Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dette

  • Budget 2008 : La faillite organisée d’un Etat rationné

    dd514a95ad926ca79ade58894805ddd4.gifLa « France en faillite », disait récemment un premier ministre en manque de notoriété. Cette faillite, terme impropre, est organisée par la droite, qui baisse les recettes de l’Etat avec 15 milliards d’euros de cadeaux fiscaux pour les plus riches, et raisonne en terme purement comptables (croissance improbable, suppression de postes de fonctionnaires) pour justifier une politique dont les plus modestes seront les premières victimes. Ecartelé entre promesses électorales aux plus riches et pacte de stabilité européen, le gouvernement Sarkozy peine à trouver des recettes…La rupture de Sarkozy ? C’est la continuité des politiques éternelles de l’Etat qui réduisent la sphère publique, le patrimoine commun de ceux qui n’ont rien.

     

    Il faut dénoncer les impostures du magicien Sarkozy : parler de priorité au  pouvoir d’achat pour expliquer la quasi-suppression des droits de succession, le SMIC et les salaires des fonctionnaires ne sont pas revalorisés, c’est inacceptable ! Parler de priorité pour l’éducation quand 11 000 enseignants manqueront à la prochaine rentrée, c’est intolérable ! 2 milliards d’euros sont annoncés pour l’enseignement supérieur ? La même somme est donnée en réduction d’impôts aux 1000 foyers possédant plus de 15 millions d’euros !

     

    Que se passe t’il en vérité ? Privé de recettes, l’Etat ne peut assurer ses missions, assurer l’égalité des citoyens, leur accès à des services publics de qualité. Quand les inégalités croissantes, la morosité de l’économie requièrent une politique ambitieuse de relance par la consommation, la droite s’apprête à mener une politique de rigueur dont les plus modestes vont souffrir. Le mythe de « la droite qui gère mieux » tombe : quand Lionel Jospin équilibrait les comptes de la sécurité sociale en 2001, le gouvernement Fillon, en 2007, est quasiment placé sous le contrôle d’une commission européenne très inquiète !