Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

européennes 2009

  • Nous avons perdu une bataille...

    europeenne2009.jpgMais nous n'avons pas perdu la guerre! Quelle bataille et quelle guerre? Mais celle des Européennes! Lequel de mes camarades n'a pas été tympanisé par ses voisins, ses collègues, ses élèves "on vous l'avait bien dit!" "alors pas mal la branlée hein!" j'en passe et des meilleures. Quelle guerre? Mais celle du combat des idées contre toutes les démagogies. Cette guerre idéologique qui, des discours de Jaures aux combats de la résistance, des lois du front populaire au panthéon en 1981, ont transformé l'histoire et la société du XXème siècle. Alors oui, je ne pleure pas, je ne tremble pas, c'est une défaite, j'en ai connu d'autres...et c'est aussi mon boulot (pas qu'à moi quand même!) qu'il n'y en ait plus!

    Oui mais bon ca fait beaucoup de défaites quand même me diront mes collégues au syndicat. Et Oui, en 2009, pour ces élections européennes, le parti socialiste ne reste que de peu la première force d'opposition...mais avec une participation de 40%. Il n'y a pas qu'une cause à ce résultat de 17%, elles sont nombreuses. La projection d'un film à succès (mouais), les divisions d'un parti qui affolent la presse(ca...), l'hyperprésidence sarkozienne de l'UE en 2007 (bof), le climat délétère de ces élections dont on n'a parlé que quelques jours avant le scrutin (ca c'est sur!). Disons le carrément, rien ne concourrait au succès de cette élection...

    - européennes? C'est ca ouais. à part le PSE, quel parti a sorti un programme commun? à quand des listes paneuropéennes? à quand des thèmes de campagne qui politisent réellement ce scrutin? Perso, à part la fouille des cartables, j'ai pas vu beaucoup de sujets faire la une ce mois-ci...la directive services publics, le tarif commun extérieur, ou encore les 10 millions d'emplois verts n'ont pas forcément mordu en porte à porte...et c'est dommage!

    - la crise du parti socialiste? Après la cohue des soldes et la rentrée scolaire c'est quand même le top 1 des ventes de la presse nationale, disons-le...Le PS est structurellement divisé en "courants", c'est le principe même d'une démocratie interne bien organisée selon moi. Il y a des avantages et des inconvénients...la première c'est que quelque part les Francais sont interessés par les débats de la "famille socialiste", quelque part même jaloux de ne pouvoir voter dans ces scrutins internes qui jalonnent la vie du parti...L'inconvénient c'est que nous adorons laver notre linge sale en famille. Depuis 2002; c'est la fête des petites phrases, des retournements, des trahisons et autres réglements de compte, selon l'expression consacrée, à la OK Corral...

    Tirons les lecons de cet échec. Ne faisons pas d'erreurs. Soyons rigoureux...au travail camarades! Mais les premiers echos me contredisent. Les loups sortent de la forêt. Les critiques fusent, les "hommes providentiels" et autres "sauveurs supremes" sortent du bois. Et ce soir c'est conseil national du parti socialiste. Ce parti qui est, comparé aux autres partis socio-démocrates européens, assez faible dans les scrutins, assez marqué par ses enjeux internes, peu présent au pouvoir (15 années de gouvernement sur 61 ans de cinquième république, comparé aux 31 ans du SPD, en comptant les grandes coalitions...)...va t'il s'entre-déchirer?

    - IL NE FAUT PAS CHANGER DE DIRECTION. Le travail de Martine Aubry depuis 6 mois a été remarquable. Elle a redonné sérieux, crédibilité et cohérence au parti. Et oui, on fait valider ses coms de presse par la premier secrétaire, et c'est normal, pas la peine de démissionner pour si peu...Martine Aubry a des idées, elle a remis le PS au coeur des manifs, su organiser des évenements d'ampleur comme le printemps des libertés, même si le succès de ces initiatives n'a pas toujours été fulgurant. Elle a composé un secrétariat national rajeuni, et qui peut lui lancer la pierre pour des listes européennes dépareillées quand la regle des rapports de force internes, de la parité, de la représentation régionale et du rajeunissement font de cette élaboration une gageure qui ne peut être vraiment satisfaisante?

