut-être ou casser les filières pour éviter cette surenchere absurde d'options? Casser les filières pour éviter à des littéraires de se retrouver en S pour faire plaisir aux parents?

    " elle a des lacunes, elle a du mal au premier trimestre à suivre le rythme" "elle travaille combien le soir?" "une heure à peu pres" "mais c'est pas assez ca!" ca veut dire quoi que des adolescents qui pratiquent un peu de sport, se détendent, sortent un peu, devraient compléter leurs 30heures hebdomadaires par 10/20h de travail personnel? Mais à quel titre? le travail se fait à l'école?

    et cette école justement, est elle bien attractive? Je me suis imprimé un rapport de meirieu sur l'ennui à l'école. mes troisiemes s'ennuient. Un premiere s'ennuie et dit qu'il veut partir à l'armée. que faire?

    Et ma journée d'hier au fait? lever en retard, j'arrive au collège pour préparer le petit déjeuner de la sixieme bavarde. pendant une heure, je sers le chocolat, les oranges, le lait à des élèves très contents d'être servis par leur prof d'histoire. C'est soi disant une initiation à la nutrition hein. Je gère une parent d'élève qui fait un scandale, j'amene un collé à la vie scolaire, et je repars en courant pour récupérer mes troisiemes qui ont une heure "d'intervention de la SNCF" au programme: dégradations et malveillance dans le RER... vaste programme. Le soir, au conseil de classe, j'apprends que je vais trop vite en troisieme, qu'il faut dicter aux élèves pour qu'ils comprennent mieux...quand les éleves sont réactionnaires, où va le monde!

  • "Monsieur, faut pas mélanger le vert et le noir"

    cdi-2.jpgje fais du théâtre. La moitié de la journée, tous les jours, je fais du théâtre. Je joue la froideur (faire silence pour obtenir le silence) assez souvent. La fureur brutale et déchainée (hausser le ton en choisissant sa victime précisément pour faire un exemple) assez rarement, c'est la rareté qui provoque l'efficacité. Je joue le blasé aussi, même s'il vaut mieux éviter, c'est pas très porteur d'espoir. Je joue très souvent l'étonnement quand un élève récidive (genre j'en crois pas mes yeux). En fait je suis prof et comme je suis prof au collège mon premier boulot c'est de créer de bonnes conditions pour mettre un groupe de plusieurs dizaines d'adolescents au boulot. Je crois que je résume bien la problématique.

    Je prends beaucoup de plaisir à exercer mon métier. Je ne m'épanouis pas forcément d'un point de vue disciplinaire car la nuance exacerbée de l'historien a peu de prises sur les collègiens et les démarches multiscalaires du géographe égarent mes pauvres élèves...d'un point de vue humain je me gère. Plutôt pas mal. Beaucoup de bluff. D'un point de vue éducatif je m'épanouis parfaitement. Je me fais à l'apprentissage pied à pied des règles de vie qui caractérisent les collèges de la région parisienne (lève le doigt quand tu parles, dis moi bonjour en arrivant, te lève pas si je te donne pas la permission), et surtout je m'éclate dans l'aide méthodologique. C'est quoi ce type de document? Celui qui l'a fait il pensait à quoi? Dans ta phrase sois plus précis! Dans ta réponse, rappelle la question!

    Je suis co-responsable du destin d'une centaine d'enfants, ca me grise, et ca me motive.

    Et je fais quoi avec mes gamins? Bon je rigole assez depuis ma rentrée dans le paisible collège D. quelques sixiemes hystériques, deux ou trois endormis et des dizaines d'élèves de sixieme dont le but dans la vie semble être de donner une réponse pertinente à mes questions. Dans ma petite classe de troisieme qui me mettait en difficulté à la rentrée, les rebelles sont devenus affables, les cancres se sont mis au café et les autres commencent à me bouder quand je ne leur donne pas la parole. En première euro en revanche, je galère pour juger du niveau linguistique de gens qui sont pas si jeunes que ca par rapport à moi. Je passe des dizaines d'heures à prémacher des articles historiques allemands, je vais en passer d'autres pour les faire passer du cours historique d'allemand au cours d'histoire géo en allemand. avec de l'oral. Avec du travail de groupe. Avec du travail en autonomie. Moritori te salutant; ceux qui vont mourir te saluent, je n'en peux plus mais je vais y arriver.

