Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

borloo

  • Un grenelle de l'environnement ca sert à quoi?

    0e51db19bd7045de474cf6757dc1589e.jpgchers lecteurs, ca sert à complexifier les clivages politiques, à rénover la facade écologique de la droite, à mettre les Verts plus bas que terre (même si c'est déjà dur)...et par ailleurs à prendre 15 mesures concrètes pour protéger l'environnement. Ces mesures seront débattues à l'assemblée le 4 octobre, présentées le 26 octobre, 240 personnes participeront à 6 groupes de travail (biodiversité, agriculture, santé, nucléaire...) pour confronter leurs points de vue. Syndicats, entreprises, état, collectivités et ONG ont toutes des objectifs pour ce "grenelle de l'environnement" annoncé par le candidat Sarkozy, ébauché par Juppé, qui va être mené à terme par le ministre d'état Borloo.

    Quelles sont les revendications, les sujets qui font débat ou consensus? des questions telles que celle du fret: la SNCF s'apprête à supprimer 262 gares de fret, les syndicats, les régions souhaitent profiter de Grenelle pour s'y opposer et même mettre la question des transports ferroviaires au coeur des discussions.  Le ministre Borloo souhaite arriver à une loi sur les OGM, mais la FNSEA des agriculteurs et les ONG ne sont pas du tout d'accord sur son contenu: cadre ou moratoire? Concernant la fiscalité, si les entreprises craignent une complexification de la reglementation, les villes craignent que les taxes locales (professionnelles notamment) soient moins productives du fait d'exonérations pour les comportements exemplaires des entreprises ou même des particuliers. les ONG, en revanche, sont bien décidées à obtenir une fiscalité environnementale passant notamment par une taxe carbone. La route est aussi au coeur des discussions, notamment pour les entreprises et les syndicats routiers qui sont d'accord pour réduire la vitesse autorisée, veulent aller vers des péages sans arrêt. reste à voir si les citoyens y sont prêts, les derniers sondages sont assez pessimistes.

    Voilà l'étendu des discussions (deux jours que j'y bosse dessus), elles vont certainement aboutir à des décisions interessantes. comme les ONG, je crains que certains choix ne soient pas fait pour raison catégorielle ou électorale (vitesse autorisée, OGM), ou quand elles toucheront aux comportements individuels.

    comme je le disais l'an dernier à mes élèves, résoudre la question écologique dépend à la fois des politiques publiques et des comportements individuels. je crains que ces derniers seront les plus durs à combattre.