Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ROME

  • mon cours sur Rome et l'empire (sixieme)

     Voila j'ai fini mon cours sur l'empire romain enfin presque c'est quand meme 5 heures de travail pour une séance difficile vu que c'est un de mes moments préférés!

    Ici la séquence complete, le document que je garde sur moi quand je fais cours l'empire romain sequence prof.doc

    ici les fiches d'activité et la trace écrite fiche d'activité 1 Rome.doc fiche d'activité 2 Rome.doc rome et l'empire romain cours.doc

    j'utilise le manuel Hatier 2004. Mes petites expériences pour ce cours? (c'est la premiere fois que je fais cette sequence)

    - mieux gérer l'alternance des phases du cours pour être moins ennuyant: des activités, du cours magistral (légendes notamment)...deuxième tentative d'une fiche d'activité pour pas s'embeter avec les consignes au tableau. et je réfléchis à la suppression de la trace écrite pour passer directement au polycopié...

    - tenter des activités ludiques: - raconter la vie d'un jeune romain à partir du plan d'une cité gallo-romaine - faire un jeu de l'oie du cursus honorum de la vie de César en mettant dans l'ordre des étapes de sa vie à l'aide d'un schéma sur les institutions.

    le plan: 

     

    Première partie: Rome et ses conquêtes

    I/ de la légende à l'histoire: la monarchie à Rome (753 av JC, 509 av JC)

    • II/ la république romaine (509 av JC, 27 av JC)

    • Patriciens et plébéiens

    • SPQR : le sénat et le peuple romain

    • le « cursus honorum »

    • III/ l'expansion de Rome

    • l'armée romaine

    • les conquêtes en Italie et en Méditerranée:

    • la conquête de la Gaule

    deuxième partie: l'empire romain au IIème siècle

    • I/l'empereur

    • Auguste, le premier empereur de Rome

    • les 4 pouvoirs de l'empereur

    • « panem et circenses »: la vie d'un romain au IIème siècle

    • II/ La Gaule, une province romaine au IIème siècle

    - La romanisation

    • les provinces gauloises

    • la citoyenneté romaine

    Conclusion:

  • De Béziers à l'Empire romain

    41f2dd83742b0576bfe2ac52b8dc99bb.jpgLe TGV Montpellier/Paris fait beaucoup rêver, mais il est temps de travailler pour cette dernière semaine qui sera sans doute très dure sur le plan disciplinaire...Je commence après les vacances une sequence sur l'empire romain, ma deuxième thématique préférée en histoire après le siècle de Louis XIV. Et c'est toujours un danger en histoire que de travailler sur une période dont on est amoureux: impossible de ne pas vouloir nuancer, dur de faire partager son enthousiasme.

     

    Pourquoi parler de Béziers? Au delà du fait que cette ville occupe mes pensées et que je souffre beaucoup, comme tous les gens de gauche, de ce qui se passe en ce moment dans cette ville, Béziers est une bonne introduction à cette réflexion. C'est une colonie romaine, une des premières de la « provincia », c'est un lieu de passage (gué à 20km du littoral) dont tous les attributs de la romanisation ont disparu: arènes enterrées, remparts détruits, artères perdues dans le dédale des rues médiévales...reste le cadastre invisible à l'oeil nu et si présent dans le terroir, si cher à mon professeur d'histoire antique, Antoine Perez. Dévastée par les grandes invasions, après avoir été utilisée par les Grecs (découverte d'une fouille à laquelle j'ai participé) et les Celtiberes...sa splendeur antique n'est plus qu'un souvenir.

     

    Avant de commencer cette séquence sur la rome antique, je m'inflige une discipline: pourquoi enseigner celà à ces chers élèves de sixieme? Levons la tête et pensons. Il me semble que le plus clair c'est de montrer qu'on retrouve des arènes romaines de Nîmes à Timgad (Algérie), en Roumanie et en Syrie. Ensuite de rechercher ce qu'a permis l'empire romain et ce que permet encore son emprise en termes culturels, architecturaux, littéraires...à commencer par notre sénat? Par un certain vocabulaire (fleuves, langues latines)? Par ces voies romaines, ancêtres de nos autoroutes? Par ces villes, comme aix, nimes, fréjus qu'ils ont créé? Par ce mode de vie urbain qu'ils nous ont fait découvrir? Avant tout cela, il faudra donner du sens à ce cours, lui donner une certaine cohérence...

     

    et que dit le programme? Présenter la cité, définir la république, étudier l'expansion spatiale de l'empire...l'étudier à son apogée, avec l'empereur, la ville romaine et ses lieux symboliques, tout en s'intéressant plus spécifiquement à la romanisation en Gaule. Les repères à inculquer: fondation de Rome, Alesia, Auguste, l'eneide, apogée, la carte de l'empire romain et le plan d'une ville avec ses monuments.

     

    OK c'est parti. La cité la république. Ce serait un suicide intellectuel pour moi que de ne pas commencer par rabaisser Rome au rang d'une cité étrusque qui a bien réussi.Mais ce serait affreux pour ces chers sixieme que le cours ne commence pas par une histoire racontée, celle de Remus et Romulus.