    Que faire aujourd'hui? Analyser ces résultats, comprendre le message adressé. Faut-il être plus à gauche? OUI. Etre dans l'incantation? NON. Faire les manifs ne suffit pas, combats de rue et d'assemblée doivent être reconnectés. Campagnes militantes et offensives parlementaires doivent être cohérentes. Quand le groupe socialiste défend un amendement à l'assemblée, il doit être soutenu par 5millions de pétitions recueilli par le premier parti militant de France!

    Le parti socialiste représente t'il une alternative aujourd'hui? NON Le vote europe écologie était-il un vote sanction contre le PS? OUI Le parti socialiste va t'il comprendre ce vote? Réponse ce soir. A t'il des solutions à cette crise? OUI, primaires à gauche, grand parti de gauche, les solutions affluent! Aujourd'hui comme hier, nous devons être exemplaires. Notre devoir d'inventer est plus que jamais à l'ordre du jour. Notre droit d'inventaire est plus que jamais pertinent. Notre volonté de construire à gauche est plus que jamais urgente. Même si mes tentatives pour créer une jeune gauche à l'échelle régionale m'ont bien montré que l'union n'est jamais simple..et prend du temps!

    Car la gauche, ses aspirations, ses valeurs, son projet de société est plus que jamais majoritaire dans les coeurs. A nous de créer les conditions d'une victoire électorale et d'une réelle transformation sociale. Contre les médias? OUI avec nos propres vecteurs d'information. Contre la droite? Oui, avec une riposte qui laisse de la place à des propositions offensives. Contre nos faiblesses? OUI, avec la fermeté d'une direction nationale intègre, cohérente...dans laquelle Benoit Hamon a plus que jamais toute sa place, puisque la question s'est posée. Ces élections européennes sont un échec important mais relatif (participation, élection atypique et singulière), qui doit nous faire rebondir. Le parlement européen reste dominé par la droite, et la commission n'en sera que plus libérale et plus conservatrice. à nous, à l'échelle européenne, avec nos partenaires, d'organiser la contre-offensive.

  • remaniement, campagne, excuses et sécurité, que de débats!

    Si vous patientez jusqu'à la 29eme minute...:-)

    Voilà les thèmes du débat que j'ai ce soir à 19h30 sur cap24, tv francilienne qui m'accueille assez régulièrement depuis janvier 2009 pour défendre les couleurs du Mouvement des Jeunes Socialistes. Evidemment il serait bon que je m'informe un minimum sur ces thématiques pour ne pas faire une tête de poisson et pour comme dirait la segosphere, m'imposer dans le débat!

    - Remaniement ministériel. Est-ce un thème? avant, on choisissait une équipe de gouvernement unie et soudée pour mener une politique. Aujourd'hui on se contente d'un casting people indécent où les ambitions des uns et des autres sont affichées dans les journaux. Morano à l'éducation et Boutin à la justice? Non merci! Boutin rallumerait les feux de l'inquisition et Morano remettrait l'uniforme à l'école. Il y a peut-être d'autres priorités non? Assez du sociétal, c'est de réformes structurantes que le pays a besoin, pour révolutionner le système éducatif et redonner son indépendance à la justice!

    - sécurité? 59% des Francais ne font plus confiance à NS pour résoudre la crise et Mister president visite les commissariats de Gagny et Nice. Ca a marché dans le temps, mais quand même pas à tous les coups! Les Francais perdent leurs emplois et leurs illusions dans un système économique capitaliste voué à l'échec, la droite n'arrivera pas à détourner leur attention! Loi anti bandes? Délit de mauvaise fréquentation? Les détours de cette loi - fait divers sont inquiétants. Policiers référents dans les établissements scolaires? 5 ans déjà que les ministres de l'éducation essaient de nous faire avaler la pillule...La violence dans les établissements est un leurre, c'est le reflet d'une violence sociale exacerbée dans les quartiers populaires où le droit à l'avenir des jeunes n'est pas assuré. La police comme tous les services publics (santé, environnement, etc.) a sa place pour intervenir à l'école mais pas comme aux EU! il faut renforcer la vie collective et l'esprit de citoyenneté dans les établissements en renforcant le rôle des CPE! Or avec les suppressions de poste de la droite il n'y en a parfois meme pas un dans tous les établissements alors qu'il en faudrait 2 ou 3! Les établissements ne doivent pas se barricader ils doivent au contraire s'ouvrir sur les quartiers, leurs associations et leurs familles à travers des espaces dédiés! et ce n'est pas le cas aujourd'hui!

