Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bayrou

  • Bayrou, le candidat des profs?

     220px-BayrouEM.jpgFrancois Bayrou dévoilait ses propositions pour l'école hier, le 6 février. Ce sera au tour de Francois Hollande, parait-il, après-demain. C'est donc le bon moment pour en discuter. On a présenté ce projet comme un clin d'oeil au monde enseignant, je me demande alors à quels enseignants. Confronté à mes terribles 4ème, débattant autour de la machine à café avec mes collègues, je suis tiraillé entre mes convictions « revolutio-pédago » , mes journées de prof débutant et débordé, décu et aigri, et mon intérêt (partisan) pour le débat politique sur le système éducatif. Alors, Bayrou, candidat des profs ?

    Le projet du Modem est-il innovant ? Oui si l'on considère que revenir sur la création du collège unique à la fin des années 70 est une avancée, c'est le sens des propositions du candidat du centre-droit pour le « collège diversifié ». Tout comme la création d'un bac d'excellence qui renforcerait des inégalités entre filières déjà terribles. Le projet éducatif de Bayrou est-il bon pour les enseignants ? Si l'on considère qu'un bon enseignant a une barbe, une blouse noire, et qu'un cours c'est un exposé oral d'une heure. La vision de l'enseignant selon Bayrou est-elle la mienne ? Non elle est totalement opposée : il veut des enseignants qui se débarrassent de la paperasse évaluative et des réunions (8ème orientation) ce qui me semble rejeter à la fois la logique du socle et le travail d'équipe (même si le socle est aujourd'hui trop « techno »). Qu'est ce que je reproche à la réforme de Bayrou ? Justement qu'il n'y en aura pas (2ème orientation) : Bayrou ne changera pas la définition du métier d'enseignant, n'a rien à dire sur les méthodes pédagogiques, en revanche de très bonnes intentions : exclure la violence, rétablir le respect, apprendre aux « djeuns » à s'habiller et à parler correctement, on en rêve tous. Des bonnes idées? Certaines existent déjà (désolé!): les devoirs au sein de l'établissement, la découverte des métiers. D'autres sont en contradiction avec l'esprit de son projet: réforme des rythmes scolaires, bureaux de profs dans l'établissement...

    Pourtant les médias pensent que ce projet pourrait plaire. Ils ont raison. Quand je me fais insulter et menacer chaque semaine j'ai envie d'entendre parler de respect. Quand trois élèves m'empechent de faire cours j'aime trouver dans le projet du Modem ce « collège hors les murs » pour les élèves qui nous enquiquinent. Que deviendraient-ils, on s'en moque bien. Quand la société nous méprise j'aime que notre ancien ministre (et collègue) pourfende nos détracteurs et les défient « vous ne tiendrez pas deux heures dans une classe de collège ! ». Je le remercie pour cette phrase.

    Pour autant, une vision éducative c'est un projet pour la société. Je me retrouve dans les derniers articles de Philippe Meirieu sur le café pédagogique saluant la sortie de son dernier livre, « un pédagogue dans la cité » : foi dans l'éducabilité de tous les enfants. Contrairement à certains collègues je ne pense jamais qu'un élève est « neuneu », fichu. Même les enfants de vignerons de mon petit collège champêtre. Sinon, à quoi bon être prof. Je rejette tant les partisans de l'école libérale que les nostalgiques de l'école élitiste. Je partage le projet d'unités pédagogiques fonctionnelles, des groupes de 120 élèves avec 10 enseignants qui s'organisent autour d'un projet pédagogique, avec un cadrage national ambitieux.

    Alors j'attends beaucoup du projet de Francois Hollande pour dépasser l'augmentation (nécessaire) des moyens et bousculer notre système éducatif. Pour favoriser la créativité, l'innovation, bouter l'ennui hors des classes, exclure l'exclusion et pour construire le droit à l'avenir autour de nouvelles méthodes d'évaluation, d'orientation, d'enseignement voire, de construction et d'organisation des établissements scolaires. RDV après-demain pour faire le point...

     

  • le cauchemar d'un militant fatigué

    medium_demeche.2.jpgje reviens de Mende, 700km dans les pattes. je m'excuse de ne pas répondre aux commentaires mais je n'en ai pas toujours le temps. et si j'écris ce soir c'est pour raconter un cauchemar...

    c'est le 1er mars 2012. Je sors du job center de Béziers, où je me rends chaque jour depuis que j'ai été viré de l'éducation nationale pour activité syndicale. J'y consulte les annonces d'interim; multipliées depuis que les postes de courte durée ou de remplacement de début d'année ont été confiées à des agences de recrutement spécialisées, dans le cadre du plan "éducation 3000" du vice premier ministre Bayrou (janvier 2008) qui a aussi supprimé les concours de recrutement des enseignants, rendu autonomes les établissements scolaires qui recrutent directement les profs. Je n'ai rien trouvé. Assez soulagé d'ailleurs. les baisses d'impots, promesses électorales du candidat sarkozy, ont été compensées par des coupes sombres dans le budget de l'éducation. Les cours devant 40 élèves, dans des bâtiments délabrés, des salles mal chauffées, ne me manquent pas.

