Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

hamon

  • l'égalité réelle à la sauce biterroise

     

    parti-socialiste.jpgLes conventions engagées par le PS depuis un an doivent nous permettre de répondre aux principaux défis politiques, internationaux, ou encore économiques et sociaux qui feront débat lors des prochaines élections présidentielles. La 4ème convention portera ainsi sur l'égalité réelle, sur des questions de société telles que l'éducation, les services publics, la santé ou encore le logement. Benoit Hamon, porte-parole, était chargé d'animer cette convention. Le but est d'analyser les mécanismes inégalitaires de la société française d'aujourd'hui et de proposer des leviers d'action. Le texte ayant été adopté au conseil national de mardi dernier, c'est maintenant au niveau local qu'il s'agit de l'amender, de l'abonder, de le débattre!

    Le combat pour l'égalité est essentiel, pour la gauche, mené de longue haleine, il commence avec l'abolition des privilèges, se poursuit avec les droits déclarés dans les différentes constitutions républicaines, et s'affirme plus concrètement avec la mise en place de mécanismes de solidarités tels que la retraite par répartition ou la sécurité sociale, après la seconde guerre mondiale. Pourquoi parler d'égalité réelle alors? Parce que le but de cette convention est d'approfondir, de parfaire notre combat pour l'égalité, non pas seulement affirmer mais bien mettre en oeuvre l'accès à des biens de première necessité, aux richesses produites par la nation, et ainsi, au logement, à la santé, à l'éducation, avec des propositions concrètes et réalistes. Ces nouveaux droits passent par la redéfinition de ce qui est public ou privé, par le réarmement de la puissance publique, par le décorticage des politiques libérales menées depuis 30 ans qui ont amené l'approfondissement des inégalités sociales et territoriales. Quel est ce projet?

    1ère partie: un nouveau pacte éducatif

    Si le système éducatif français a permis une réelle massification de l'accès aux études, il est aujourd'hui un des plus inégalitaires au monde. Affaibli par les réductions de moyen (moins un point de PIB depuis 10 ans), il n'a été concerné que par des mesures à la marge. Le parti socialiste veut porter des réformes structurelles de long terme pour agir à la racine des inégalités, dès le plus jeune âge, dans le cadre d'un projet de société apaisée.

    - un service public de la petite enfance. Alors qu'aujourd'hui les seules aides sont des subventions et des crédits d'impôts, le texte de la convention propose de multiplier par 3 le nombre de places en crèche d'ici 10 ans dans le cadre d'une nouvelle loi SRU qui imposerait un taux minimum de places en crèche par ville, assorti d'une dotation aux collectivités territoriales. Le but: assurer le développement et l'éveil éducatif des enfants, lutter contre les inégalités du coût de prise en charge des enfants, permettre aux femmes de travailler. Ce service public passe par la réforme du congé parental partagé entre la mere et le pere à égalité et par une scolarisation obligatoire dès 4 ans.

    Repenser les rythmes scolaires. Adapter l'année et la journée scolaire aux rythmes biologiques: moins de vacances, mais des journées moins longues avec 5 jours éducatifs organisés au sein de projet territoriaux entre écoles, parents, collectivités et associations d'éducation populaire.

    Une révolution pédagogique pour changer la manière d'enseigner, d'évaluer et d'orienter: diminuer drastiquement le redoublement, en permettant aux élèves de progresser à leurs rythmes dans les cycles, avec des enseignants en plus pour accompagner les élèves en difficulté. Changer la manière d'enseigner, c'est changer la formation des enseignants: moins disciplinaire, plus pédagogique, et l'organisation des cours: intégrer l'accompagnement personnalisé au temps scolaire. Évaluer autrement, c'est valoriser et favoriser la progression, évaluer ce que les élèves savent faire plutôt que d'humilier à travers une note chiffrée très discutable.

    Changer le système scolaire: former enseignants du collège et de l'école ensemble, changer leur service pour intégrer le travail d'équipe, l'évaluation et l'orientation des élèves, donner du sens aux savoirs en définissant un socle commun des connaissances et des compétences transdisciplinaire, et permettre aux établissements, avec une enveloppe « autonomie », d'organiser des projets pédagogiques locaux.