    Et tous les matins c'est le bonheur "comment ca va monsieur?" "Monsieur faut pas mélanger le vert et noir mon pere est beaucoup mieux stylé" "Monsieur vous avez pas votre écharpe rouge?". Selon les classes, selon leur vigueur matinale ou leur apathie digestive, c'est cours dialogué, activité et reprise ou même pour les plus sympathiques travail en autonomie. On rédige, on discute, on affine...plus ou moins bien. je vais pas dire que j'arrive toujours à donner du sens à mes cours d'histoire et que j'explique bien les notions en géo. Mais bon, 2 ans d'ancienneté hein.

    Et la semaine prochaine? Exposés! travail au cdi et en salle informatique pour mes trois sixieme: on fait des panneaux sur les dieux égyptiens et on les présente en classe! travail de recherche sur les institutions de la Vème république avec les troisieme! On décortique et on explique aux camarades! Passage en oral individuel et exposé en première euro! On plonge dans les mécanismes du totalitarisme hitlérien. Et quand je dis plonger, je n'exagere rien...

     

  • CCC: café, cours, congrès!

     café.jpgJe savoure mon café. À 2€80 je peux me le permettre, les abords de la rue de solférino sont peu abordables. Nous sommes le 11 octobre et j'ai déjà l'impression que la moitié de l'année est passée. Les rapports avec les élèves sont apaisés: les élèves ont découvert les manies du prof et vice-versa. Malgré la difficulté à lever la main pour parler, les cours avec les troisiemes deviennent un plaisir. J'attaque avec eux les années 30, un chapitre passionnant et essentiel pour comprendre le déchainement de la deuxième guerre mondiale. Quelques polycops d'activité, une introduction basée sur une affiche du front populaire et une affiche nazie pour montrer la différence de vision politique et c'est parti. Tout est prétexte à méthodologie, savoir différencier un article et un discours, une photo et une affiche. Tout devrait être pratique à la conceptualisation (culte de la personnalité, totalitarisme, etc.) mais je suis encore mauvais à ce jeu là.

    Autour de nous tout s'écroule. Que dire de cette crise financière? Une crise financière passionne quelques milliers de boursicoteurs qui l'ont provoqué, une crise économique ruine des dizaines de millions de personnes qui n'ont rien demandé. C'est évidemment une crise macro-économique liée aux conséquences de la crise américaine des subprimes. C'est aussi une crise européenne plus particulièrement liée à une croissance molle dans laquelle le dogmatisme de la BCE a joué un certain rôle, tout comme le pacte de stabilité qui a empêché toute politique de relance ambitieuse. L'euro fort a gêné les exportations. Enfin, c'est la crise française d'un gouvernement dont la politique économique est particulièrement classique. Ce que Lagarde fait, Poincaré l'aurait fait en 1924 et Pinay en 1960. C'est embêtant. Moins d'impôts pour les riches, moins de taxes pour les entreprises, flexibilité de l'emploi, recettes néo-libérales classiques mais ces fichus français ne sont pas capables d'appliquer la recette à fond et de soutenir l'exportation et la recherche industrielle! Qu'ils regardent en Allemagne!

    Cette crise économique doit faire réfléchir les socialistes plongés dans leur congrès. Le capitalisme financier est une construction humaine, pas forcément inéluctable. Le capitalisme financier détruit l'environnement et les protections sociales. Le capitalisme financier est injuste et instable. Le bon sens, le socialisme réaliste aujourd'hui évoqué par Benoit Hamon, premier signataire de la motion C...si c'était justement de chercher de nouveaux mécanismes de régulation de l'économie de marché et de nouveaux outils d'intervention publique à l'échelle mondiale et européenne pour transformer la société?

    Revenons, je m'en excuse à mes cours. Je suis débutant et j'ai du mal à donner du sens à mes cours, à m'adapter aux capacités des élèves pour les faire fructifier. 2 ans que je tatonne. Parfois des succès ponctuels comme ce cours d'introduction des années 30, ce cours de sixieme sur les inégalités dans le monde, me font tellement plaisir. Quand lors d'une reprise de cours mes élèves comprennent tout je suis tellement fier. De moi? Non d'eux! Ils m'épatent! Et l'épatement quotidien du prof par ses élèves c'est sans doute le paradis des enseignants. Mais l'enseignement en section européenne ce n'est pas le paradis. Mes documents sont trop compliqués. Mes projets sur plusieurs semaines trop longs pour mes élèves. Leur travail oral et écrit sans doute trop faible. Et je ne suis pas fier.