Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

concours

  • "libéralisme" et ""guerre": préparer la question contemporaine des IEP province

    guerre.gifCe sont les thèmes de l’épreuve « questions contemporaines » du concours de sciences po province, et il faut bien donner un coup de main…De nombreuses questions peuvent découler de ces problématiques. Tout d’abord, faut-il les mettre ensemble ? Il faut les croiser mais aussi les étudier séparément puisqu’en 2008 les deux sujets ont été posés chacun sur une des deux thématiques (ex. Une politique de l’environnement est-elle possible sur l’environnement).. La guerre comme une question historique, philosophique et éminemment économique au XX et XXIème siècle, le libéralisme comme une question économique, géographique et en partie historique et philosophique. Comment travailler sur ces deux sujets en quelques heures ? A travers une approche épistémologique (pouvoir définir ces deux sujets), philosophique (pouvoir prendre du recul sur ces deux sujets), méthodologique (rechercher des exemples, des théories interessantes sur ces deux sujets) pour avoir des choses à écrire lors d’une épreuve…sans aucun document !

    Quelle méthode pour traiter les articles que je mets en lien ? Prenez une feuille de papier et pour chaque thématique lisez en transversale les documents et recopiez les informations, exemples, penseurs et théorie qui vous semble interessantes. Ce travail effectué sur l’ordinateur, posez-vous, prenez d’autres bouquins que vous avez sur la thématique et préparez des fiches thématiques que vous pourrez relire.

    Les sites des prépas privées trouvés sur internet permettent de collecter des idées de sujet : la privatisation de la guerre, la théorie de la guerre juste (voir un article sur ce sujet http://www.quebecoislibre.org/030412-16.htm) , la différence entre capitalisme et libéralisme…Cette question peut-être envisagée de plusieurs points de vue : d’un point de vue philosophique comme le fait le professeur Hansen-Love (http://www.hansen-love.com/article-25058606.html)...

    L’introduction sur des deux thématiques sera épistémologique ou ne sera pas. Il faudrait s’intéresser par exemple aux théories de la guerre à travers un certain nombre de philosophes et tacticiens comme cela est fait dans cet article (http://www.worldwartour.com/fr/3-bibliotheque-world-war-tour-combat-bataille/news/news-39-theories-sur-la-guerre-:-origine-et-causes-des-guerres.html ).

    Si on a un peu de temps, on peut même feuilleter quelques pages de cette étude sur le comportement de l’homme face à la guerre (http://www.cdef.terre.defense.gouv.fr/publications/cahiers_drex/cahier_reflexion/sous_le_feu.pdf). Il faudrait aussi bien connaître la définition du libéralisme et pouvoir citer des auteurs (http://www.toupie.org/Dictionnaire/Liberalisme.htm) et savoir évidemment mettre cette notion en lien avec l’actualité et notamment avec la crise. Le sujet risque en effet de faire sens « la crise » appelle t’elle un dépassement du libéralisme OU la libéralisation des échanges empêche t’elle la guerre ou encore Pourquoi faire la guerre au XXIème siècle sont de bonnes questions à se poser, selon moi.

    Il faut quelques exemples pour étayer un peu cette problématique. De nombreux sites s’intéressent à la géopolitique, aux guerres du XXème siècle, et notamment au lien entre libéralisme et guerre. RUE 89 (http://www.rue89.com/lignes-de-fronts), média alternatif, consacre un site entier aux nouvelles guerres, et notamment un article aux nouvelles menaces (http://www.rue89.com/lignes-de-fronts/2008/11/07/semaine-speciale-sur-rue89-quelle-guerre-pour-2018) . Du point de vue économique, cet article fait le point sur l’échec de la paix par la liberté des échanges telle qu’elle était promue par les EU, théorie qu’on trouve aussi exposée largement dans cet excellent article (http://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2003-1-page-49.htm).

