Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

congres

  • Congrès du MJS: la victoire en 2012 se construit ici et maintenant!

    CONGRES.jpgLes délégués du IXème congrès du Mouvement des Jeunes Socialistes sont arrivés hier à Grenoble. Ce congrès n'est pas un congrès comme les autres, le MJS, 15 ans après sa création, prépare sa mutation, sa transformation, pour préparer la victoire de la gauche en 2012. Comment? Débat d'activité, pour réfléchir à ce qui a été fait et à ce qui n'a pas été fait, honnêtement, débat d'orientation aussi pour réfléchir aux combats que devra mener le MJS dans les deux ans à venir. Union de la gauche à travers des primaires, nouveau modèle de développement à porter, nouveau projet de société, nous avons débattu de tout avec passion, nous avons confronté nos arguments, nos visions de la société et du MJS. c'était hier. Aujourd'hui, nous avons débattu des résolutions, des textes pour approfondir nos propositions. Sur l'emploi, sur l'éducation, nous avons parfois des propositions différentes, et le congrès, c'était le moment de faire un choix.

    Et ca continue cet aprem! Table ronde sur le nouveau modèle de développement, présentation des candidatures, les discussions continuent. Les débats sont passionnés et passionnants, même si parfois, les postures, les grands moulinets sur la tribune, les trépignement d'estrade sont assez énervants et ne sont ni à la hauteur des défis du mandat à venir, ni à la hauteur de la crise économique qui rend urgente une alternative à gauche.

    congres3.jpgEt qu'est ce qu'on peut faire? qu'est ce qu'on veut faire? Mais que le MJS soit ouvert, fort de son ouverture, réceptacle de tous les engagements! Ca passe par une réforme statutaire. Ca passe par un élan, et j'attends beaucoup du discours de présidence, demain, devant Martine Aubry, qui, invitée au congrès, présentera le projet socialiste pour la jeunesse.

  • Reims 2008: M - 6 avant le congrès du parti socialiste

    605292598.jpgDe quoi j'ai envie de parler? De la couleur verte? de mon rendez-vous parent d'élève d'aujourd'hui? De la cinquième chiante que j'ai envie d'étrangler ou de la troisième sympa? Parler de l'interdiction des happy hours dans les bars, à venir? Trop triste. Parler de l'UMP qui se réunit en bureau politique à l'élysée et dont le secrétaire national aux élections, Alain Marleix, est chargé de refaire la carte électorale? trop facile. J'ai choisi de m'interesser aux enjeux du congrès du parti socialiste qui se déroulera en novembre à Reims. Convenu me direz-vous. Taper sur ses camarades est terriblement banal dans mon parti ...que je vais essayer d'éviter.

    Dans 6 mois, le parti socialiste sera en congrès. 4 cahiers de contributions seront envoyés aux adhérents. du beau papier recyclé (ou pas), à lire dans le metro ou le train. on parlera beaucoup des candidats au premier secretariat, un peu des motions et très peu des contributions thématiques, des travaux passionnants de recherche, d'analyse et de prospective sur les sujets les plus variés. Les télés nous sortiront tous les jours des sondages sur le premier secrétaire potentiel, réalisé sur des dits-sympathisants non-représentatifs. Des slogans seront lancés, des petites phrases seront balancées.

    J'ai rejoint le parti socialiste il y a tres exactement 6 ans, fin mai 2002. Pour faire campagne pour les législatives 2002, je devais être maso. Je l'ai rejoint, et pourtant j'étais critique. Le ministre des finances Laurent Fabius avait baissé les impôts et j'avais peu apprécié (certains camarades devraient cogiter ca avant d'essayer de m'expliquer la vie). J'étais décu par le premier parti de la gauche, qui n'incarnait pas le rêve, l'espoir, la justice à mes yeux. Et je n'ai pas voté Lionel Jospin en 2002. Quelques bureaux de section, quelques conseils fédéraux et quelques conventions ou formations nationales plus tard, la rue de solferino m'est devenue bien familière. J'ai épousé le parti socialiste, ses mythes et son histoire, sa routine et ses surprises. Je l'ai défendu, animé dans ma section, secoué parfois, mais j'ai compris qu'inertie et force vont souvent de pair.

    Aujourd'hui il est temps de bouger le parti socialiste. Je m'en fiche qu'on parle d'idéal révolutionnaire dans la charte du parti. Ce qui m'embête c'est que certaines personnes aient fait de la disparition du terme un sine qua non. Personne n'a de couteau entre les dents, depuis longtemps. Les plans des étages de l'élysée ne sont pas épinglés avec des flèches dans le bureau de francois hollande et la cache d'armes creusée dans les caves de solferino a été comblée depuis belle lurette. N'existe et n'importe que pour moi que la transformation sociale. Si la révolution c'est la transformation radicale de la société alors je suis révolutionnaire. En revanche je refuse de me définir simplement comme réformiste. La réforme n'est qu'un moyen, pas une fin. Le socialisme est évidemment démocratique. l'inclusion de ce mot, "réformiste", n'est qu'un renoncement face aux médias et au "qu'en dira t'on". C'est dommage.

