Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le "jeune"

  • In the train

    800px-tgv_train_inside_gare_montparnasse_dsc08895.jpgj'ai toujours été fasciné par les trains. Venir à la gare et voir toutes les destinations affichées sur le tableau, le bruit des lettres qui crépitent et font, l'espace d'un dixieme, entrevoir le rêve et l'aventure, c'était déjà un moment d'exaltation alors que j'avais à peine 10 ans. Quitter Béziers, passer le canal, aller à Montpellier en troisième, c'était déjà une escapade vers la grande ville. Je trépignais au démarrage, mes yeux allaient plus vite que le train, je rêvais du transibérien, il y a encore quelques années, en testant des voyages sur le site des chemins de fer allemands.

    Et aujourd'hui? Cette semaine, j'ai pris le train tous les jours. Avignon ce matin, Strasbourg il y a 3 jours, Cahors demain et Tours après demain? C'est la routine, tous les mois, j'arpente les gares parisiennes et leurs prolongements, les rames TGV, comme formateur du PS ou comme membre des instances nationales du MJS. Envoyé pour animer des réunions, des formations, des actions militantes, j'ai découvert, je me suis approprié un nouveau monde, celui des voyageurs...

    "In the train"? clin d'oeil au film in the air avec georges clooney, mon dernier film au cinéma. Un homme qui saute d'avion en avion sans attache. Moi aussi, j'ai mes petites habitudes. Aller prendre un café au bout d'une heure 30, prendre une place en mode couloir, prendre une photo d'un joli paysage...chaque semaine, les gestes se répètent. De 2003 à 2005, je prenais le TGV de Paris tous les mois pour l'UNEF ou le CROUS. Rebelote depuis 2006 pour le MJS...et depuis cette année, pour le PS aussi.

    J'aime tellement prendre le train. Lire, écrire, suivre du doigt mon trajet sur la carte, entre les rames. Chaque geste devient un plaisir. Saisir le billet qui sort du distributeur, deviner où va s'arrêter la porte, déballer mes affaires...Acheter une revue, prendre une volvic citron, sortir de la gare pour la correspondance et manger sur le pouce ce qu'on achète dans une rue transversale, à Orléans, à Clermont-Ferrand ou à Lyon. Prendre quelques minutes pour arpenter la gallerie commerciale avec une valise qui fait un bruit de roulement de tonnerre (j'ai cassé les roues à Orange). J'aime même les retards, même les trains supprimés, quand je me retrouve sans correspondance, à 21h, à Avignon TGV...un peu de surprise dans une vie où je sais souvent ce que je ferais à telle heure, un mois plus tard!

  • Déménagement et mois d'hiver

     demenagement.jpgAu 1er février, je déménage! Fini le 180 et le RER C, place à la ligne 4 et 12, puisque j'emménage au nord de Paris et du 18eme arrondissement. A côté de cela, les jours sont courts mais le travail est toujours là, et passer de la nuit au bureau et du bureau à la nuit semble un cauchemar sans fin. Je trouve dommage qu'on ne puisse pas accumuler des smiles sur les lignes de la RATP, sans cela, je serais déjà riche...Syndicat le jour, politique midi et soir, et peu de temps libre, donc pour bloguer! Mais je m'y remettrai!

    finie la recherche d'appart. Les alertes e mail sur pap.fr, les appels aux propriétaires sceptiques, les visites pour se vendre où l'on découvre des chambres décrépies dans des rues délabrées. J'ai trouvé mon bonheur, après quelques visites et beaucoup de paperasse (avance, caution, caf, demenagement) et vais découvrir le temps libéré: mon temps de transports va passer de deux heures quotidiennes à 20minutes.

    L'actualité est assez intense sur le plan national. Le parti socialiste avait le vent en poupe (coude à coude avec l'UMP en distancant largement les autres partis de gauche), et le Languedoc Roussillon fait l'actualité. Je suis assez concerné, c'est là où je milite, dans ma section de Béziers 2. Si j'espere bien, dans les prochaines années, voir le parti changer dans son esprit, dans ses actions, dans ses meneurs, si je n'accepte plus certains modes de gestion, je ne peux me satisfaire de l'emballement médiatique autour de paroles malheureuses, une de plus certes, mais utilisée à mauvais escient. Et j'espere que nous saurons reprendre la main dans toutes les régions pour imposer le débat sur le propositions, sur un projet collectif et global dont j'ai parlé sur ce blog, depuis octobre: des lycées où l'on apprend et où l'on vit mieux, un véritable droit à l'insertion et à la formation professionnelle, un droit à la mobilité, voilà ce que nous allons porter!