    Parlons libéralisme. D’abord, concernant l’histoire économique depuis 1945, ce petit résumé (http://www.oodoc.com/68029-apres-seconde-guerre-mondiale-economie.php) montre la construction d’une organisation cohérente des échanges après Bretton Woods, et les remous des années 70 (parité dollar/or, crise pétrolière), qui ont désorganisé ce système. Au-delà de ce résumé, un cours de 8 pages explique très précisément les différentes politiques qui ont été mené (http://coursdugead1.free.fr/Contenu/Cours_Macro/Chap%205%20-%20Apres%20WWII%20-%20Du%20keynesiannisme%20au%20neo-liberalisme.pdf) . Il faut évidemment se poser la question de l’avenir du libéralisme comme le fait les echos (http://www.lesechos.fr/info/france/4875670-quel-avenir-pour-le-liberalisme-.htm) .

    Un autre moyen de mettre en lien les deux notions c’est de se poser la question d’un libéralisme qui recherche le profit de court terme notamment à travers la chasse aux ressources naturelles. On trouve de nombreux articles en ligne sur ce sujet : sur les conséquences du libéralisme sur la question alimentaire (http://www.pauljorion.com/blog/?p=3436) , mais parfois aussi on trouve des sources discordantes telles que « la guerre de l’eau n’aura pas lieu (http://www.unesco.org/courier/2001_10/fr/doss01.htm) ou encore des lieux mal connus de la guerre du pétrole tels que le Nigeria http://www.lefigaro.fr/international/2008/09/18/01003-20080918ARTFIG00447-la-guerre-du-petrole-s-intensifie-au-nigeria-.php ou encore la guerre pour les diamants qui déséquilibre l’ensemble de la région des grands lacs comme on peut le lire dans un excellent article de l’OCDE qui s’intéresse à l’ensemble de ces ressources http://www.observateurocde.org/news/fullstory.php/aid/451/La_guerre_des_diamants_.html

    La thématique du libéralisme pose évidemment des questions sur l’organisation des échanges, sur un système économique mais ce mot est fabuleusement polysémique et fait débat comme l’expose le professeur Hansen-Love http://www.hansen-love.com/article-24215083.html . L’académie de Grenoble répertorie d’ailleurs les auteurs qui ont traité cette thématique dans un sens philosophique et politique http://www.ac-grenoble.fr/PhiloSophie/articles.php?lng=fr&pg=21271 .

  • la certification DNL pour l'enseignement dans les classes européennes...

    74f4b4af0a2e965460ad6fa5b3920d55.jpgthe chouille is gone, je perds à ages of empire, rien à la TV, je suis en vacances....fier de mon hyper-activité connue et reconnue je vais...préparer mon examen de certification DNL (en regardant secret story qd meme)!!!! En septembre en effet, à l'issue d'un entretien avec des inspecteurs pédagogiques (IAIPR dans notre jargon) je pourrais enseigner l'histoire géographie en allemand au sein de sections européennes et candidater pour ces fabuleux "postes à profil" qui permettent de postuler directement dans un établissement qui propose cette option...très favorisée par le ministère, pour la langue allemande!

    ATTENTION CE N EST PAS UNE MENTION COMPLEMENTAIRE!

    Pour ceci, je devrais:

    b8424ec82666a522f4d2ed6f39018ed4.gif

    - connaitre le cadre réglementaire des sections européennes: à savoir la circulaire d'aout 1992 sur l'installation des SELO dans les établissements du second degré, l'attribution de la mention "section européenne" sur les diplômes entériné par la circulaire de juin 2003 (12 en langues vivantes, 10 à l'épreuve spécifique, d'interrogation orale - 20% de contrôle continu - devant deux enseignants, DNL et langue), l'organisation d'une épreuve spécifique avec le BO de novembre 2004 ((entretien de 20mn avec des professeurs inconnus, dans la langue étrangère, prenant appui sur un document inconnu (littéraire presse iconographie...) où l'élève doit montrer qu'il sait analyser, synthétiser le document, dans la clarté, la culture et la richesse de l'expression, la correction de la grammaire!