     

    Ce serait affreux de ne pas arriver à faire percevoir la spécificité que la notion d'un état, d'une puissance publique dans cette république, ancêtre de la notre? Peut-être en étudiant le sigle SPQR. L'expansion de Rome. Il s'agirait de bien faire percevoir l'empire qui s'étend à la méditerranée par des conquêtes successives...qui serviraient à introduire la Gaule! Il faudrait arriver à approfondir la notion de république. J'aimerais effleurer le terme de patricien et parler du cursus honorum. En sixieme? Ma foi je débute j'ai le droit de tenter.

     

    Et comment? On pourrait s'interesser à la biographie d'un jeune romain, appellons le césar, qui se dit descendant de Venus...après un petit passage par l'armée, il est questeur en Espagne où il percoit les impots pour l'empire, édile à Rome où il s'endette pour organiser des jeux magnifiques, prêteur, pour rendre la justice comme son père, et enfin consul... Il s'agirait de le voir prendre la tête du parti populaire contre le parti aristocrate, réunir des clients qu'il nourrit tous les matins, organiser des banquets où les esclaves servent les hôtes couchés sur des lits..et enfin le voir partir en campagne à la tête de ses armées, haranguer les tribuns et les centurions qui construisent si méthodiquement le camp qu'ils brûlent en le quittant.

    Encore une belle transition, quand césar, suivant la vallée du Rhodanus (tiens tous les noms de fleuves viennent du latin!), entre dans un pays brumeux, marqué par des forêts impénétrables où l'on cueille les druides cueillent le gui...c'est le moment d'étudier un extrait des commentaires de césar.

     

    Qu'en est-il de cet empire au IIème siècle, de ma deuxieme partie? Une petite démarche multiscalaire c'est toujours sympa, regardons le de Rome, plus grande ville du monde, bigarrée par la présence de tant de peuples, où convergent tous les produits, du blé africain aux fauves mauritaniens, des esclaves germains à l'ambre bretonne...des philosophes grecs aux magiciens égyptiens! Regardons, perché sur sa colline, ce Palatin où gouverne un empereur, maitre du monde, divinisé à sa mort, gardé par une cour impitoyable où le vin,le sang et le poison coûlent à flot! D'où vient-il cet empereur? Parlons d'Auguste, de son ami virgile qui a écrit l'énéide!

    Quittons la ville pour ces provinces, où des gouverneurs puissants gardent les frontières de l'empire, installent des colonies de vétérans, aménagent les villes comme des petites Rome. Entrons dans l'une d'elles, par exemple Lyon, la capitale des gaules, au coeur des 3 provinces, où convergent les voies romaines. Sur la colline de Fourviere, un petit capitole concentre les temples, tandis qu'au bord de la saone on retrouve les 2 axes du cardo et du decumanus, le forum, les arènes où meurent les gladiateurs et les membres de cette nouvelle secte juive, les chrétiens, jetés aux lyons...et c'est blandine qui m'offre une magnifique transition vers la naissance du christianisme!

  • les "sous-hommes" de l'antiquité

    38accd6bdb03a2796766202ead14e075.jpgdes sous-hommes?? on dit aussi esclave. l'histoire, j'ai du déjà vous le dire, ce n'est pas que des batailles, des rois et des dates. non c'est le fonctionnement de l'humanité et des sociétés sur cette base inéluctable pour l'homme qu'est le temps. j'ai découvert au cours de mes études que l'histoire pouvait s'appréhender différemment (historiographie) qu'elle faisait appel à des concepts (épistémologie) et qu'elle pouvait ouvrir le champ des possibles. histoire des couleurs, des mentalités, des échanges, des peurs, philippe ariès fait partie, avec jacques heers et delumeau, de ces grands historiens qui me font aimer l'histoire. 

     

    histoire de la vie privée...à la maison. la famille, ses joies, ses drames, de l'éducation au mariage en passant par les enfants et les domestiques. je lis ce bouquin avec appétit, il se lit vite, bien. j'en suis au premier chapitre, les esclaves.

    on n'est pas dans les champs de coton de Virginie. 25% de la population active est constituée d'esclaves. pas forcément ceux qu'on achète sur les marchés comme dans asterix.surtout des enfants d'esclaves. pas forcément les torturés des prisons d'esclaves. nonnnnn. et les fonctionnaires? des esclaves! le puissant pallias, chef de l'administration et confident de l'empereur claude? un esclave! il est des esclaves riches. il est des esclaves puissants. il est des esclaves heureux et même il est des esclaves volontaires (ex. pallas) des hommes ambitieux mais pauvres qui se placent au service de puissants pour être affranchis plus tard.

    car les esclaves peuvent être affranchis. comme ils peuvent être tués ou violés par le pater familias (qui peut aussi tuer son fils par ailleurs). esclave, c'est une notion de nature, une condition qui est aussi juridique. 

    esclaves grecs, nourrices ou grammairiens, dans les maisons aisées (les classes supérieures ont des dizaines d'esclaves, les classes moyennes quelques uns). l'esclave doit aimer son maitre, l'esclave est un bien qui s'échange, se vend...mais avec des clauses particulières!!! (le maitre ne peut pas la prostituer par exemple).