    2ème partie: la continuité professionnelle

    • l'autonomie de la jeunesse: alors que le système social aujourd'hui familial favorise les inégalités (demi part fiscale), que le système des bourses est insuffisant (27%), le PS propose de rassembler les aides existantes pour les redéployer: une allocation autonomie permettra à tous les jeunes de construire leur projet de vie sans travailler pendant leurs études (ce qui augmente l'échec de 50%). Un service civique universel serait proposé à tous les jeunes pour mener des missions de solidarité.

    • Faire du CDI la norme d'embauche. Les contrats aidés ne sont qu'un effet d'aubaine, et la moitié des jeunes qui travaillent ont un contrat précaire, ils sont Exclus du RSA et des allocations chomages. Nous proposons de les intégrer dans un parcours d'insertion géré par les missions locales, de faire respecter la loi (transformer CDD en CDI) et de prendre en compte la stabilité de l'emploi dans les cotisations patronales.

    • sécuriser les parcours professionnels: attacher les droits à la personne et pas au contrat, proposer à tous un compte formation divisé en deux parties: initiale (6 mois à 2 ans suivant le niveau d'études) et un compte temps à vie). L'organisation de formations par les entreprises deviendrait obligatoire (et pas forcément le financement).

    • augmenter les salaires: C'est le FMI qui propose de mieux redistribuer les gains de productivité: dans les 30 dernières années les salaires n'ont augmenté que d'un point par an alors que la part des actionnaires dans ces gains était multipliée par deux. Il n'y a pas que la hausse du SMIC pour peser sur les salaires: le PS propose un rendez-vous annuel national pour les salaires, comme en Allemagne, un moment de mobilisation sociale qui déboucherait sur des accords salariaux d'entreprises. Sans accord, les employeurs seraient fiscalement pénalisées. Enfin, les salaires ne pourraient excéder une échelle de 1 à 20 dans les entreprises à participation publique.

    • mieux redistribuer: la révolution fiscale. Aujourd'hui le millieme plus riche de la population ne paie que 25% d'impots et la part des demi-millionnaires a augmenté de 70% en 3 ans. Nous proposons un impot citoyen sur le revenu réunissant impot sur le revenu et CSG, sans niches fiscales, avec plus de tranches, une assiette plus large (stock-options, interessement) et plus progressive. La fiscalité du patrimoine serait élargie, l'impot sur les succession réhabilitées (la majorité des Francais ne le paieraient pas), tandis que l'impot sur les sociétés favoriserait les investissements au détriment des dividendes.

    • Baisser le prix des logements: 1,2 millions de demandes de logements sociaux aujourd'hui. Nous proposons la construction de 1 million de logements pour lutter contre la spéculation, de supprimer les niches fiscales telles que la Loi Scellier qui favorise la construction de logements trop chers, de faire passer la loi SRU de 20 à 25% de logements sociaux par ville, de supprimer les cautions (garantie propriétaire obligatoire) et de taxer les terrains urbains non-construits.

    • affecter un quart des dotations publiques aux collectivités à la péréquation: certaines communes, notamment dans les zones sensibles, sont en grande difficulté. La taxe d'habitation doit être refondée et la contribution économique territoriale permettre aux communes de fixer les taux. Le niveau de vie dans les zones urbaines est de 50% de la moyenne nationale. Le PS propose des contrats uniques de rénovation urbaine, évalués par les habitants, avec la création de zones franches d'habitat (avantages fiscaux), la construction de logements sociaux ailleurs, et de créer des zones d'activités à services (crèches, restaurants d'entreprises). Pour les territoires ruraux, un bouclier rural garantirait par la loi un accès minimum aux services de santé et d'éducation, et un accès renforcé aux crédits pour les projets économiques. En matière de communication, le PS propose l'instauration d'un tarif social pour le mobile et internet.