    La certification complémentaire elle-même relève d'un arrêté de décembre 2003 qui intègre les différentes certifications (arts, FLE), l'épreuve pour les enseignants candidats (exposé 10mn, entretien 20mn) où ils font état de leur expérience (super pour les débutants!), connaissances sur les contenus d'enseignement, programmes et principes, mais aussi sur les conditions de sa mise en oeuvre

    - connaitre le fonctionnement des sections européennes: Absence de moyens spécifiques pour les établissements qui proposent cette option, cursus qui commence en quatrième (heures supplémentaires en langue vivante), est développé en seconde (enseignement d"une matière en langue étrangère) c'est bien l'embryon d'un enseignement bilingue en France! Ces sections ont vocation à employer des enseignants qui ont une certification, à être intégré à des réseaux d'échanges et à faire une large place à la pédagogie de projet et à une autre façon d'envisager les langues étrangères, à travers une perspective européenne!

     

    - connaitre les modalités de création d'une section européenne: Un réseau d'établissements (3 collèges et un lycée) peut demander la création d'une section sur la base d'un projet présenté par les protagonistes dans une commission académique, prenant en compte les projets d'établissements concernés. Le dossier est traité notamment par la DARIC (délégué académique aux relations internationales) qui s'occupe dans toutes les académies des sections européennes.

    à quoi ressemble un dossier de création d'une section européenne? Equipe pédagogique, formation de cette équipe, participation aux programmes européens, projets d'échanges ou de projets pédagogiques, présence d'assistants étrangers.

    à qui s'adressent les sections européennes? pas aux meilleurs élèves mais aux plus motivés, aux plus travailleurs, pour maitriser une langue étrangère, obtenir la mention section européenne, être sensibilisé aux enjeux de la citoyenneté européenne, dynamiser les échanges et les partenariats, l'interdisciplinarité (vaste blague en France). un bilan aujourd'hui? 180 000 élèves dans 3900 sections européennes!

    - savoir ce qui est demandé aux candidats à la certification (demandée depuis 2005): connaissant le cadre européen de référence pour les langues (bible des profs de langues vivantes), le prof DNL n'est pas un prof de langues vivantes, il n'est pas là pour enseigner une langue mais bien pour donner un éclairage original, une perspective différente à sa matière! Je dois atteindre un niveau B2 sur une échelle A1 à C2, c'est à dire le niveau d'un bon lycéen de terminale (compétences en compréhension, expression écrite et orale)...en bref on demande de la fluidité et de l'aisance, une pratique régulière et raisonnable de la langue (dixit l'inspectrice), la connaissance du vocabulaire spécifique de la classe et de la matière, de la civilisation et du système scolaire du pays concerné.

    Qu'est ce que le jury évalue? connaissance du cadre reglementaire, maitrise de la langue étrangère pour l'aisance, la maitrise du vocabulaire spécifique, de la bi-culturalité, des référents culturels (concepts différents)

  • mes cours de CAPES

    les cours que je propose sont souvent ponctués de fautes de frappe, recopiés sur des copains ou pris en cours, ils peuvent avoir des trous: je m'endors ponctuellement à 14h50 quand je suis en cours (toujours pas compris pourquoi), Olivier, cher camarade de cours, est très bavard donc...

    Ces cours sont ceux de la préparation au CAPES dispensés par l'IUFM et l'université Paul Valery de Montpellier, 2005/2006.

    un cours sur l'organisation administrative de l'Afrique romaine CAPES_051005_L’Afrique_romaine_–_organisation_administrative.doc

    un cours sur le fonctionnement des institutions locales dans l'Afrique romaine CAPES_091105_L_Afrique_romaine_le_fonctionnement_des_institutions_locales.doc

    un cours sur la population de la France CAPES_080905_France_et_ses_regions_-_population.doc

    un cours  sur la France d'outre mer CAPES_130905_France_et_ses_regions_-_La_France_d_outre_mer.doc

    un cours sur les espaces ruraux de l'amérique latine CAPES_151105_Amerique_latine_Les_espaces_ruraux_latino-americains.doc

    un cours sur les dynamiques de peuplement en Amérique latine CAPES_270905_Amerique_latine_–_dynamiques_de_peuplement.doc

    un cours de contemporaine sur le vote des campagnes au XIXème siècle CAPES_181105_Les_campagnes_contemporaines_le_vote_des_campagnes.doc

     

     

  • CAPES 2007: aider les copains!

