Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

faillite

  • de la cohérence sarkozienne

    b6640b53e0212f7bb66dba3df75009ff.jpgau delà du sarko-circus qui de strasbourg à new york amuse la galerie, il se passe des choses en France. Du drame du «trou de la sécu » au déficit vertigineux, des cadeaux fiscaux au dégraissage de l'état, des franchises médicales à la TVA sociale, il y a un tout cohérent.

    Le MJS a raison de dénoncer une faillite organisée de l'état, ce terme est judicieux (hèhè), pourquoi? Parce que de façon insidieuse la sphère publique est réduite. C'est un sabotage démocratique car les pouvoirs d'un état souverain sont réduits par des intérêts économiques privés. C'est un sabotage public car le patrimoine collectif de ceux qui n'ont rien, hérité du programme du CNR mis en place en 1944, se réduit comme une peau de chagrin face à l'héritage et au capital. Aujourd'hui, comme au XVIIème siècle, ce siècle de gloire que j'aime tant, on « naît ».

    Quelle cohérence franchement! Quelle impudence aussi! Cohérence car enfin baisser les impôts et les recettes de l'état c'est scier petit à petit le bras armé de l'état que sont les services publics. Idem avec les réductions des postes de fonctionnaires. Cohérence aussi car les franchises médicales, c'est bien disculper corps médical et lobbies pharmaceutiques du trou de la sécu que les gouvernements ont contribué à creuser avec de multiples exonérations fiscales. Faire appel à la responsabilité individuelle, dogme libéral.

    Impudence aussi. Le candidat du peuple qui fait 15 milliards de cadeaux fiscaux sur un budget de 40 milliards en déficit ca fait tâche. Le mythe de la droite qui gère mieux tombe. Impudence quand la priorité au pouvoir d'achat permet de rendre 270 000 euros de réduction fiscales au moins à tous les foyers fiscaux déclarant 15 millions. Impudence quand la priorité à l'éducation débouche sur 10 000 suppressions de postes d'enseignants. Impudence quand la priorité à la recherche et à l'innovation amène pour la première fois depuis 50 ans l'absence de création de postes au CNRS.

     

    SARKOZY, c'est du vent!

    en revanche...