    J'attends le bus. celui de la compagnie Bouygues, une des trois compagnies sur le marché depuis la mise en concurrence des transports en commun en février 2009, est encore en retard. Je ne le prends que rarement: pour vivre sans subventions publiques, la compagnie a du relever ses tarifs à 2 euros le ticket. Je me rends alors dans une boulangerie. et j'y retrouve avec surprise, comme vendeuse; une ancienne camarade de fac, brillante doctorante en histoire militaire. elle m'explique qu'elle a abandonné ses études après le vote de la loi "université d'élite" qui établissait des frais d'inscription de 2000 euros par an. Impossible pour elle alors que les bourses avaient été remplacées par le ministre délégué à l'enseignement supérieur et à la recherche, Wauquiez, par des prêts étudiants. Avec tristesse, nous nous souvenons du mouvement de contestation de cette loi, en mai 2008, mené par l'étudiant montpellierain  azwaw djebara, qui avait échoué après 3 mois de blocage des universités, malgré la mort de plusieurs étudiants, grévistes de la faim, qui avaient ému la France entière, excepté le président sarkozy.

    Le pain au chocolat acheté est déjà fini, je regrette déjà de m'être empiffré de mon seul repas de la journée. Aujourd'hui c'est le dernier jour pour moi où je peux faire valoir mon allocation de retour à l'emploi, réduite à 1 mois par le ministre des affaires sociales Hervé Morin, avec le décret "un emploi pour tous" de janvier 2011 qui relevait l'âge de départ à la retraite à 67ans. Je retourne chez moi en trainant des chaussures bien usées, j'ouvre la porte pour me retrouver directement dans ce 20m² que j'occupe avec adrien, mon colocataire, rescapé de la guerre d'Iran, engagé il y a 3 ans par les présidents Sarkozy, Jeff Bush et le premier ministre david cameron. Si son expérience d'ancien scout lui permet de survivre dans ce cloaque, la vie y est pour moi irrespirable.

    Alors qu'à la télé passe en bouche, sur toutes les chaines, la retransmission des débats pour l'investiture présidentielle de l'Union conservatrice libérale (UCL)  créée après l'alliance d'entre deux tours de 2007; qui met en lice Sarkozy, baroin et Bayrou, je repense à ce qui s'est passé il y a 5 ans. à cette campagne délirante. à ces prises de position incohérentes et fantaisistes. et je regrette alors, de n'avoir pas tout fait pour empêcher la victoire de la droite. de n'avoir pas dénoncé toutes ces impostures.

    Le réveil, ce matin, a été douloureux. Je me suis demandé, un instant, si c'était vraiment un rêve.

  • Haro sur Bayrou !

    Haro sur Bayrou !

    VIANNEY AUBERT.
     Publié le 16 mars 2007

    Sur le web. La blogosphère socialiste s'inquiète de la montée du candidat centriste dans les sondages.

    Oublié Sarkozy ! Haro sur Bayrou ! Dans le petit monde de la blogo­sphère socialiste, la montée du candidat centriste dans les sondages donne des sueurs froides aux internautes. Et tout particulièrement aux enseignants. « Ça fait longtemps que nous n'avions pas été angoissés un jour de rentrée », écrivent, le 5 mars sur leur blog, Jérôme et Guillaume, professeurs dans une ZEP de Seine-Saint-Denis. La raison de leur malaise ? Bayrou, évidemment, qui dans les intentions de vote des enseignants talonne Royal. « Des profs de mon collège, des profs de ZEP pourraient voter UDF ? On est sur le point d'être traumatisé ! », poursuivent-ils. Sur Internet, la contre-attaque n'a pas tardé. « Bayrou : l'arnaque du siècle », tonne Nicolas, prof à Béziers. Éducation et Politique a lancé un appel des enseignants à voter Royal. Et, des textes très critiques envers le programme de Bayrou, signés des économistes Thomas Piketty et Philippe Aghion, circulent aussi de blog en blog.
    « LE VOTE UTILE PAR EXCELLENCE »
    Mais tous les enseignants de gauche n'ont pas l'intention de rejoindre le giron socialiste. « Socialiste de gauche, votons Bayrou », lance même Yves Guyet (4), prof et militant du PRS de Jean-Luc Mélenchon. Un choix motivé par sa volonté de faire imploser le PS autant que de faire obstacle à Sarkozy. « Car Bayrou est le vote utile par excellence contre la droite et l'extrême droite », enchérit Gabriel Xavier Culioli, fonctionnaire de l'Éducation nationale et ancien de la Ligue communiste. Avant d'ajouter : « Je vais voter Bayrou par pur plaisir. (...) Bon Dieu de bois, je suis toujours de gauche, résolument de gauche et je ressens un enthousiasme que je ne connaissais plus. Une sorte de remontée de sève tout à fait salutaire. »
  • bayrou: l'arnaque du siècle!