    Je l'ai eu et maintenant à moi d'aider les autres!

    entrer à l'IUFM pour passer le CAPES après quelques anées d'études peut faire un choc: se bourrer le crane d'objets larges au lieu d'approfondir des objets pointus c'est compliquer...mais on peut le faire en s'amusant et oui. une seule chose: de la méthode! organiser un groupe, un calendrier, répartir des tâches, des livres à ficher, faire TOUS les exercices blancs, exposés compris...être motivé et près à se donner les moyens de réussir.

    Mon premier conseil: former un groupe de 4 personnes (3 pas assez, 5 c trop) dès la rentrée. au sein de ce groupe discuter des questions du programme, de la bibliographie, des thèmes principaux à exploiter, des livres possédés par le groupe...

    ensuite organiser le travail dans le temps et l'espace: qui ira à ce cours? qui travaillera à la bibliothèque pendant ce temps? à quelle heure chaque semaine le groupe va t'il se retrouver pour faire le point sur le travail, le distribuer aux autres, et se motiver mutuellement? cet échange de fiches et de cours doit se faire sous forme informatique, comme première révision, pour un travail moins fastidieux des collègues. élément à effectuer début septembre

    ensuite l'élagage: chaque personne du groupe achète deux manuels (1 par question plus 1 D'épistémo) et le fiche en séparant bien les thèmes. ficher ce n'est pas recopier c'est sortir la substance, l'essence fondamentale et inédite d'un bouquin. Après ces manuels de base il faut prendre des ouvrages plus généraux et construire le contexte d'une question ex. L'orient (monde musulman, byzantin, perse et slave) du VIIIème au XIIème pour la question de médiévale. UN travail sur la présentation des sujets peut être rapidement effectué pour se mettre dans l'ambiance. Celà aide à comprendre une question dans sa profondeur. élément à effectuer de début septembre à fin octobre

    ensuite établir une bibliographie simplifiée pour chaque question (10 LIVRES ou chapitres de livres maxi ex. LE brésil de thery, le colonat dans l'afrique romaine de ?, la population française du XVIIème au XVIIIème siècle, propriété et société rurale en europe de gavignaud...) se les dispatcher en fiches. chacun doit aussi commencer lentement à s'"interesser" à l'épistémologie, essentiellement par des lectures d'initiation ex. introduction à la géographie, ou les grands courants historiques...70 livres seraient ainsi fichés (5 pages ordi pour une fiche c'est parfait). Avec ca vous avez fait le tour de la question, vous pouvez forger de bon gros exemples ou cas pratiques facile à utiliser, établir une chronologie et des cartes ou définitions (travail méthodo) et préparer sereinement en prenant quelques jours avant pour travailler sur le thème en question (3 jrs à 100% suffisent théoriquement). élément à effectuer de fin octobre à fin décembre.

    les vacances: déterminer avec le groupe qu'est ce qu'il manque, distribuer à tout le monde...et à la rentrée on apprend, sans relache, on fait des fiches thématiques, on passe des journées à tirer des plans avec le groupe pour essayer des plans, des intros.

    janvier, février: on révise activement. mais sans stress inutile: il faut arriver en forme pour tenir 5 HEURES d'afilée.

    le jour de l'examen, fin mars...ne pas perdre de temps chaque minute compte. une feuille de brouillon pour tout marquer de ce qu'on sait sur la question, une autre pour réfléchir à la problématique et faconner l'intro, une autre pour s'essayer un plan détaillé, une autre pour rédiger intro conclu...ET si possible commencer à  rédiger pour être propre, avoir le temps de se relire. en géo prévoir une heure pour le croquis qui doit être parfait! propre, bien ordonné (pas forcément le même plan que le développement mais si possible), illustrant bien les exemples donnés et (the best) figurés sur la copie.

    apres les exams...une ou deux semaines de vacances s'impose. un seul but à présent, les oraux, qu'on ne révise jamais en vain! effort particulier pour l'ESD, les techniques du document en géographie, les épreuves blanches: tenir le temps, utiliser le tableau et la présentation de documents à bon escient!

