Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cinema

  • émotions indiennes, pensées méridionales...retour dans l'OTAN!

    Le TGV Avignon / Béziers roule trop lentement, "Marianne" achevée je me penche sur mon papier, et sur cette petite table tremblante qui me voit d'habitude corriger mes copies. 1300 km dans les pattes, une semaine infernale, comme toutes les semaines, avec ses nuits trop courtes et ces journées trop longues, un quotidien banalement francilien. Et quelques évènements...

    slumdog_millionaire.jpg J'ai adoré slumdog millionnaire. Dans une salle blindée d'"utopia", j'ai vu se reconstituer sous mes yeux la vie d'un bidonville indien, d'autant plus drôlement que c'est la lecon que j'acheve à peine en sixieme. L'enfance de Jamal dans les ordures, la mort de sa mère musulmane tabassée par les Hindous qui brûlent son bidonville de Mumbaï (Bombay), ou encore la survie d'un adolescent mendiant merveilleusement mise en dynamique autour d'un fil rouge: la participation de Jamal à l'émission "qui veut gagner des millions" où il grille les étapes...Ce fil rouge va à contresens du temps réel, de la vie de Jamal, de son frère Salim et de Latika. Jamal devient l'idole d'un peuple et le symbole d'un pays à la fois pauvre et émergent, où les richesses s'entassent dans un état démocratique qui peine encore à les redistribuer. L'inde qui illumine l'écran est immense, son développement et son intégration à la mondialisation trop rapide. Inégalités, torture et corruption montrent que les couleurs occidentales qui pârent ses villes-capitales masquent la réalité d'une existence misérable pour des centaines de millions de personnes. Avec slumdog millionnaire, l'Inde entre dans l'histoire du XXIème siècle, alors que le programme d'histoire, dès l'an prochain, fera à nouveau sa petite place à cette puissance émergente dans le programme de sixieme.

    - J'ai enfin fait un cours potable en section euro! Mes chers élèves ont brillamment parlé, ont participé avec grand élan au débat proposé "Europa im 21sten Jahrhundert", sur les enjeux énergétiques, environnementaux et diplomatiques de l'UE. Pour mes beaux yeux? Sans doute aussi pour les 8 especes de jus différents que je distribuais aux élèves participants...J'ai dû graisser la patte de mes élèves en dragibus sonnants et trébuchants, c'est ce que j'appelle la pédagogie du chocolat, parfaitement utile les veilles de vacances...

    otan.jpg

    La France va réintégrer le commandement de l'OTAN...que de Gaulle avait quitté en 1966. A l'époque, il s'agissait d'affirmer l'indépendance de la politique étrangère et militaire de la France, reposant sur une nouvelle force de dissuasion nucléaire, et non d'une réaction anti-américaine primaire comme certains l'ont insinué. Nicolas Sarkozy, fidèle à lui-même, n'a pu résister à afficher sa servitude atlantiste, au mépris des ambitions multilatéraliste affichées de longue date par la diplomatie française, quelle que soit la couleur des gouvernements en place. Cette politique suiviste de petite puissance dessert l'ONU autant qu'elle renforce l'OTAN comme acteur légitime du maintien de la paix et comme force d'interposition....Si l'ONU représente les peuples, l'OTAN, où la France n'a obtenu qu'un strapontin dérisoire de commandement intégré à la réforme de l'OTAN, représente quoi? Un monde bi-polaire dépassé, une alliance désuète dont la doctrine du "choc des civilisations" développée par les néo-conservateurs américaine est nuisible à la paix mondiale.

    Le TGV arrive à Béziers. J'ai quitté les neiges franciliennes pour ces terres brûlantes que j'aime tant. Dès ce matin, je retrouve les affres de la politique héraultaise, les grands sujets d'un PS biterrois dont je compte bien soutenir ardemment les efforts d'unité, de cohérence et dynamique collective qui l'animent présentément.

  • « je veux pas aller en lycée pro »

    Hier je suis allé voir « entre les murs ». Comme disait Aurélie, y aura sûrement que des profs dans la salle. C’était bien. On s’attendait à l’énième projection d’un film sur le prof parfait qui fait de fabuleux cours magistraux qui captive des élèves apparemment peu troublés par leurs hormones (peu crédibles par conséquent)…et bien non ! Le prof de français d’ « entre les murs » n’est pas un prof parfait. Il se laisse dévier, commet des fautes typiques qui font hurler les profs dans la salle (accepter le changement de sujet, laisser un élève mettre les pieds sur la table, parler aux élèves dans la cour) et surtout, c’est l’événement du film, insulter des élèves (la nuance n’existe pas au collège).
    J’ai aimé le tournage extrêmement réaliste, extrêmement proche de l’action. J’avais l’impression de revenir sur l’estrade de ma ZEP. Les élèves qui typent, les profs qui s’entraident, la rentrée des combattants, le combat quotidien pour qu’on laisse le prof parler, le rapport de force de tous les instants…J’ai moins aimé quelques détails (on croit toujours que le cours c’est le prof qui le fait, à part l’autoportrait, je suis syndicalement, professionnellement et personnellement pas d’accord.)
    J’ai aimé…le prof qui pète un plomb. C’est ça la ZEP, chialer dans les toilettes. J’ai aimé la fin, cette élève qui a la fin de l’année « n’a rien appris » et « ne veut pas aller en pro ». C’est ça l’éducation à la française. Adapte-toi à la norme et vas aussi vite que les autres ou crève (synonyme d’aller en voie professionnelle). L’orientation n’est conçue que comme une sélection élitiste qui favorise les catégories de la population les plus intellectuelles (fils de cadres et de profs, évidemment !)
    Ce matin, quand j’allais au collège, comme tous les matins, j’ai pris mon petit déjeuner (toujours le même), raté le bus (comme d’hab’), me suis gelé les fesses sur les bancs en plastique de la gare pour enfin rentrer dans mon cher MONA (c’est le nom du RER, c’est pas un code). Le soleil rouge se levait sur la Seine c’était merveilleux et j’avais deux geeks à côté avec des lueurs inquiétantes dans les yeux qui parlaient de l’oracle des ténèbres qu’ils avaient combattu la nuit dernière. C’est louche.
    Mes adorables sixième ne m’ont pas raté ce matin. « monsieur, vous avez une belle écharpe rouge » « Monsieur, vous savez pas écrire » « monsieur, vous avez pas mal à la tête le soir » ? Aimez vos élèves, vous êtes payés au centuple…révisions sur la population mondiale, activité sur la citoyenneté en troisième…
    Enfin, je mangeais avec Cyril, responsable des jeunes radicaux de gauche à midi. La jeune gauche avance, mon projet banlieues avance, la droite n’a qu’à bien se tenir…cet aprem au syndicat, j’ai une productivité de fou (5 cafés, ça fait un peu trembler mais bon) du coup j’ai écrit 3 articles pour octobre. Qui a dit que j’étais drogué ?