    3ème partie: les mêmes droits pour tous les citoyens

    • lutter contre les discriminations: former les enseignants aux préjugés, élaborer des cahiers des charges plus contraignants pour les médias, créer un récépissé de contrôle d'identité. Lutter pour l'égalité hommes femmes (2/3 des bas salaires, 27% de salaires en moins, 18% des cadres de la fonction publique), c'est majorer les cotisations patronales pour temps partiel, faire payer le surcout pour une retraite à temps complet aux employeurs, obliger les entreprises à faire des diagnostics annuels d'égalité sous peine d'interdiction de marchés publics. En matière de handicap (logement, emploi, éducation), il s'agirait de faire respecter la loi.

    • une politique de santé préventive: des médecins payés au forfait (majorés dans les maisons de santé qui proposent un parcours de soin), donner un droit d'alerte aux CHS, rendre la médecine du travail indépendante, obliger les nouveaux medecins à travailler dans des zones prioritaires et plafonner l'installation dans des zones surdotées. Stopper les déremboursements qui coutent cher (9 millions de personnes ont retardé leurs soins), stopper le transfert aux mutuelles de certains soins (un impot injuste!), prendre en main les soins dentaires et optiques (et négocier la baisse de leur coût). favoriser le générique avec la prescription des médicaments sous dénomination universelle (alors que les 2/3 des bénéfices vont aux firmes pharmaceutiques déjà très aidées)..

    • un service public de l'eau: lutter contre les régies privées opaques, avec un prix de l'eau inégal, sans contrôle et sujets à corruption, en prêtant une assistance technique aux collectivités qui veulent remunicipaliser, et instaurer un prix progressif de l'eau.

    - un pole public d'énergie: 3,5 millions de Francais ont des frais d'énergie qui dépassent 10%, il faut engager rapidement un plan d'isolation qui créera de l'emploi, et créer un pole public d'énergie pour sécuriser les approvisionnements extérieurs et favoriser les énergies renouvelables en reprenant le contrôle des entreprises privatisées par la droite, notamment EDF et GDF.

  • difficultés scolaires et réfondation du parti socialiste

    26928_maxppp_0811-une-aubry.jpgBloguer pour moi c'est me désimprégner des impressions de la vie quotidienne, de prof, ou de militant, évidemment. Mon quotidien de prof c'est d'agréables cours avec mes sixiemes favoris où tout baigne et des difficultés avec les troisieme. Comment être rigoureux dans ma progression? Je dois plus m'appliquer à donner du sens au cours en le synthétisant. Mais pour celà, encore faudrait-il pouvoir tenir une classe particulièrement bavarde. Comment voulez-vous expliquer une notion en vous arrêtant toutes les 15 secondes pour punir un élève? Donc mon cours sur la politique galère, une heure en salle d'informatique pour préparer un exposé, c'est l'enfer!

    Et mes premières euros? Ils ont fait de supers exposés, je peux les en féliciter. Pour mes première euro, je prépare actuellement une séquence d'un trimestre sur "deutschland, ihre länder und europa", et mon but, c'est à la fois de mettre en activité mes élèves, de les entrainer à la prise de parole, de les faire parler allemand et de leur donner du vocabulaire. Vaste programme, dirait De Gaulle, avec une expérience de...2 mois.

    Mon quotidien de militant, ce n'est pas seulement le parti socialiste, c'est aussi une organisation de jeunesse que je m'échine à faconner, pour la rendre plus riche dans ses activités et son projet. Mais je suis militant du parti socialiste, et ce qui se passe me concerne. Mes camarades sont consternés..."on passe pour des cons, ce parti m'écoeure, on va tous mourrir "etc. NON désolé chers camarades, prenez du recul. Le parti a connu des péripéties internes qui ne sont pas uniques dans l'histoire politique mondiale! Et surtout, depuis deux semaines, ce qui fait actualité en France, premier titre dans tous les médias, c'est le parti socialiste. Divisé certes, mais qui désigne ses responsables par l'élection!

    Et mes élèves croyaient que l'élection du premier secrétaire avait lieu au suffrage universel au vu de ces premiers titres. Oui l'opposition est affaiblie mais le PS demeure la seule alternative, une alternative déconcertée par son flou projectal et sa crise de meneur, mais riche de ses élus et de ses militants!