    La droite parle sécurité? Parlons en! on rétablit à pas feutrés la police de proximité, on multiplie des cameras dont l'efficacité reste à prouver mais qui pose problème aux libertés publiques...la droite regarde trop les films de sciences fiction, c'est une société sécuritaire qu'elle veut imposer!

    Européennes? La droite préfererait qu'on ne parle pas d'Europe...Quoi vous êtes contre la paix et la solidarité assurée par l'UE? Elle est où la paix quand on sert les intérêts stratégiques des EU? Elle est où la solidarité quand des directives ultra libérales permettent à certains pays de pratiquer le dumping social, fiscal, environnemental? Tres loin! Il y a aujourd'hui plusieurs projets pour l'Europe: de gauche, ou de droite, qui dépassent les traditionnels clivages souverainistes / fédéralistes. En Ile de France, les socialistes ont commencé leur campagne! réunions publiques, invités européens, premiers tracts, on discute services publics, emploi, jeunesse, parce que les directives concernent aussi notre vie quotidienne. Et les autres? Les verts ont le vent en poupe mais au delà de la question écolo, quelle synthèse sur le fédéralisme et les services publics entre cohn bendit et bové? à l'UMP, à part les questions people sur les déboutés du gouvernement, quel projet? les candidats ne sont meme pas désignés, et surtout, on ne parle pas du bilan du PPE et de Baroso! L'extreme gauche est peu visible (à part les affiches du front de gauche), le FN se fait surtout remarquer par ses récupérations ridicules et scandaleuses (ex. affiches Jaures). Parlons un peu du bilan...L'Europe se libéralise toujours (directive Bolkestein à peine édulcorée), Baroso s'est fait remarquer par son non-interventionnisme déroutant: pas de plan automobile, pas de plan de relance (200 milliards d'euros tout compris les pays dont seulement 30 pour le budget propre de l'UE), à la botte des gouvernements, il n'a pas fait progresser l'intégration européenne! Or Il faut réformer la PAC qui ne profite qu'aux gros propriétaires productivistes! Il faut des critères de convergence sociaux! Il faut des fonds structurels plus importants pour aider les régions pauvres! Et tout ceci necessite un budget européen consistant et donc un impot européen, pas seulement un emprunt que s'approprie Bayrou alors que c'est un rapport co-écrit par Pervenche Beres, PSE, qui introduit l'idée!

    Excuses de Ségolène Royal: Doit-on se focaliser sur ces excuses ou sur les propos d'un président qui ne sait pas se maitriser, insulte les chefs d'états, traite ses concitoyens de pauvres cons et explique aux Africains qu'ils n'ont pas d'histoire? La présidente socialiste d'une région s'est exprimée mais elle ne fait pas partie des instances nationales du parti socialiste, celà n'engage pas le PS, mais elle pointe du doigt des interventions présidentielles intempestives dont tous les Francais ont honte!

  • Mon jour le plus long

    Lundi 6 avril, Patrice Carmouze recevait David Xavier Weiss, Secrétaire national des Jeunes UMP, François Guliana Graffe, Président des jeunes Démocrates de Paris, Nicolas Anoto, coordinateur régional du Mouvement des Jeunes Socialistes d'IDF et Karima Delli d'Europe Écologie IDF.

    Ce matin, les oiseaux vitriots frétillaient dès 6h du matin, sans doute pour me permettre de bénéficier dans les meilleures conditions d'une bonne journée de galère. Il était loin le soleil d'Orange. Courir après le bus 180, boire goulument mon café senseo matinal en me brûlant le pavé et mes super-biscuits-céréales-qui-tombent-dans-le-café quand ils sont mouillés (puisque C. de 3ème 2 s'inquietait sur la qualité de mes petits déjeuners), c'est l'affaire de quelques minutes. La journée commencait bien. Dans le RER, perché sur mes copies dont je recopiais les notes dans mon cahier (j'en ai relevé 180 la semaine dernière), je regardais défiler les belles tours de Choisy et Orly, et surtout mon très cher adoré coin de verdure (meme pas un hectare) que je traverse tous les jours entre Orly et Rungis...rescapé de la densification francilienne. Aujourd'hui, au collège, c'était présentation d'exposés. Je tiens beaucoup à l'expression orale mais je ne suis pas encore passé maitre dans l'art d'en faire des moments productifs: je suis passé trop vite sur les consignes pratiques pour cadrer la production de ces panneaux A2 sur la mythologie grecque ou sur la prestation orale et surtout le rendu (même si je leur ai demandé des questions pour chaque exposé).