    Alors quel enjeu pour ce congrès de 2008?  Un bon vieux bad godesberg comme certains en rêvent pour rejoindre la troisième voie qui se fait défoncer dans toutes les élections des années 2000, partout en Europe? Quelle bonne idée. Faire de ce parti un groupe de supporters présidentiels vaguement pour la paix, le bonheur sur terre et contre la mort? Non plus. Opérer un coup de gauche, assez conservateur, pour revenir aux fondamentaux sans se donner la peine de réfléchir aux nouveaux enjeux auxquels le socialisme doit répondre? Ce serait dommage. Non, ce qu'il faut c'est une gauche nouvelle plus que moderne, "une gauche, comme dirait Razzy Hammadi, secrétaire national PS à la riposte, à la fois à l'aise dans les cages d'escalier et dans les débats d'experts".

    Cette gauche devrait avoir une méthode, le devoir d'inventer, revendiqué par les jeunes socialistes. Cette gauche devrait avoir une vision locale, nationale, européenne et mondiale de la puissance publique. Elle devrait être à la recherche de nouveaux outils pour transformer la société. S'inspirer de la social-démocratie scandinave, mais aussi du socialisme du XXIème siècle sud-américain. Elle devrait fonctionner sur une base fédérative. Elle devrait avoir un leader jeune, carrément identifié à gauche, cohérent dans sa démarche. Bon un quadra député européen non cumulard, intègre et historien de formation par exemple ca serait super. Mais est-ce que cette perle rare existe? Cette gauche devrait avoir une analyse et des propositions pour organiser la mondialisation. Elle ne se satisferait pas des bases néolibérales de l'union européenne. Elle aurait une vision globale et neuve pour l'éducation. Elle aurait un discours crédible et ambitieux pour les services publics.

    Elle ferait de la politique un engagement citoyen, du parti socialiste un lieu de débat de convictions. Cette gauche, réconciliée avec le peuple, ferait à nouveau fleurir les roses sur les marches du panthéon.

     

     

  • DE RETOUR DE WOLFSBURG: UNSERE RICHTUNG, Links!

    adcfc994c8f0854e5fb2850cf2948095.gifc'est 23h, je viens juste d'arriver à vitry. train pour hanovre à 15h, puis avion, RER. pression de l'avion, mes oreilles ont pris cher. pression du sommeil: j'ai dormi dans la baignoire la nuit dernière (crise d'allergie) et j'ai un peu l'air de DSK (les initiés comprendront).

    je suis content de mon petit tour en allemagne. avoir parlé en allemand, les amis, les débats...une autre vie politique. en allemagne c'est le tournant à gauche pour tout le monde. les grünen, en congres, mais aussi une partie de la CDU...et évidemment les jusos qui veulent pousser le SPD à un repositionnement.

    unsere richtung, links: notre direction, à gauche. ce fut un beau congres, pittoresque (la sonnette, les votes sur les mandats perdus...) les jeux des tendances régionales, les amendements et les résolutions très approfondis...et l'hotel luxueux, les petits déjeuners orgiaques!

    c'est parti pour une semaine difficile (derniere ligne droite avec les conseils de classe, sortie scolaire, mutations, réunions politiques...) je tiens le coup en espérant pouvoir mieux gérer mon emploi du temps (je vais rajouter une colonne sommeil).

    mes félicitations à franziska drohsel, 27 ans, Berlin, nouvelle présidente des jusos (jeunes socialistes allemands)1dd67fbaddc3c331efb95829a947335b.jpg

  • Congrès en live deuxième partie

    au programme aujourd'hui? lever à 7h dans le B&B, des 8h30 pour le débat sur les résolutions: développement durable, 97142960bbc1c9c71e40e0f2ab572172.jpgéducation, économie font l'objet d'une présentation et d'un vote pour ou contre pour intégrer ou non le corpus idéologique du MJS. pour info, les résolutions de l'Hérault (le temps, la démocratisation de l'enseignement supérieur et le statut de l'enseignant) ont toutes été votées!

    au programme aujourd'hui? de fabuleuses discussions avec mes camarades qui ont assidument suivi mes aventures depuis la rentrée (même plus besoin de raconter sa vie), un plaisir de retrouver avignon, lille, strasbourg, ou même nantes...et de croiser, de boire des cafés avec ces militants qui partagent mes valeurs et mes combats depuis quelques années...une autre large et belle famille!

    nous venons d'écouter Bruno julliard, président de l'UNEF, puis un représentant de la fédération léo lagrange. c'est la gauche militante qui s'exprime. pas celle qui arpente les plateaux tv pour donner des leçons de socialisme, non celle qui est sur le terrain, la main dans le cambouis,  pour changer la vie, au quotidien!