    Allez Martine! Tous les socialistes comptent sur toi! Pas pour gérer des rapports de force entre fédérations depuis ton fauteuil de cuir de Solfé, pas non plus pour assister régulièrement à vivement dimanche ni pour faire la couverture de voici ou voila! Non, les socialistes comptent sur toi pour plusieurs choses. Rassembler la gauche, élaborer un programme commun pour parvenir à une candidature unique en 2012 et d'ici là, un front de résistance aux offensives libérales. On compte aussi sur toi, Martine, pour mettre le parti socialiste dans la rue, partout en France, envoyer les militants socialistes dans les associations d'éducation populaire et les syndicats, pour donner un sens au mouvement social!

    On compte encore sur toi, Martine, pour dire que la politique n'est pas un débat d'experts, qu'il n'y a pas une "bonne" politique économique, que les soi-disantes réformes libérales ne sont pas inéluctables! Place au débat! Place à la définition de propositions socialistes concrètes face à la crise économique et sociale!

    On compte enfin sur toi, Martine, pour présenter un visage renouvellé du parti socialiste aux Francais! Place aux nouvelles têtes! Si dès décembre, le parti socialiste appellait à manifester, lancait des chantiers de réflexion et de projet, par la voix de nouveaux responsables tels que Benoit Hamon, Razzy Hammadi, ou même David Lebon et Aurelie Filipetti, qui ne sont pas de mon courant, mais représentent une nouvelle gauche avide de transformer la société et de changer le monde, alors, la droite aurait raison de trembler, car les socialistes seraient de retour!

  • "parla ingles?" Du Portugais, des Américains, du congrès et du capitalisme

    portugal.gifQuel programme.  J'aurais pu rajouter...les critiques sur mon pantalon, les gens qui savent pas nager le crawl, que j'ai attrapé froid pendant la nuit ou que je viens de me faire interwiever par une russe et une chinoise pour expliquer le congrès du PS. Bon là c'est en vrac comme je l'ai dit je suis malade.

    "parla ingles"? L'esperanto m'est venu tout seul. Je découvre ce matin une élève nouvelle dans ma classe. Elle est portugaise et elle ne parle pas un mot de français. Ce n'est la correspondante de personne. Il y a une classe d'accueil des primo-arrivants dans mon etablissement. Tout s'explique. Mais la pauvre est tombée sur un cours d'éducation civique sur le réglement intérieur: "vous avez une minute pour trouver l'article où il est écrit que je n'ai pas le droit de vous fouetter. Vite".

    Les Américains ils sont sympas. "privatiser les bénéfices, nationaliser les pertes" comme dirait Benoit Hamon, premier signataire de la motion "un monde d'avance" dans laquelle je me reconnais (je vous promets je lis les motions un article tombera bientôt). C'est ce que font les Américains en ce moment. "Monsieur les Etats-unis c'est un pays pauvre maintenant?" Non, cette crise est celle d'un système, le capitalisme financier...Et la crise financière aurait pu déboucher sur une une crise économique et sociale. Mais non. C'est l'état qui paiera la note de la spéculation..."naissance des Américains" c'est l'opuscule d'andré kaspi sur l'histoire des Américains que je lis dans le RER sur les origines des colonies américaines, du système politiques, des oppositions Hamilton/Jefferson...passionnant. Pour le petit déjeuner, je lisais un article de "l'histoire" sur le courant des néoconservateurs. La croyance dans le workfare qui remplace le  welfare, la campagne de Goldwater en 1964, le premier républicain néolibéral, suivi par Reagan en 1980. Et la calvacade effrénée à travers le monde de ce courant économique et politique du tout-libéral, tout privatisé, qui a détruit tant de systèmes de protection nationale, du Chili...à la France aujourd'hui?

    Vous dire que j'ai une crève carabinée et que je dois préparer un cours sur le système politique allemand...en allemand? Trop facile. Vous dire que j'assiste ce soir au collectif "edvige"? J'espere qu'il débouchera sur des états généraux des libertés publiques. Cette question ne m'a jamais passionné mais la convergence des mouvements sociaux et des ripostes politiques, à gauche, me passionne! C'est pourquoi je prépare en ce moment la manif du 7 octobre organisée par la CSI sur le travail décent, la St Edvige et évidemment la grande manifestation du 19 octobre pour le service public d'éducation.