Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cuisine

  • Le marteau, l'enclume, les Romains et la cuisine souabe

    2116_AlauneTourdesuisse_content_img_33.jpgBon...ce titre fait un peu inventaire à la prévert, et malheureusement ni le marteau, ni l'enclume ne lisent ce blog. Mais, les 22 autres personnes qui partagent mon statut comprendront un peu mon sentiment de neurone irresponsable. Romains et cuisine souabe...Quel rapport avec la sauerkraut, me direz-vous! Celui d'être le sujet de mes deux prochains cours, en sixieme, et en section européenne...Et j'aime bien réfléchir un peu à mes sujets avant de les mettre en scène, en place, en oeuvre dans ces 50m² de classe de one man show quotidien.

    Rien n'est facile. Je ne parle pas d'un certain échelon territorial et organisationnel, ni d'une campagne dure à démarrer (http://psbeziers2.hautetfort.com/media/02/00/33768990.pdf). La caravane du MJS qui a arpenté les départements franciliens ce weekend a bien montré que le débat n'était pour ou contre l'Europe mais bien quel projet nous voulions pour l'Europe: un supermarché ou un espace de libertés ou de droits? ( http://mjs-idf.fr/2009/04/la-caravane-leurope-gauche-maintenant.html)

    Rien n'est facile...la leçon d'éducation civique s'est bien passée mais dans certaines classes, j'ai perdu un quart des élèves....Parce que notre éducation est républicainement élitiste (cherchez l'erreur) et parce que la pédagogie différenciée est une vaste blague, surtout dans mes cours. Mes cours de géographie sont fabuleusement désorganisés, la sixieme folle me fait la tête et la sixieme chiante fait grève. Heureusement, reste la sixieme sage pour qui le rhum est un héritage du monde romain...

    Les Romains, parlons-en! J'ai enfin démarré ce grand chapitre d'une grande civilisation qui me passionne, d'une cité qui a conquis le monde connu et développé une bureaucratie qui me laisse reveur...La Rome antique, j'en ai bavé à la fac et au CAPES pourtant! Mais je ne m'en lasse pas. Commencons donc par évoquer les héritages de cet empire, dans notre culture, notre paysage, le vocabulaire de notre vie quotidienne, dans la politique notamment. Ca fait deja une bonne intro. Ensuite on peut suivre un bon vieux plan chronologique avec la légende, la république (et l'invasion de l'Italie), puis l'empire (et la conquête du bassin méditerranéen). On peut passer rapidement sur le bas empire pour embrayer rapidement sur la Gaule romaine. Le problème c'est que mon bouquin est pourri. Ensuite, le but, c'est quand meme de varier un peu les plaisirs: arriver à raconter une histoire (spoutch le raton laveur ne suffira pas pour les sixieme sage), faire travailler les élèves sur les historiens antiques, de sympathiques cartes à colorier, et appréhender aussi une civilisation dans son système politique (schéma) et son organisation sociale (récit).

    Good luck, en bref! Et la cuisine souabe alors? Et bien mes charmants lycéens en ont ras la patate de mes lecons sur l'Europe économique, la directive Bolkestein et le budget de l'UE. Mes projets de suivi de campagne électorale ne leur ont pas trop plu on va donc s'intéresser aux particularismes régionaux, à travers leur histoire et leur gastronomie! deux cours passionnants en perspective! L'Europe, ses états et ses régions: je vais donc m'interesser à l'histoire de la Baviere, de la Prusse, de la Saxe au XIXème siècle (et donc commander la salle informatique), mais aussi au vocabulaire de la cuisine: la gastronomie des Länder en pratique, et en exposés! Et en dégustation avec des productions de spätzle, knödle et quelques patisseries bavaroises de type apfelstrudel pour renouer avec la pédagogie du chocolat!

  • des lasagnes chevre/epinards aux élections en Hesse (Allemagne)

    08d849754e2da1cd8b98f788203697ef.jpgOn pourrait se dire quel rapport. et pourtant! ce sont mes deux préocupations du moment. tout aussi légitimes les unes que les autres. la premiere, c'est cette barquette de lasagnes au chevre et aux epinards qui avait l'air si jolie à picard. en y reflechissant bien, j'aurais peut-être du m'acheter mes bons vieux légumes au shopi et manger ma bonne vieille poellée aubergine/courgette/endives/lardons/pommes quotidienne. mais non je voulais changer.

    et quel changement! je voulais concilier la necessité des légumes et le plaisir du fromage...et j'aboutis à un ragout infame qui bouillonne et va empuantir mon micro ondes pendant de longs jours. Heureusement, la soupe était là, la soupe ne se rate pas (ou difficilement) et si ce n'est les quintes de toux adoucies par le thé au miel j'ai pas trop mal mangé. même le flan décongelé n'était pas trop mauvais...si ce n'est la partie mal décongelée.

    mais bon franchement...on s'en fout non?

    60be4b2ecac2399a7cb0e9bad54630b1.jpget les élections en allemagne? en Hesse, land de Francfort, au centre de l'Allemagne, état prospere, le combat a été rude. un bon vieux combat droite/ gauche entre le bon vieux roland koch, connu pour ses prises de position très conservatrices, et andrea ypsilanti, candidate du SPD...qui débouche sur une égalité parfaite et...factice entre deux blocs, puisque c'est un petit parti mis à l'écart par tout le monde, die linke, rassemblement de la gauche de la gauche, qui joue les troubles fêtes.

    Pourquoi alors la situation serait t'elle bloquée? une petite union de la gauche et la majorité absolue des 55 sieges serait atteinte avec le SPD (42) plus les verts (9) plus l'extreme gauche (6) ca devrait suffire! petit probleme. la gauche (die linke) y est prête. depuis dimanche elle est présente dans la moitié des länder. héritière du parti communiste de l'allemagne de l'est et de l'aile gauche du SPD, elle revendique une politique sociale et anti-capitaliste.

    mais le SPD refuse! le SPD veut rester l'unique alternative à gauche! d'où son contre bad godesberg entamé depuis l'an 2005! d'où ces postures anti libérales! d'où le tournant du discours! d'où les scrutins victorieux! les voix retrouvées! et ce ne serait qu'une stratégie de recentrage sur l'échiquier politique?

    je veux croire que non, pour l'allemagne et pour la gauche européenne. la gauche qui gagne, c'est la gauche qui croit, qui espere, qui est fiere de ses valeurs, de ses combats et qui ne les trahit pas!