Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

eau

  • L'eau, l'énergie, et la gauche

    eau_goutte.jpg

    Aujourd'hui, ma pause de midi, c'était, au 10 rue de solferino, une réunion du laboratoire des idées du parti socialiste sur la gestion publique de l'eau. Cette problématique, au delà de donner soif, se situe à la croisée de plusieurs thématiques: écologique, d'abord, puisque l'eau est une ressource parfois menacée, politique, la question de la socialisation ou de la privatisation de l'eau restant essentielle, ou encore énergétique, quand la France est le 2ème producteur d'énergie hydraulique en Europe (après la Norvege). C'est une question assez secondaire dans le débat politique et médiatique qui interroge beaucoup les élus locaux, notamment ceux qui siègent dans les comités de bassin.

    J'avoue, au début, j'ai bu la tasse. Mes profs de maths ne m'avaient pas parlé des terrawatts/ heure donc j'essaie de comprendre certains ordres de grandeur. En effet, le lab des idées fait des auditions: EDF, PME de l'eau, Compagnie Nationale du Rhone...Et si je siège comme secrétaire national à l'économie durable du MJS, donc spécialiste de ces enjeux, si comme prof d'histoire géo j'ai apprivoisé cette thématique dans le programme de seconde, parfois je ne suis pas le plus calé.

    J'ai appris pas mal de choses:

    - l'histoire de l'hydro-Électricité (1919 loi sur les concessions de l'eau, 1932 premier barrage important, 1946 création d'êdf, jusqu'en 1965 construction de grands équipements (retenues d'eau, éclusées...)

    - L'importance et l'utilisation de l'hydro en France du point de vue énergétique, agricole, industriel...L'UE produit 465 TWh soit deux fois la production des etats-unis. L'hydro fonctionne en lien avec le nucléaire, c'est le meilleur moyen de stocker de l'énergie (retenues et lâcher d'eau) Elle est renouvelable et permet d'éviter l'importation de 13 millions de tonnes équivalent pétrole (TEP).

    - De nouvelles questions se posent sous un angle écologique: j'ai ainsi demandé à edf en quoi ses infrastructures prenaient en compte les risques pesant sur la biodiversité, tandis que l'intervenant s'inquietait de possibles conflits d'intérêt entre agriculteurs, usagers urbains ou industries avec les baisses de débit liées aux secheresses.

    - Les difficultés des PME de l'eau et de l'assainissement; le president de cette fédération nous a expliqué ses difficultés face aux 3 grands: les offres de marché prédatrices, les PME rachetées par veolia...

    - concession, delegation ou affermage? Le président de la fédération des PME indique préférer la délégation à la concession: elle laisse la collectivité maitre de ses ouvrages et de ses investissements. L'adjointe au maire de l'eau de Paris indique qu'elle est pour une gestion publique de l'eau mais qu'il y a une place pour le secteur privé. Le débat porte sur le caractère peu démocratique de la concession (aucun controle des décisions, des investissements pendant des dizaines d'année...)