    commencons par l'ESD: en reprenant son esprit, détaillé dans les rapports de jury, on peut partir dans au moins trois axes: les grandes notions: quels sont les rapports entre histoire et mémoire, entre géographie et paysage, entre l'histoire et l'objectivité, entre la géographie et la société...ensuite une onne dose d'épistémologie: comment l'histoire et la géographie se sont elles construits comme science: les grands scientifiques, les grands courants, les grandes oeuvres! enfin, la dimension civique de ces deux disciplines. ne pas oublier aussi que les programmes et l'histoire de ces programmes doit être connue.

    ensuite la géo: si évidemment il faut réviser les questions au programme pour pouvoir remettre les questions dans leur contexte au moment de l'oral, notamment pour l'intro! ensuite surtout s'intéresser aux techniques: ficher un manuel qui s'interesse aux commentaires de cartes, un autre aux documents géographiques et à leur traitement (notamment les stats) enfin un autre à la météorologie et à l'explication de ses cartes et de ses grands principes...pas facile pour des débutants!

    en histoire c'est surtout la préparation classique d'une épreuve orale à travers des entrainements, pour cerner le sujet, faire un plan, y intégrer des documents et en savoir un peu plus sur leur explication (ex. apprendre le contexte des documents qu'on est sûr de retrouver dans les plaquettes de châlons), et écrire une bibliographie, la plus jolie possible.

    au delà de ces grands principes...il faut des livres, des fiches, pages web!!

    pour l'ESD d'abord: construire les grandes notions à travers les chapitres d'ouvrages épistémologiques généraux: commment se fait l'histoire de cadiou, introduction à la géographie de Marconis, qu'est ce que l'histoire contemporaine de Noiriel, le bouquin d'épistémo de Marrou dont je ne me rappelle plus le titre, la géographie de Bavoux, champs et contre champs de Brunet....

    on peut apprendre quelques définitions dans les dicos de géo (et surtout essayer de les comprendre) voir l'espace qu'on y consacre, exemple type l'espace entre le dictionnaire George et le dictionnaire Brunet.

    On peut apprendre les bases chronologiques de l'histoire de ces deux sciences à travers l'ouvrage de dosse/ garcia / delacroix sur les grands courants historiques ou  l'ouvrage de MP Caire sur l'introduction à l'historiographie...pour la géographie toujours dans les ouvrages d'épistémo.

    Apprendre les programmes dans les sites tels CNDP ou education nationale, leur histoire dans l'enseignement de l'histoire en France...et connaitre les programmes et les manuels d educ civique par coeur, les programmes d'ECJS au cas ou mais ca sert pas forcément.

    ensuite les ouvrages de référence et leur chronologie: il faut connaitre les trois temps exposés dans la méditerranée et philippe II de Braudel, la définition de l'historien par bloch dans son apologie de l'histoire, la méthode critique de l'historien dans l'introduction aux sciences historiques de langlois / Seignobos, l'article de Braudel contre l'hégémonie structuraliste dans histoire et science sociale: la longue durée...connaitre une monographie régionale telle celle de blanchard sur la flandre, les grands axes de l'études de Bonnemaison, géographie culturelle, sur les nouvelles Hebrides, un exemple de géographie du sous développement avec les ouvrages de P. George, tropicale avec Gourou, connaitre le fonctionnement et les critiques des chorèmes de Brunet. ce sont des exemples: le groupe doit voir quelles sont ses priorités, ses manques. c'est une véritable politique, stratégie militaire que d'organiser la révision d'un CAPES!

    pour la préparation de l'oral qui va de mi-mars à mi-juin, soit trois mois, on peut voir un temps pour l'ESD dde six semaines, 2 ou 3 semaines pour la géographie et les techniques de l'oral, 6 semaines pour les révisions, histoire, géographie, ESD qu'il faut ficher, avec la lecture ou le fichage des introductions des ouvrages de référence (5 par membre du groupe au minimum, mais tout le monde doit apprendre les programmes et l'éducation civique de manière individuelle.

    Celà c'est ce que j'ai fait, et ce que j'ai voulu faire faire à mon groupe avec plus moins de force de persuasion...arrivé aux oraux j'ai vu que j'avais ien fait certaines choses et mal d'autres, mais ca je le garde pour une note ultérieure :-)