Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

commission pochard

  • le livre vert de la commission pochard: tout n'est pas à jeter!

    livre_vert_23188.pdf

    c008f294b266af4d592ec79d92509482.jpgNON ce rapport n'est pas seulement la privatisation et la libéralisation en germe de l'école, même s'il contient des éléments classiques du néolibéralisme telle que l'autonomie des établissements (qui tourne souvent à la mise en concurrence). Cette autonomie peut être sympathique si elle amène une politique pédagogique de long terme concertée avec les enseignants, mais si c'est uniquement gestionnaire ca va pas plaire du tout au corps enseignant d'être cornaqué et managérié, évalué par des chefs d'établissement qui ne donnent plus cours...la solution: que les chefs d'établissement gardent des heures de cours, comme en Allemagne? Mais aussi des corps d'inspection renforcés qui deviendraient de véritables conseillers éducatifs pour les enseignants et les établissements. LE CONCEPT d"'effet d'établissement" pour assurer la réussite éducative est intéressant mais ne doit pas éviter une réflexion sur les moyens à engager pour la réussir.

    OUI ce rapport contient des dangers concernant la qualité de l'enseignement dispensé: pré-sélection vaseuse de professeurs dès le lycée (?!), bivalence qui entraine évidemment une maitrise moindre des matières enseignées, recréation d'une catégorie de profs de collège alors que les PEGC sont en cours de disparition...et chose plus grave, augmentation des heures de service des nouveaux enseignants, de 18 à 22h, pour se rapprocher des standards européens? j'imagine la tête d'un enseignant français après 22H d'enseignement en ZEP. tout celà serait possible si les élèves travaillaient autrement (heures moins longues) dans des classes à effectif réduit! (on dédouble pour des classes atteignant 26 à 30 élèves au collège en France!)

    NON ce rapport n'est pas la réforme miracle qui va sauver l'éducation nationale mais...certaines pistes sont intéressantes! Prendre en compte le travail en équipe dans le temps de travail des enseignants et le rémunérer en conséquence c'est permettre des réunions mensuelles de l'équipe pédagogique pour planifier l'apprentissage transversal de compétences (respect des consignes en sixieme, lecture critique d'un document en seconde, argumentation en troisieme...), c'est super, et ca peut être réellement efficace si on en fait une priorité!

    NON ce rapport n'est pas une énième réforme! C'est une réflexion précise sur le métier d'enseignant. Ce métier doit changer! finie la chaire et vive le prof qui organise les travaux de groupe! Fini le bureau et vive le prof personne ressource pour des élèves autonomes dans leur apprentissage!

    - reconsidérer le temps de travail des enseignants en prenant en compte toutes les facettes du métier c'est bien! p 148, le rapport Pochard fait un inventaire précis des tâches des enseignants: cours, préparation des cours, évaluation, orientation, gestion des examens, gestion de la classe, relations avec les parents, réunions entre enseignants...le rapporT Pochard va dans le bon sens en proposant de diminuer les heures d'enseignement pour intégrer des activités pédagogiques (suivant en celà tous les rapports précédents restés sans effet)...mais celà demande une vraie réflexion ébauchée p 158 sur les moyens materiels apportés par les établissements en espaces de travail! que chaque prof aie sa propre classe comme bureau, par exemple!

    - OUI à l'annualisation du temps de travail! OUI à l'organisation de modules de demi journées sur une matière plutôt que le zapping des matières au collège! OUI aux heures dûes aux élèves! (mais aujourd'hui c'est l'utopie au vu des journées de cours: impossible de recaser les heures!) mais dans ce cas il manque une réflexion sur l'année scolaire qui doit être plus longue: les cours s'arrêtent fin mai en seconde, au lycée!

    La réflexion sur les concours, les carrières (plus de possibilités de promotion) est intéressante et répond à de vrais manques. La réflexion sur la performance dans le cadre de la mise en place du socle commun de compétences et de connaissances est intéressante mais je préfère parler de mesure d'efficacité du service public. la faiblesse reconnue des indicateurs et objectifs de type LOLF c'est les critères uniquement quantitatifs et pas qualitatifs. quand à la rémunération au mérite c'est un "trip" classique de la droite conservatrice et libérale que les experts ont eu honte d'inscrire tel quel. c'est dogmatique, idéologique, théorique et completement débile et irréalisable. ca va là?

    Je n'ai pas encore étudié ce qui concernait la création d'une 4ème fonction publique ou la gestion des ressources humaines. Pistes inédites, très décriées...et donc à étudier!