    à Midi, je courais après le RER, puis après le métro, pour une réunion de campagne sur les européennes. La campagne démarre trop lentement, le 1er mai, pour la première fois depuis des milliers d'années est la première priorité de la famille socialiste, d'où un petit flottement de lancement. Nous serons au coeur du cortège, et nous serons nombreux. Pour la campagne, on rajoute aux moyens de militance traditionnels (tracts affiches) le martellement du terrain numérique avec ses cibles, ses marchés et ses supports numériques. C'est joli, le parti adore quand "les jeunes" sortent leurs jolis podcasts, mais est-ce bien efficace? Une priorité pour cette campagne des européennes? Besoin d'Europe. Pour proposer une alternative au libéralisme anglo saxon dérégulé qui nous a plongé dans la crise, pour donner du corps à l'Europe de l'Education, au concept de service public européen ou à l'idée d'un traité social dépassant de simples critères monétaires et financiers comme éléments d'intégration et politique économique. à Quand la contre-candidature à Barroso?

    Au syndicat, à 14h, c'est le moment des mutations intra. Répondre aux questions des enseignants qui mutent dans une académie inconnue et font leur panier d'établissements APV PEP4 et autres RAR, des établissements ou zones plus ou moins "chères" et plus ou moins "difficiles". Derrière nos propres hésitations et nos propres stratégies, il y a un système hypocrite de cartes scolaires passées de date et de lycées dits d'élite, qui ne fait que s'accroitre alors que c'est une "bombe" sociale particulièrement inquiétante pour la cohésion urbaine.

    Et ce soir à 18h direction cap24...ce soir, c'est débat sur la TNT francilienne avec les organisations politiques de jeunesse...et là je prépare évidemment un peu les dossiers: Que vais-je dire sur HADOPI? Que les droits d'auteurs, la rémunération des artistes et la création en général ne se résument pas à la coupure internet proposée par le gouvernement. Que cette loi sera rapidement dépassée, et qu'elle pose de graves problèmes de liberté publique...le logiciel obligatoire (pare feu payant) est inquiétant, tout comme l'autorité indépendante qui a ses propres huissiers...mais aussi les abérations ministèrielles (qui veut favoriser les solutions payantes sur google!), qui inquiètent les logiciels libres (le problème de l'interopérabilité comme les mp3 FNAC non convertibles) et représentent quand même un coût de 70 M d'euros qui ne semble bénéficier qu'au lobby des maisons de disques...à priori, la licence globale semble plus intéressante pour faire vivre la création, respecte la logique du progrès technologique, mais reste à la faire au bénéfice des artistes et pas des majors!!

    Loi Anti-bandes? La logique sarkozienne depuis 2002, c'est un évènement, un premier titre au JT = une loi...Ce n'est pas drôle de voir l'emballement médiatique à l'origine des lois qui organisent la société...le fantasme des bandes du Bronx déferle sur la France, on sécurise les établissements de l'Académie de Versailles, on crée le délit de mauvaise fréquentation pour les regroupements suspects de gens sensés avoir des mauvaises intentions...Quelle hypocrisie de la part de la droite. On développe un système scolaire injuste en supprimant la carte scolaire au lieu de la refaire pour recréer la justice sociale, on supprime des postes d'enseignants au lieu de permettre l'éclosion de nouvelles pédagogies, et on s'étonne de voir des jeunes déscolarisés, mis en échec scolaire, balladé d'établissements en établissements, détruire ces lieux de savoir et de culture si symboliques...et s'ils trouvent cette société injuste et discriminante quand les boites et les entreprises se ferment devant eux? Et si la bande de jeunes du square c'est le seul élément de sociabilisation dans ces ghettos créés dans les années 60, mal desservis par les transports, mal dotés en services publics, posés par barre condensées de misère, dans des villes excentrées? La solution, c'est une autre politique urbaine, la refondation de la carte scolaire, la réforme du système scolaire et l'ouverture des établissements sur les quartiers. Ils sont où les espaces parents? Elles se réunissent quand les commissions citoyennetés liant tissu associatif local et établissements scolaires? trouvez-les et on reparlera de tout ca!