    Les bonnes résolutions pour 2010 peuvent prendre place: reprendre mes études (master 2 d'histoire militaire à Paris I), vivre mieux (fitness au rez de chaussée!), finir mon livre sur « la conspiration des Montmorency » et plus m'investir dans l'actualité biterroise (débat sur la vie étudiante lundi 8 février)!

  • De la 2 à la A

    Entree-du-chateau-de-saint-germain-en-laye%20041.jpgCe matin, il faisait froid sur le parterre du chateau royal de saint germain en laye. En me retournant, mon regard tombait sur les pierres blanches et rouges du chateau où louis XIII avait grandi. Je visite petit à petit les chateaux d'ile de france, pour le plaisir de mettre mes pas dans ceux des rois de france et de leurs courtisans. Nostalgie d'études: j'ai écrit des mails pour reprendre mon master d'histoire moderne, pas de retour pour l'instant. Ce matin, pour une fois, j'ai profité de ma journée de congé.

    Et ca fait du bien. pas de réunion, pas de travail, j'ai pu prendre mon temps pour me lever, savourer mon livre (d'ailleurs bientôt fini), dans mon RER. Je n'ai pas beaucoup profiter du chateau de st germain, au bout de la ligne A. Trop rénové, trop détruit, et d'ailleurs pas de visite, c'est le musée des antiquités nationales. Donjon sous Louis VI, chateau vieux construit sous la renaissance, chateau neuf aujourd'hui détruit, siège de la cour royale dans les années 1660...je n'ai rien retrouvé de tout celà, merci à la révolution et à la restauration qui l'ont transformé en caserne (la révolution, terreur des étudiants en histoire moderne). j'y suis resté une demi heure, le temps de voir des antiquités gauloises, de découvrir qu'ils connaissaient la serrure et la cuillere! les autres salles étaient fermées (problème d'effectifs)

    Hier soir, le MJS m'a envoyé à une réunion "orga de jeunesse" sur la réforme du lycée, au siège du parti communiste, place du colonel fabien. j'ai eu du mal pour trouver l'entrée, mais j'étais tres fier et très heureux de pénetrer dans ce batiment...à l'intérieur, formes et mobilier futuriste des années 70, l'époque de la grandeur, où un autre modèle existait. Au 3ème étage, aile des jeunes communistes, nous avons discuté des actions à venir, et je me rendais compte, en sortant, que de grands mouvements sociaux étaient nés de ces réunions où l"on boit du café réchauffé au micro'ondes...

  • Du Roi, de la neige, des régions

    regions_adm.gifEncore une note fourre tout, une note pour indiquer tout ce que je fais et tout ce que je pense. Pour parler du trajet d'un quart d'heure sous la neige pour aller à la gare rer, de ces livres qui me noient dans mes rêves alors que je suis assis dans les rames de la 4, de ces combats politiques qui m'obsedent la nuit comme le jour, à Béziers comme à Paris, au PS comme dans les instances nationales du MJS. Envoyer mes voeux, rénover mon blog, ca c'est les petits plaisirs, mais quand il s'agit de rédiger des kits et de rappeller des gens, celà s'annonce comme une journée de technocrate...

    Du ROI. Je lis actuellement un excellent ouvrage dirigé par Jean Francois Revel sur la longue durée de l'Etat dans l'histoire de France, sujet qui me passionne. La longue gestation des institutions publiques couvées par de faibles personnes qui ont su, à l'âge de l'épée et du fanatisme religieux, défendre et faire triompher l'intérêt général et construire une administration étatique, ca me laisse béat. D'un autre côté, la lente sacralisation du Roi de France me laisse aussi particulièrement rêveur, je me vois bien sous un dais, tenant un sceptre, recevant mes sujets...sans doute ce rêve n'est pas étranger à mes études et à mon engouement pour mon métier. Métier délaissé d'ailleurs, interrompu... Oui V., je n'ai pas d'élèves, parce que mon stress ne peut se satisfaire d'une carrière rectiligne et j'hesiterai constamment entre reprise d'études, passage dans l'armée ou "cursus honorum".

    De la neige. La vie à Paris c'est la boue glaciale, le froid saisissant, mais aussi les mille embûches d'une recherche d'apparts. Coups de fils aux propriétaires, course de rapidité sur pap.fr, consolidation du dossier...Pourquoi est-ce si dur de chercher un toit? Rien de tel qu'un propriétaire hésitant pour renforcer mes convictions socialistes et mes projets de spoliation et d'abolition de la propriété...

    Des régions. Je vais travailler pendant 3 mois sur les élections régionales. Je découvre d'excellents bilans, un projet ambitieux, mais encore dans mon cher parti socialiste, pas assez de dynamique pour aller cueillir la victoire. Et j'espere bien que les jeunes socialistes sauront insuffler ce dynamisme. En tout cas je m'y emploierai. J'en aurais l'occasion. Voire plus.