    medium_06_06_15_baudis_bayrou.jpg"tu connais bayrou? il déchire! il est ni de droite ni de gauche, il va faire plein de choses sans rien dépenser!" le pied. moi je vote bayrou. tu roules à gauche ou à droite? au centre! bleu ou rouge? orange!

    bon oui bayrou il est sympathique, courageux, intègre....un bon démocrate chrétien, fils d'agriculteur...qui a voulu donner autant de moyens à l'école privée qu'à l'école publique...alors que cette dernière avait permis son ascension sociale...un comique quoi.

    bayrou, celui qui a été élu depuis 1982 dans des coalitions de droite, ministre et soutien de balladur l'ultra libéral, et qui depuis 2006 nous ferait presque croire qu'il est de gauche? lui même. bayrou, le chef d'un parti de droite qui fait alliance dans les de 70 collectivités locales importantes avec l'UMP? qui a fusionné ses listes en 2004 pendant les régionales avec l'UMP? lui même!

    vous voulez bayrou? vous aurez la droite! car bayrou en avril, c'est l'udf obligée de s'allier à l'UMP (ou au PS, le pied!) pour les législatives! pas d'emprise locale, pas d'élus chevronnés, l'UDF c'est une photo, mais pas de militants, et pas d'élus! dès juin, les vieilles alliances reviennent, le centre tombe toujours du même côté....alors réfléchissez avant de vous faire avoir!

    bon ni de gauche ni de droite...mais je tombe toujours du même côté! au casino c'est de la triche, en politique c'est....le pragmatisme c'est ca? ouais. voyons bayrou.fr, je veux connaitre le projet. première photo : le candidat accoudé au comptoir dans un bar. ca commence mal.

    ses propositions? alors on réduit la dette mais sans augmenter les impots.

    pour augmenter le pouvoir d'achat...des heures supplémentaires sans charge! ouais! et on embauche quand? lol donc la sécu trinque, et les contrats imposés, les meres et les peres de famille qui peuvent pas faire 35h, c'est des fegnasses? l'augmentation des salaires? ah non impossible. d'accord, on va aller loin.

    l'éducation? alors pour l'université, on multiplie par deux le budget. toujours sans rien dépenser évidemment. pour lutter contre le taux d'échec en premier cycle...on améliore l'accueil? oui super. pas convaincu! la précarité étudiante? des bourses "convenables" et si le problème, cher ancien ministre, c'était ceux qui n'ont pas de bourses et qui doivent bosser à côté? ou ceux de la classe moyenne qui ont pas assez pour l'échelon 5, mais pas non plus pour vivre décemment? et s'il n'y avaient que % des étudiants qui pouvaient accéder aux cités U? rien sur tout ca! l'école? "La première condition pour y parvenir, c’est que 100 % des élèves sachent lire et écrire à l’entrée en sixième. S’ils ne savent pas, qu’on leur apprenne. " oh oui ca c'est de la solution! "Donnons un égal accès à tous les établissements aux filières d’excellence" ouiiiiiii et ca regle tous les problèmes? les parents dépassés? le nombre d'élèves par classe? l'absence d'avenir à la sortie de l'école? mwe

    les impots: un ISF à 1/1000, la France devient le pays de cocagne des catégories aisées...et la dette c'est toujours les memes, privés des services d'un état en restructuration, qui la paiera. un petit effort, monsieur bayrou! la solution pour l'éducation: l'autonomie. d'accord jouer les établissements les uns contre les autres ca va faire avancer les choses...t'inquiete on va expliquer aux enseignants ce qui se cache derriere ton sourire! du vent...et la droite!

    les banlieues: un sous prefet pour chaque cité. d'accord alors la c'est le bouquet, on va surement réduire le train de vie de l'état...

    décentralisation: on simplifie, mais on laisse tous les niveaux existants. super. fallait y penser. on rassemble élus départementaux et régionaux pour s'occuper des deux collectivités....oui. à 360 ca va etre sympa pour le tour de parole à montpellier...mais je comprends, fallait vexer personne!

    logement: des projets supers....tellement que c'est les régions qui paieront!

    minimas sociaux. on va s'occuper d'eux, on va les occuper....mais l'accès au logement, à l'emploi, à la vie quoi: dans la forêt pour débrouissailler. OK

    les transports: moins de voitures. mais rien sur les transports en commun. avec bayrou, tous à pied!

    "Pour moi, un mariage, c’est l’union d’un homme et d’une femme. Je défends cette vision que certains disent traditionnelle, mais que je trouve être une vision d’avenir. L’altérité sexuelle est source de vie et d’équilibre." ouais l'air du Bearn est pur aparemment, mieux vaut y rester alors!

    voila pour bayrou, leitmotiv: attention l'arnaque! le projet est contradictoire, plein de bonnes intentions, le libéralisme et la solidarité mélangé dans une sauce béarnaise sympathique...mais dans le monde actuel, libéralisme débridé ou alternative solidaire, juste et durable, cher Francois, il faut choisir!