Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

enseignant

  • fatigue d'enseigner et réflexions sur mon utilité

    4e4cfa01415ac35e6ccf3c93a32abf8e.gifJe sais pourquoi j'ai passé le CAPES, en rapport avec mes convictions et mes passions. Je le sais, mais...je suis fatigué. énormément fatigué par une journée de cours. énormément fatigué par une heure de cours. Mes colocs s'étonnent ou sont goguenards: "tu n'as eu que 4 heures de cours"! OUI...mais quelle heure! d'une main je note les absents, de l'autre je fais signe à un autre de se taire, dans ma tête, je pense à l'accroche qui va me permettre de rendre un minimum intelligible mon cours, du regard je foudroie le rang de droite qui s'ébroue, de la main droite je prends la feuille de suivi tendue par un élève qui enquiquine l'équipe pédagogique...Après on s'étonne pourquoi je crie quand la photocopieuse ne marche pas et pourquoi mes collègues s'allongent sur le canapé de la salle des profs à la récréation. pourquoi ma tête bout, résonne comme un tambour quand je sors du collège. et comme un couillon je réclame les 35h au collège!

    et c'est ca pendant toute l'heure. pas une seule minute pour souffler, quelques secondes de silence et pas plus. crier n'est pas une solution. renoncer non plus! changer sa manière d'enseigner en est une. car travailler sur la voix, sur les anecdotes, comme l'imaginaire collectif a enregistré le professeur idéal, ca ne suffit pas.

    être un bon prof c'est ne jamais être satisfait pleinement de son cours? quels critères d'abord pour un bon cours? que les élèves ne se soient pas ennuyés. Ca demande un effort sur les rythmes: cours magistral, cours dialogué, activité, travail de groupe (j'en fais très peu au collège). que les élèves aient compris. ca demande un cours bien construit, avec une progression et un raisonnement logique, des temps d'arrêt pour s'assurer qu"on n'a perdu personne...et des simplifications. des choix. finie la nuance...c'est terrible pour moi.

    et ca suffit? et non. avancer le cours. et donc ne pas perdre de temps. il faut une trace écrite pour chaque cours. à un moment donc, les explications, c'est fini. l'acquisition des compétences? c'est un élément fondamental. savoir comprendre une consigne. savoir comprendre une question. savoir répondre précisément en argumentant et en utilisant des exemples. savoir mettre en relation des documents différents. tout celà on l'apprend au collège et éduquer à des compétences c'est vachement dur.

    alors d'une j'ai étudié l'histoire-géographie et pas la pédagogie. je pouvais me moquer des étudiants allemands qui étudiaient l'accroche en cours. toujours est-il que je vais devoir lire des bouquins pour expliquer à mes chers eleves de 6ème comment on comprend une consigne. parce que rien n'est évident et que tout s'apprend. rien n'est dans les gênes. ou si peu.

    http://bildung.germanblogs.de/archive/2007/11/27/spickmich-und-die-duennhaeutigkeit-der-vermeintlichen-intelligenzia.htm#fulltext ICI un article sur le portail de notation des profs allemands par leurs élèves...