  • Les profs, le film...

    529702328.jpgVous avez remarqué que je ne parle ni vie perso ni politique, c'est la rentrée c'est normal à la rentrée je suis prof à 100%. Pourtant un prof heureux est un bon prof et vu la semaine je vais faire de supers cours. Qu'est ce que je prépare en ce moment? Les etats-unis, les villes au moyen âge, l'asie....et surtout un planning des cours. Je suis mauvaise langue, les nouveaux élèves sont charmants il va falloir que je m'occupe bien d'eux. Bien m'occuper d'eux c'est préparer les révisions, les exercices de préparation au brevet...mais aussi la moitié du programme à faire en 6 semaines avec les cinquieme.

    Je vous rassure, les prochaines notes seront plus politiques. Réforme des institutions, carte électorale, mouvement social, réforme du lycée, je devrais trouver de bons sujets d'inspiration.

    Mais en ce jour de congé mon premier sujet d'inspiration c'est un DVD visionné ce matin. Pas n'importe lequel, il s'agit de "les profs", cadeau de Cédric, cher coloc, pour mes 24 ans. Tres bon DVD, tres bon cadeau d'ailleurs! Bon même si Cédric voulait évidemment se moquer de moi, comme d'habitude :-P Qu'est ce que ce film? C'est l'enseignement vu du côté des profs...tourné en 1985, par patrice Schulmann, il raconte l"histoire d'un jeune prof...très caricatural. C'est Patrick Bruel, alias Frédéric. Il est cool, il subjugue ses élèves, les incite à l'esprit critique, multiplie les pitreries...évidemment le bon prof tel qu'on se l'imagine. Quand on n'est pas prof. Frédéric ne connait pas la construction des savoirs par les élèves. L'enseignement est vu comme une vocation, le cours comme un sermon (magistral, c'est sur), le charisme professoral comme la condition sine qua non de la transmission pédagogique. et ben on peut penser ce qu'on veut, ca marche toujours un peu comme ca et ce film est excellent :-)

    Apres, ce film est interessant à étudier comme reflet d'une époque. Le cours épique sur l'URSS et les USA par le professeur charles max, les bâtiments dégradés, qui ont mal vieilli depuis leur construction apres la seconde guerre mondiale, les profs jeunes en conflit avec les profs d'avant mai 68...tout reflete tres bien les années 80. que je n'ai pas connu, ce film est sorti presque à ma naissance. Le conseil de classe montre bien ses limites, tout comme le management de l'établissement. Ce film fait rire, un peu moins quand moi, prof recruté en 2006, songe que la machine à café, les cartes murales, les profs anté 68tards et les bâtiments dégradés n'ont pas tous disparu...mais voyons le côté positif. Cette éducation nationale est un peu glandouilleuse, mais sympathique.

  • David Yates je te hais! Pétition pour la re-production de Harry Potter V

    efa06699efee01862558438bbc35d105.jpgChers lecteurs de Harry Potter, vibrants d'enthousiasme à l'idée de voir au cinéma harry potter et l'ordre du phénix, je m'adresse à vous, à votre déception et votre rancoeur qui ne peut qu'être exacerbée par la projection de ce qui devait être le prélude d'un été fulgurant, avec la sortie du dernier tome!

    Et MERDE, qui est ce type qui poignarde ce monde merveilleux, le dénature, le démembre et le déshonore par une production américaine à gros budget qui n'a strictement rien à voir avec l'ouvrage écrit par Rowling! Qui s'est permis de raccourcir, dénaturer, raccourcir les différentes scènes? Qui a accumulé de telles horreurs et erreurs? Dès les premières minutes on ne comprend pas ce que la bande de Dudley fait là! D'où sortent ces détracteurs qui rappellent Matrix!

    Et MERDE! L'espoir, le rêve représenté par Harry Potter est mis à néant par ces scènes sans lien entre elles! Où est le marécage des Weasley? Où est le récit de la visite aux Géants? des réunions de l'ordre? de la visite à St Mangouste?

    J'appelle solennellement à une re-production de ce film! qu'on revienne à l'esprit initial du livre de Rowling, non pas un héros mais l'histoire d'une école! Non pas un monde fantastique mais un monde parallèle et c'est autre chose!

    IL FAUT REFAIRE LE FILM! RETROUVER LA QUALITE DES EPISODES PRECEDENTS EN SORTANT DE LA GRANDE PRODUCTION CLASSIQUE, DE LA LUTTE DU BIEN ET DU MAL!

    Considérez cette note comme un manifeste et faites en une pétition!